IAC2 – J8 – Brèves #1. [+edit des follicules en patate]

Brèves du Méno.

Cinquième (déjà) injection hier soir. Ayant épuisé son stock d’aiguilles et n’ayant pu se réapprovisionner suivant le modèle adéquat, Madame Pimpin s’est piquée avec les aiguilles de rescue données par la pharmacienne. Trop choupinoute, à ce propos, la pharmacienne. Quand Madame Pimpin est passée pour récupérer son complément de Ménopur hier soir, elle s’est confondue en excuses (alors qu’elle n’y est pour rien) pour ne pas avoir pu livrer le bon modèle, et elle en a commandé en supplément pour en avoir toujours en stock désormais (Madame Pimpin est bel et bien la seule habitante de Village Sur Mer qui se pique avec ces aiguilles), tout en précisant dix fois qu’elle souhaitait de tout son cœur qu’il n’y ait pas de prochaine fois. Bon, au final les aiguilles de rescue font très bien l’affaire. Comme elles sont un peu plus courtes, Madame Pimpin s’est piquée dans un endroit non-gras de son ventre (ah faut bien chercher hein), dans le doute. Histoire d’adapter le trajet à la dimension de l’aiguille. Mesure probablement bien ridicule, puisque tout le monde se pique avec la même taille d’aiguille alors qu’on n’a pas tous la même épaisseur de graisse sous la peau, mais déjà que par deux fois Madame Pimpin a versé une gouttelette de précieux produit en chassant l’air, elle avait le souci de bien faire.

Brèves du (ci-) Boulot.

Deuxième jour post-reprise. C’est un peu moins dur qu’hier, même si l’absence de sommeil la nuit commence à se faire désagréablement sentir (dédicace au petit vélo de Kaellie). Les choses se mettent en place pour le démarrage du Master en février, ça c’est cool. L’ambiance sur les projets taffesques est angoissante, ça c’est moins cool. Madame Poulette commence à sérieusement gaver Madame Pimpin avec son incroyable nombrilisme, son égoïsme, sa monovision et son impolitesse, tellement que ça ne mérite pas d’être développé ici (peut-être plus tard histoire de se défouler, quand même) (oh tu me connais quand il s’agit de bitcher hein…) et ça c’est vraiment pas cool.

Brèves du Labo.

Ce matin, bien que vraiment crevée de sa nuit, Madame Pimpin a décidé de se rendre vraiment en avance au labo, histoire de ne pas perdre trop de temps (en arrivant dans les premiers) de ne pas haïr le reste de l’humanité dès sept heures du matin (en haïssant les vieux qui lui sont passés devant) de façon à arriver sereinement au bureau. Elle s’est pointée un quart d’heure avant l’ouverture, s’est crue en pôle position… raté, elle était deuze. Mais bon, c’est mieux que l’habituelle onzième place, deuze. Comme elle était de bonne humeur, elle a tapé la causette avec une mamie (la troize). Pour faire chier le preum’s (un papy à jeun), elles ont causé boustifaille. Pour une fois, le labo c’était très chouette, d’autant que l’infirmière a plutôt bien piqué Madame Pimpin.Côté labo PMA, double bonne nouvelle : aucunes formalités administratives à part quelques signatures le jour du recueil (ça vous transforme une IAC ça), et pas besoin de se palucher deux fois pour Monsieur Pimpin : le nouveau spermo intégral pourra être fait le jour du recueil également.

Brèves du Dodo.

C’est la cata. Arrive l’heure du coucher, Madame Pimpin n’a pas sommeil. Elle traîne. Arrive l’heure critique du « il vous reste six heures de dodo », elle finit par se résigner et s’allonge dans son lit. Arrive l’heure à laquelle Monsieur Pimpin s’endort. Pas elle. Ca dure des heures. Elle pense à tout un tas de trucs, notamment ceux qui l’agacent. Ca l’énerve, elle dort encore moins. Arrive l’heure où le réveil sonne. Elle a probablement dormi, puisqu’elle a rêvé (de structures métalliques arrachées par la tempête… nan mais WTF) sauf qu’une affreuse sensation de nuit blanche, limite migraineuse et nauséeuse, lui pèse sur tout le corps. La dernière fois c’était un peu pareil, peut-être un effet du Ménopur ? Ou juste l’effet d’être en rogne de refaire une IAC… Demain soir c’est Reiki, elle en parlera au Maître, il pourra peut-être arranger ça (note pour plus tard qui risque de se retrouver sur le petit vélo ce soir : se remémorer les vilains rêves afin de pouvoir les raconter au Maître) (putain Gollum, sors de mon corps).

Brèves de l’Endo.

Dosages :
IAC2 – J8 : E2=109 / LH=2
(pour IAC 1- J8 : E2=51 / LH=2,6)

Ca semble un peu mieux (mais bon j’y connais rien aussi bien c’est tout pourri, on saura ça ce soir), alors ça y est, Britney pense qu’elle sera très bientôt enceinte de jumeaux.

A tout à l’heure pour l’édit Caméléonesque…

… Revoilà l’édit.

« Seulement » 1h45 d’attente, puisque la secrétaire du Cam a prévenu Madame Pimpin qu’il y avait du retard. Dans la salle d’attente, Madame Pimpin a recroisé la Pmette de l’autre jour (qui lisait 50 shades of Grey, en voilà une qui prépare son ovulation !)

Caméléon en pleine forme, adorable, « ma grande » par-ci, « vous êtes formidable » par là (en regardant la fiche IAC consciencieusement remplie par Madame Pimpin) eh ben ça fait plaisir, figure toi, un Caméléon souriant et flatteur. On en a pour ses 11,50€. (ouais en plus, pour consoler Madame Pimpin de ne pas avoir pu faire les soldes, c’était discount Caméléonesque aujourd’hui : 11€ au lieu de 18 !)

A l’écho, endomètre à 8,5, un follicule à 12 côté gauche, un follicule à 9 côté droit (qui risque probablement de nous quitter en route). Le truc c’est qu’ils ont une forme de patate. Ils sont ovales, les follicules de Madame Pimpin. Nan mais t’imagines, un bébé avec une gueule ovale ? Bon, le Caméléon a dit qu’il les aurait préférés ronds. Ils peuvent encore s’arrondir, hein. Mais du coup Madame Pimpin est vexée du follicule. Et puis elle en a marre d’en avoir un seul, elle en voudrait bien deux.

Petit cadeau bonus de l’IAC : contrairement à IAC1 pour laquelle Madame Pimpin avait encore moins de glaire que d’habitude, cette fois c’est déjà le festival de la glisse : let’s ride, baby. (oui, appelle moi classe…)

Prochain monito vendredi midi, et demain c’est Reiki.

En Vrac #21.

  • La reprise qui pique.

Mauvaise nuit et dur réveil ce matin pour Madame Pimpin qui en trois semaines de vacances (mais quelle idée, me diras-tu) s’était recalée sur son rythme naturel de noctambule. Si bien qu’avant l’heure de la sonnerie, ses yeux étaient déjà grand ouverts, elle n’en était pas moins déjà épuisée. Arrivée au bureau, envie de ne voir personne, de ne parler à personne, un nombre à trois chiffre et indécent de mails reçus, dont tout plein de messages automatiques de bons vœux dont on à rien à cirer si ce n’est que ça agace, les gens qui vous souhaitent une bonne année alors qu’ils ne savent rien de vous, une bonne santé pour vous et vos proches alors que vous passez tout votre temps libre chez le médecin ou au labo… Bref, il ne manquait plus que Chef soit là en personne ce matin pour que cette journée merdique prenne tout son sens (dieu merci habituellement il reste à Grande Ville). La petite réplique qui te motive et te donne le smile ? « Bonne année Madame Pimpin, alors les vacances n’étaient pas trop fatigantes, contente de reprendre pour récupérer ? » Ta gueule. Pour couronner le tout, Madame Parfaite II est venue saluer l’assemblée avec son air de Candy et son ventre qui s’arrondit de jour en jour, Madame Pimpin s’est mentalement bouché les oreilles quand elle a raconté son écho des 5 mois à Madame Pie. Je te passerai les collègues de bureau qui racontent le noël des enfants, et ceux de la cantine qui recensent les bébés issus de l’amour est dans le pré (et que toi tu les classes mentalement en deux catégories : OSEF versus ceux qui sont arrivés depuis que tu en chies).

  • La pharmacienne qui bug.

Et revoilà notre pharmacienne de compète, la pharmacienne de Village Sur Mer, haut lieu de la reproduction spontanée et consanguine aisée, bannissant les vilains pas capables de faire ça tous seuls. On a frôlé la catastrophe (et purée Violette j’ai failli regretter de ne pas avoir donné suite à ta proposition postale). Avec toute une journée pour gérer la commande + récupération du matériel Pmesque, les Pimpin se sentaient plutôt sereins. Monsieur Pimpin a fait l’ouverture de la pharmacie ce matin à 9 heures pétantes (c’est-à-dire qu’il y était depuis 8h30). Trente-sept minutes plus tard, le Ménopur était commandé (mais ça à la limite, il en restait deux alors ça aurait été) en revanche, les petites aiguilles pour injection sous-cutanée : rupture de stock. Pas moyen de faire comprendre à la dame que c’était une urgence et que non, on ne pouvait pas s’y prendre avant. Au final Monsieur Pimpin par je ne sais quelle opération du Saint Esprit a réussi à lui faire retrouver trois aiguilles de rescue pas tout à fait identiques à celles de la notice (m’enfin on va pas chipoter). Plus qu’à récupérer le Ménopur ce soir et choper le reste des aiguilles demain. Quand à 9h50, Monsieur Pimpin est ressorti de la pharmacie en retard de 20 minutes pour son jogging avec Monsieur Souris, il a probablement compris certains pétages de câble inscrits au compteur de son épouse.

  • Le mail qui tue.

 « Bonjour Madame Pimpin,

Je profite de la nouvelle année pour venir prendre de tes nouvelles et te souhaiter tous mes vœux pour cette nouvelle année. Les années passent la famille s’agrandi, notre petit XXX à déjà X ans et est rentré à la maternelle, et nous avons une petite fille XXX qui a X mois et qui commence à marcher.

Est ce que tu es toujours à Village sur Mer ? Qu’est ce que tu deviens ? J’espère que toute ta famille va bien. Passe le bonjour à tes parents et à ton frère et ta sœur.

A bientôt j’espère, bises »

Bah non, pas à bientôt, je crois pas. C’est mauvais et injuste de lui dire « pas à bientôt » parce que la Dame qui a écrit ça, Madame Pimpin la connait depuis sa naissance. C’est la fille d’anciens amis de ses parents, elles ont quasi le même âge et ont passé beaucoup de chouettes moments de leur enfance ensemble, avant que tout le monde se perde gentiment de vue. Le truc c’est que depuis que la Dame va bien (comprendre annonce de fiançailles suite à un passé amoureux plutôt difficile) elle essaie de reprendre contact avec Madame Pimpin et l’a même invitée à son mariage. Le truc c’est que Madame Pimpin fait la morte depuis un bail, que l’autre ne lâche pas l’affaire, que ça devient super embarrassant d’être la connasse qui ne répond pas, mais dont chaque année les pêchés sont absouts par la Brave et Miséricordieuse Dame. D’un autre côté Madame Pimpin n’a ni envie de répondre en mode youpie troulali troulalère la vie est belle, ni envie de lui raconter sa life, ni rien à lui dire, tout bien réfléchi. Et puis sans déconner, c’est quoi ce mail, un inventaire ? Rien d’autre à raconter ? Si La Vie se résume à raconter l’évolution de la Progéniture, qu’est ce que Madame Pimpin peut bien répondre d’honnête ? C’est dans ma tête ou la seule réponse attendue serait :

 « Alors moi j’ai Kévina qui fait toujours dans ses couches la nuit mais plus pendant la journée, et George-Emmanuel qui entame sa diversification alimentaire. A part ça je suis joie et amour, et je profite de la nouvelle année pour étaler une couche de sirop gluant et sucré sur la surface de la terre. On fait un concours d’évolution de gosses ? Embrasse bien fort ta grand-mère et ton voisin de ma part. ». ?

Et voilà. Maintenant que c’est écrit Madame Pimpin culpabilise et se sent tout sauf BELLE ET DIGNE. De là à ce qu’elle réponde un truc gentil et s’expose à la question-qui-tue « et vous c’est pour quand », il n’y a qu’un pas.

  •  Les monitos qui sandwichent.

 Nouvelle IAC, nouveau rythme. Maintenant ce sera monitos le midi : gloups. Planning Caméléonesque trop chargé pour faire autrement (le pauvre homme il va finir tellement pété de thunes qu’il ne pourra bientôt plus compter ses billets – en même temps c’est pas Madame Pimpin à coups de 18 euros qui va l’enrichir). L’avantage c’est que les journées seront moins longues (entre labo le matin et monito le soir, pour IAC1 Madame Pimpin se tapait des journées de 13 ou 14 heures dehors) (sachant qu’il n’y a que CHEZ ELLE qu’elle se sente normale), l’inconvénient c’est que le labo aura intérêt à transmettre les résultats de PDS rapidement (PDS à 7 heures, résultats pour 11h45 au plus tard… chaud). Et puis, bye bye la pause dèj. Ou comment pallier aux potentiels kilos en trop qui voudraient se greffer sur les hanches de Madame Pimpin. Tu me diras comme ça, elle n’aura plus besoin d’écouter les prouesses reproductives de la population télé-réalité de M6 à la cantoche qui de toutes manières lui coupaient l’appétit.

  • La Pie qui chante.

Petite éclaircie dans cette journée de marde, quelques petits mots glissés par Madame Pie au détour d’une pause café.

« que tu aies un bébé cette année, c’était l’un de mes voeux au moment des douze coups de minuit« .

OUF. Il n’en fallait pas tant pour que Madame Pimpin retrouve foi en l’humanité et reprenne des forces pour ré-attaquer demain. Et oui parce que demain, il faut retourner à La Grande Boîte. Et après-demaiin aussi. Et tous les jours, en fait. Marde.