Check List Pmesque.

« Déjà » 4 mois que Madame Pimpin est officiellement entrée en PMA. Jusqu’ici, bien que partageant toutes les questions existentielles qui vont avec, elle s’en sentait un peu exclue avec son clomarde et ses grossesses spontanées mais inachevées et nourrissait une sorte de complexe de l’imposteur. A présent, forte de son immense recul de quatre mois, elle est une Pmette une vraie, avec des seringues et tout et tout. Elle peut donc se permettre de parler au titre de son expérience, de donner des conseils tout ça. Alors, si tu me demandais «Madame Pimpin explique nous ce dont il faut disposer pour entreprendre sereinement une entrée en PMA», avouons que tu brûles de poser cette question, voilà la réponse sous forme de check-list.

Le staff médical qui va bien, composé de :
– Un gynéco compétent, humain de préférence mais ça, c’est pas garanti.
– Une secrétaire de gynéco disponible et gentille, qui sait ce qu’est la PMA.

– Un biologiste équipé d’un labo PMA qui communique clairement sur les formalités administratives (voir check-list IAC à venir).
– Un labo adapté pour faire les pds (adapté, comprendre : pas trop loin de la maison, mettant les résultats à disposition dans un délai décent).
(concernant ces trois derniers points, le mieux étant bien sûr de pouvoir tout faire au même endroit, mais ce n’est pas toujours possible, dans ce cas se référer au plan ci-après).
– Des mages de la médecine douce (ostéo, acu, reiki, sofro… qu’importe le flacon) pour compenser le manque d’humanité dudit gynéco.
– Une bonne mutuelle, pour payer tout ce beau monde.
– Une pharmacienne pas trop débile, dont on s’assure qu’elle nous connait en lui vouant une fidélité irréprochable.
– Le numéro de téléphone d’une infirmière à domicile. Pratique pour discuter le bout de gras et se procurer des aiguilles.

Les équipements médicaux :
– Alcool (pour désinfecter).
– Alcool (à boire).
– Seringues, aiguilles, coton ou compresses.
– Tests d’ovulation pour les mois de pause forcée.
– Tests de grossesse good quality (en PMA exit la marque Simply Marde).
– Thermomètre.
– Se faire poser des veines dignes de ce nom, qui ne claquent pas au moindre prétexte.

Le support psychologique :
– Un mari / époux / compagnon / amoureux, qui te soutient et que tu soutiens et même que vous vous aimez.
– Un blog. Je t’assure, tout ira mieux une fois que tu auras écrit.
– Des amis. Triés sur le volet. T’affoles pas pour le tri, ils se trieront eux-mêmes, va.
– Une famille, qui de préférence a fini de pondre.
– Une maman avec des gentils bras. Surtout si tu as la fâcheuse manie de faire des fausses-couches.

Des distractions :
– Un travail (faut bien payer la mutuelle, les mages de la médecine douce qui ne sont pas souvent remboursés, et les distractions) qui de préférence te permet de t’absenter si besoin (exemple à proscrire : pilote de sous-marin).
– Un ou des projets (reprise d’études, maison, voyage, hobbie, mariage, sport… là encore qu’importe le flacon).
– Une carte de crédit (alimentée) (cf «un travail») pour s’offrir tout ça ainsi que quelques récompenses bien méritées.
– Un animal de compagnie. Prends le jeune, si tu n’en as pas encore. Les vieux, c’est trop d’inquiétudes.
– De la lecture pour la salle d’attente. Ou bien la méthode «comment apprendre le japonais en 100 leçons» (je t’assure, tu auras le temps). Ou si comme Madame Pimpin, tu es à moitié abrutie quand tu te réveilles / quand tu sors du boulot : candy cruche sur ton smartphone.

De la logistique :
– Un smartphone équipé d’une batterie solide. Dans le smartphone, les numéros des labos, des secrétariats, de l’infirmière, des mages. Et candy cruche aussi. Et l’application Mes Analyses. Et l’application Ovuview. Et un agenda.
– Kleenex. Par dizaines. Dizaines de palettes, bien sur.
– Mascara waterproof (devrait être remboursé par la sécu, bordel).
– Un accès internet pour les résultats de pds.
– Deux véhicules. Qui peuvent tout aussi bien être le métro hein si tu vis dans un lieu civilisé. Mais toujours s’assurer de pouvoir rallier les différents points stratégiques en mettant le moins de temps possible (voir la carte ci-dessous pour la justification).
– un uniforme echo-endo (chaussettes, culotte décente, long pull / tunique /écharpe comme celle de Bounty).

Pour te matérialiser tout  ce trafic (et parce qu’elle avait envie de copier un peu Zapette) (mais rassure toi ça ne se reproduira pas), Madame Pimpin t’a dessiné une splendide carte :

image

Un jour normal de stimulation, Madame Pimpin doit :
– Quitter le point A pour le point B tout en faisant en sorte d’y être pour 7h15 très précisément afin de démarrer dès 7h30 (trajet : 10 minutes).
– Se rendre du point B au point C tout en faisant en sorte d’y être pour 8h00 très précisément (trajet : 30 minutes)
(tu noteras que si Madame Pimpin passe plus de zéro minutes au point B, elle arrive en retard).
– Profiter d’être au point C pour récupérer et imprimer les résultats de pds, remplir la fiche IAC et faire les courbes, passer divers coups de fil (pharmacie, secrétariats…) et se reposer un peu en faisant des beaux dessins, quand une horde de gougniafiers n’entrave pas ces respectables activités.
– Quitter le point C pour le point E tout en faisant en sorte d’avoir passé huit heures au point C (trajet 40 minutes).
– Allez du point E au point B’ en faisant en sorte d’arriver au point B’ avant 19h00. (trajet 30 minutes).
– Aller du point B’ au point A (trajet 10 minutes, sauf si, morte de fatigue, tu oublies de desserrer le frein à main – true story).

Un jour d’IAC, ça donne ça :
– Le véhicule 1 quitte le point A à 7h30 pour se rendre au point D à huit heures.
– Au même moment avec un peu de chance, le véhicule 2 se rend au point B.
– Le véhicule 1 quitte le point D à 8h30 pour se rendre au point C à 7h30 (trajet 15 minutes) (avec donc, une heure quinze de retard).
– Le véhicule 2 quitte le point B à 8h00 pour se rendre au point C à huit heures (trajet trente minutes) (avec donc trente minutes de retard).
– Le véhicule 2 quitte clandestinement (ou pas) le point C à 10h30 pour se rendre au point E à 11h00 (trajet : 30 minutes, retard : 10 minutes) sans oublier de passer par le point D (sinon vas-y faire une IAC sans récupérer le recueil), puis retourne au point A pour y rester une heure et revenir au point C (trajet total : une heure, arrivée au point C : 14h00).
– Le véhicule 1 quitte le point C pour le point A et arrive vers 18h00.
– Le véhicule 2 quitte le point C pour le point A et arrive vers 19h00.

Raviolis ?

Raviolis.

Cavalcade.

Il y a deux semaines quand Madame Pimpin a lu la petite phrase «sérologies obligatoires avant toute préparation spermatique en vue d’un acte d’AMP» au bas du spermo de Monsieur Pimpin, elle ne pensait pas que ça ferait toute une histoire. Elle pensait que le Caméléon avait bien le truc en tête et que ce pouvait être bâché limite le jour de l’IAC.

Sauf que non.

Hier soir, il a fallu qu’elle trimballe l’ordonnance jusqu’à Monsieur Pimpin pour qu’il aille faire sa prise de sang ce matin même. Ils ont vaguement hésité à ne la faire que demain, c’était plus pratique et puis convenons-en, si l’un deux avait la syphilis, ce n’est pas un jour de plus ou de moins qui ferait la différence mais bon, étant des bons Pimpin consciencieux ils n’ont pas procrastiné sur ce coup là. Bien leur en a pris.

La veille pour le lendemain ? Mouahahaha. Laisse-moi rire. Ce matin à 7h15, Madame Pimpin a découvert que le labo de Petit Village Sur Mer affiche près d’une semaine de délai pour les chlamydiae et les mycoplasmes. Non négociable. Compromettant pour l’IAC de fin de semaine. Dans le doute Madame Pimpin a fait sa prise de sang tout de même, bien dépitée (au passage, l’infirmière a innové et lui a piqué l’arrière du bras, même pas mal), et dans la foulée, elle a passé un coup de fil à Monsieur Pimpin qui au même moment devait faire sa prise de sang à l’autre bout de la ville, au fond de Grand Village Sur Mer, à la clinique PMA (Monsieur Pimpin kiffe la Clinique PMA). Délai d’obtention des résultats : 48 heures. Problème, le labo de Petit Village Sur Mer n’a jamais voulu lui rendre son ordonnance une fois la pds faite tu penses.

Je te passe la demi-heure de négociations au volant, téléphone à la main, mais les Pimpin sont tombés sur une secrétaire trop gentille à la Clinique PMA, qui a bien voulu que Madame Pimpin ramène sa fraise pour se refaire piquer sans ordonnance (sous réserve d’une négociation ultérieure avec le labo de Petit Village Sur Mer afin de partager l’ordonnance).

8h15, deuxième prise de sang de la journée (piqûre à l’arrière de l’autre bras, pas de jaloux).

8h50 Madame Pimpin arrive au bureau. Elle appelle le labo de Petit Village Sur Mer en speed pour qu’ils faxent son ordonnance. La secrétaire n’est pas contente mais finit par dire ok.

9h00 réunion, Madame Pimpin passe ses nerfs sur un gougniafier qui n’avait rien demandé.

9h50 Madame Pimpin n’a pas fini de parler, son téléphone sonne sans arrêt, numéro inconnu. Pas bon.

10h15 Madame Pimpin rappelle le numéro inconnu. C’était juste le labo de la Clinique PMA qui accusait réception du fax. Victoire.

10h40, répit de courte durée. C’est à nouveau la Clinique PMA. [J’appuie sur pause pour signaler que le récit qui va suivre relève de la plus haute compétence secrétarienne. C’est pas tous les jours qu’on tombe sur des gens merveilleux alors j’insiste un peu là-dessus]. La secrétaire PMA, en cherchant le dossier des Pimpin, s’est rendue compte qu’ils n’avaient pas de dossier. De qwââââ ? Les Pimpin sont suivi à la Chouette Clinique du Caméléon, et la PMA ne sert qu’à gérer la préparation spermatique. Alors pour Madame Pimpin, c’était évident que point de dossier Pmesque ne serait nécessaire.

Sauf que non.

10h50 la secrétaire énumère les pièces à fournir (CR d’HSG, livret de famille, consentements et tout le tintouin : nan mais ça aussi, le Caméléon attendait le jour J pour le dire ? L’ironie de la chose, c’est que l’attestation de 100%, fameux Papelard de Marde, est la seule pièce non indispensable le jour de l’IAC…) et propose à Madame Pimpin de mettre le dossier à constituer à sa disposition au secrétariat des pds. [si tu décroches je ne t’en voudrai pas, j’ai moi-même chopé une entorse du neurone]. Madame Pimpin la remercie de tout son incommensurable amour et lui envoie des cœurs dans son téléphone.

10h54 coup de fil à Monsieur Pimpin pour l’envoyer chercher les précieux papiers ASAP. Il ne répond pas. Il est en réunion. OK. Explication par sms en 160 caractères. Good luck.

11h00 réunion. Pas de signe de vie de Monsieur Pimpin.

12h30 pause dèj. Tilililit. Sms de Monsieur Pimpin : reçu – ok – en cours.

14h00 le mari et le dossier attendent sagement à la maison.

14h30 tilililit mail du labo de Petit Village sur Mer, résultats des sérologies «simples». Madame Pimpin n’a pas le sida alléluia. Tout devrait aller bien maintenant.

Sauf que non.

Présence d’anticorps pour la rubéole, 90 ui (nan mais marde, pour une fois que j’ai des ui quelque part…) «à recontrôler dans trois semaines» LOL dans 3 semaines. Alors ma chère petite DNLP. Que les choses soient bien claires : je n’ai PAS la rubéole OK ? Et tu vas pas me foirer mon Yack avec tes 90 ui de rubéole OK ?

NAN MAIS J’AI L’AIR, D’AVOIR LA RUBEOLE ??????

Bon. Et bien c’est mouvementé comme journée. Pas besoin de poney pour une IAC, mais punaise, ça cavale vite un yack. Au final doctissimarde semble plutôt rassurant sur cette histoire de rubéole, d’autant que Madame Pimpin était sûrement déjà immunisée : antériorité à 75 il y a deux ans pour Grossesse 1 (chiotte, ça pique d’écrire ça). Mais Madame Pimpin le retient tout de même le Caméléon. Il oublie les sérologies, il oublie l’histoire du dossier… Nan mais faudrait quand même pas qu’il se trompe de trou le jour J parce que sinon, vendredi 13 ou pas, on est pas dans la marde c’est moi qui te le dit. *

* Hum, je te l’avais dit nan, que je fais des blagues foireuses quand je suis un peu stressée ?