Check List pour une IAC à Village Sur Mer.*

*«à Village Sur Mer» : c’est-à-dire, quand la grande maison de la PMA ne vous ouvre pas ses portes parce que vous ne faites pas de FIV mais des IAC, et que le suivi médical est donc réalisé par le Gynéco de ville ou d’ailleurs, la PMA ne prêtant que son labo et les conseils de son biologiste. 

J-7 : Le J1 n’est pas encore dans la place, mais soyons réalistes et arrêtons de rêver cinq minutes, il va débarquer d’ici une semaine. Il est temps de : 

–          Zieuter l’agenda afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de déplacements au moment supposé du J1, et commencer à émettre des suppositions quand à la date présumée de J3 pour l’écho de contrôle post-IAC#N-1.
–          Vérifier les stocks de médicaments et de consommables (médicaments, aiguilles et seringues, vaniuches). Le stock de médicaments déterminera l’importance du RDV de J3. En cas de stock liquidé, se débrouiller pour obtenir une ordonnance avant J3, rapport au délai de commande de la pharmacie.
–          Vérifier la validité des pièces administratives constituant le dossier soumis au laboratoire PMA qui prépare les recueils : date du dernier spermogramme, date des sérologies, date du dernier bilan hormonal à J3, validité du 100% (m’enfin à J-7 c’est trop tard).

J1 : Bah voilà hein on s’en doutait un peu. Si c’est un samedi, ou pire un dimanche avec J3 lundi, on est dans la marde si le point de J-7 n’a pas été fait correctement. 

–          Chialer un bon coup.
–          Essayer d’obtenir un RDV le jour même si le stock de médicaments est à zéro.
–          Essayer d’obtenir un RDV à J3 si tout est RAS.
–          Se dépatouiller avec la pharmacie.
–          Voir avec l’infirmière si besoin (surtout en cas de pénurie d’aiguilles).

J3 : normalement, le stock de médicaments est OK, partons sur l’hypothèse d’une secrétaire de gynéco conciliante. 

–          RDV de contrôle post-IAC.
–          Première injection.

J4 :
–          rappeler la secrétaire pour caler les rendez-vous de suivi de stimulation ovarienne.
–          Injection.

J5 :
–          Injection

J6 :
–          Injection

J7 : début du suivi de stimulation ovarienne.
–          Température.
–          Prise de sang au labo de Village Sur Mer de bon matin.
–          Penser à imprimer les résultats et vérifier qu’ils aient été faxés à la Chouette Clinique.
–          Faire la courbe.
–          RDV gynéco.
–          En fonction de l’écho, commencer à tenter de deviner la date de l’IAC pour s’assurer des disponibilités de tout le monde (labo, gynéco, et accessoirement son conjoint et soi-même).
–          Ne pas oublier l’injection.

J8 :
–          Température.
–          Injection

J9 : deuxième RDV de suivi de stimulation ovarienne.
–          Température.
–          Prise de sang au labo de Village Sur Mer de bon matin.
–          Penser à imprimer les résultats et vérifier qu’ils aient été faxés à la Chouette Clinique.
–          Faire la courbe.
–          RDV gynéco.
–          En fonction de l’écho, commencer à tenter de deviner la date de l’IAC pour s’assurer des disponibilités de tout le monde (labo, gynéco, et accessoirement son conjoint et soi-même).
–          Ne pas oublier l’injection.

J10 : 
–          Température.
–          Injection

J11 : troisième RDV de suivi de stimulation ovarienne. 
–          Température.
–          Prise de sang au labo de Village Sur Mer de bon matin.
–          Penser à imprimer les résultats et vérifier qu’ils aient été faxés à la Chouette Clinique.
–          Faire la courbe.
–          RDV gynéco.
–          Très probablement, calage de la date de l’IAC pour J13.
–          Ne pas oublier l’injection habituelle OU la piqûre de déclenchement.

J12 :
–          Température.
–          Prise de RDV avec le labo de la Clinique PMA pour le recueil, prise de RDV avec la secrétaire du Gynéco au cabinet de la Chouette Clinique pour l’IAC.
–          Vérification des papiers du conjoint et de ses propres papiers (carte d’identité, carte vitale, 100%, copie des examens au cas où).
–          Préparer un en-cas pour le lendemain midi.
–          Poney.

J13 : jour de l’IAC.
–          Température.
–          Départ du conjoint pour le recueil à la Clinique PMA.
–          Prise de sang au labo de Village Sur Mer de bon matin.
–          Eventuellement, aller au boulot.
–          Prise de nouvelles auprès du conjt (en évitant de faire sonner son téléphone au moment où il fait sa petite affaire…)
–          Penser à imprimer les résultats de prise de sang et vérifier qu’ils aient été faxés à la Chouette Clinique.
–          Départ pour récupération du recueil à la Clinique PMA.
–          Convoyage du recueil, des ovaires et de l’utérus concernés vers la Chouette Clinique.
–          Massacre cervical et IAC.
–          Penser à récupérer l’ordonnance pour l’utrogestan (à Village sur Mer, la pds pour recherche des BHCG, on s’assoit dessus pour les IAC).
–          Retour à la maison pour grignotage de l’encas et repos d’une heure (si possible…).
–          Retourner au boulot.
–          Pharmacie (utrogestan)
–          Poney si possible (à la maison, hein).

J14 :
–          Poney.
–          Utrogestan.

J15 à J21 :
–          essayer de ne pas penser.
–          Bordel, J21, c’est aussi J-7… il faut recommencer.

IAC2 – J13 – Brèves #3.

A J11 (samedi, donc) Madame Pimpin a tenu à recontrôler ses hormones, craignant que les sensations de tiraillement dans son col et sa glaire bien présente ne signifient une ovulation en cours, cata, donc, puisque l’IAC n’était prévue que ce matin et l’ovitrelle samedi soir.

Résultat : LH=1,8 / E2=339.

Ouf, pas de drame. L’E2 est un chouïa plus élevé qu’au même stade la dernire fois (318) mais l’écart n’est pas assez élevé pour permettre de penser que Number Two est encore dans la course (à moins que le dernier dosage de ce matin ne montre un taux formidable, mais ne nous laissons pas trop aller à la rêverie).

Madame Pimpin s’est donc rendue confiante (mais seule) au labo récupérer les Yacks domestiques dans leur petit flacon, après que Monsieur Pimpin (retourné au boulot), en mode super stressé, n’y ait déposé son précieux produit, puis s’est rendue à la Chouette Clinique avec trente minutes d’avance. Le Caméléon n’avait pas de retard, pas de stress. Madame Pimpin n’a pu accorder que quelques dizaines de minutes à son récalcitrant niveau Candy Cruche (depuis le début de la stimulation ça n’a pas avancé bordel de marde), et dieu merci l’attente fut brève rapport au lardon braillard de quelques semaines exhibé fièrement par une mère semi-obèse (qu’on ne vienne pas me dire qu’être gros rend infertile, et qu’on foute la paix aux copines de galère quand elles ont trois kilos en trop bordel), TOUTES les grosses patientes du Caméléon sont enceintes ou mère ou les deux. Bref je m’égare.

La mère béate s’éclipse pour changer son lardon (bah oui, ça chie, fallait y penser avant), Madame Pimpin en profite pour passer devant elle dans l’ordre des patientes (et BIM ça fait deux pregnant bitches esquivées).

Après les politesses d »usage, on passe dans la petite salle d’écho (première fois que Madame Pimpin la voit en plein jour). Madame Pimpin s’installe. Le Caméléon la fixe du regard pendant un instant. Madame Pimpin lui rend son regard et pense à l’épisode de Bref, ce qui la fait sourire et la détend un peu.Insertion du spéculum, ouille ouille ouille. Il est plus délicat avec la sonde. Puis au grand dam de Madame Pimpin, il sort sa pince pour lui clamper le col et lui remettre l’utérus dans le droit chemin bordel ça fait super mal (souvenirs de l’HSG) VILAIN UTERUS QUI N’EN FAIT QU’A SA TÊTE ! Heureusement le col semble à peu près ouvert puisque à part la pince elle n’a rien senti. Elle n’a pas eu le temps de regarder le flacon des Yacks domestiques flottant dans l’eau de cologne mais ce n’est pas plus mal, la dernière fois ce flacon rikiki lui avait plutôt inspiré des craintes rapport à sa petite taille ridicule.

Déclampage de col, extraction de spéculum. Ouf. Madame Pimpin se redresse mais le Caméléon lui ordonne de ne pas bouger et appuie sur un bouton puis se barre dans son bureau. Le siège de Madame Pimpin se met à basculer vers l’arrière, et n’en finit plus de descendre au point que le sang lui monte à la tête. Ah elle doit être belle comme ça tiens, frifri au vent ! L’image lui donne un micro fou-rire mais elle se retient, pas le moment que la contraction de ses abos se mettent à vouloir faire des bulles d’eau de cologne avec son vagin, bulles qui éclateraient gentiment dans l’air ambiant, dispersant les Yack Domestique là où ils n’auraient rien à faire. Seulement, l’image du frifri en irruption, laissant échapper des bulles d’eau de cologne, ça la fait encore plus marrer. Au terme de cette bonne tranche de rigolade, le Caméléon revient la mettre en position frifri en bas – tête en haut. Je VEUX ce fauteuil chez moi. T’imagines toutes les choses qu’on doit pouvoir faire avec ?

Le Caméléon prépare l’ordonnance d’Utrogestan, toujours pas de pds au programme. T’façons, les pds… plus de place sur les bras. Puis il demande à Madame Pimpin si elle bosse cet après-midi et tique un peu quand elle répond que oui. Le deal : reprise à 14h après une bonne heure de glande allongée chez elle dans son canap (glande mise à profit pour te narrer l’épopée matinale). Selon lui, le repos n’est pas une aide prouvée et empirique mais si ça peut aider et si ça ne dérange personne, c’est mieux. Madame Pimpin se lance donc pour sa grande question du sport : mollo la première semaine, puis comme d’hab, comme on le sent. Ce n’est pas dramatique d’en faire bien sûr mais autant éviter pour mettre toutes les chances de son côté. Madame Pimpin est soulagée, je t’avoue qu’elle craignait surtout qu’il se foute d’elle avec sa question de faignasse.

Bref voilà, J13 DPO0, c’est parti pour deux semaines de rêve (RDV Reiki à J23 pour donner des bonnes ondes au cas où l’un des follicules-patates a décidé de faire quelque chose de bien de sa vie). Espérons que les bestioles de Monsieur Pimpin trouvent la route et se fassent bien accueillir, espérons que les Poneys Sauvages cèderont la priorité aux Yacks Domestiqués en cas de duel, Espérons tout plein de choses.

Et puis on n’oublie pas de croiser les doigts pour la joulie Flhope qui elle aussi a du avoir une journée bien chargée.

 

 

IAC2 – J11 – Brèves #2.

Brèves du Labo.

Hier matin, c’est la vilaine infirmière cauchemardesque qui a piqué Madame Pimpin. Pourquoi cauchemardesque ? Parce que c’est elle qui avait fait quasi toutes les pds de traque anti-PetiteChose, pendant que les BHCG hésitaient à redescendre. Conformément à la tradition, malgré les aiguilles pour enfants, elle a flingué le bras de Madame Pimpin. Elle lui a ensuite demandé le but de ces dosages, et lui a ensuite dit en rigolant qu’avec des veines pareilles, ça allait être compliqué, la pds mensuelle pendant la grossesse… Ca n’a pas fait rire Madame Pimpin qui lui a répondu qu’en PMA non seulement on en a mini 4 par mois mais en plus, on n’est même pas enceinte. Alors, on va pas les plaindre non plus, les pregnant bitches.

Brèves du (ci-)Boulot.

 Mademoiselle K : MERCI ! Un petit coup de Reiki pour les insomnies + des vilaines chaussettes pour dormir + un petit tour à la clinique véto d’Afwique = une bonne grosse nuit de sommeil. Et ça ne fait pas de mal.

 Brèves de l’Endo.

J10 :  LH à 2,3 / E2 à 194.

Dans la salle d’attente du Caméléon « l’autre » PMette (manifestement on est les deux seules) est déjà là, Fifty est bien entamé. Il y a aussi une autre femme, enceinte, vieille, grosses, moche, piercée partout, cheveux gras… Je continue ?

Le Cam appelle la coupine. Marde, l’infériorité numérique se rapproche. Et Bim, une deux et trois autres femmes enceintes se pointent. Ah on se sent bien toute seule dans huit mètres carré avec 4 pregnant bitches. L’une d’entre elles en tient une bonne couche, on voit à peine son ventre mais elle se rigidifie les bras pour poser les mains dessus, que tout le monde le voit bien. Nan mais y a un moment donné où ça se voit, que la posture n’est pas naturelle et qu’elle est inconfortable. (pardon hein, mais bitcher sur les femmes enceintes que je ne connais pas me permet de réserver du capital sympathie pour celles que j’aime).

La copine sort, le Cam appelle Madame Trucmuche. L’une des femmes enceintes se lève. Moment d’émotion. Il fronce les sourcils et lui dit « non, pas vous ». Son doigt se pointe sur Madame Pimpin. « Vous ». Regard à gauche, regard à droite… Moi ?! « Oui, vous ».

Ohmaaaaagaaaaaaad, thank you love, thank you life, thank you Los Angeles, I’m so proud to stand in front of you today…

Sous les regards outrés des quatre grognasses, Madame Pimpin se lève, traverse la salle d’attente, trébuche (heureusement le Cam est déjà dans son bureau et n’a pas vu le faux pas). On se connait bien maintenant, on enlève directement le bas. Le téléphone du Cam sonne, il ressort de la salle d’écho et laisse Madame Pimpin en plan, le boule à l’air (ou presque) les pattes écartées. Ca dure trente minute… Il est vingt heures… Pas que ça à foutre, l’IAC2 c’est aussi l’IAC du Poney Sauvage.

Au final, deux follicules, un de 17 et un de 12. Le Cam hésite un peu mais finalement lance les hostilités pour une IAC lundi, ovitrelle ce soir. Ca devrait donner 23 et 18, s’ils n’ont pas décidé de se faire la malle d’ici là.

Ce matin Madame Pimpin a donc appelé la secrétaire du Cam pour caler le RDV d’IAC lundi. La fois précédente, on lui avait gentiment répondu « nan mais vous savez, il y a un délai de 6 mois pour obtenir un RDV avec Copain de Caméléon » (et comme Madame Pimpin avait cafeté, la secrétaire s’était fait gronder). Cette fois ce sera fait par le Caméléon himself (joie), et sa secrétaire se montre juste adorable et arrangeante. En deux minutes elle fait sauter une écho morpho, et rappelle Madame Pimpin pour lui confirmer l’horaire… « il n’y a pas de quoi Madame Pimpin, pour les RDV importants on trouve des solutions, bisous bisous ». De deux choses l’une : soit elle s’est vraiment fait enguirlander depuis l’autre fois, soit elle a pris de bonnes résolutions en décidant de chouchouter les PMettes (en même temps vu qu’on est que deux…).

Bref. IAC2, calée. Chef prévenu de l’absence, motif non précisé, petite manip pour éviter les questions (si ça marche je t’expliquerai). Si un jour on avait dit à Madame Pimpin qu’elle annulerait deux grosses réunion pour…. aller se faire féconder le boule dans une clinique à l’autre bout de la ville… Mais bon c’est comme ça ma bonne dame c’est pas à toi que je vais apprendre ce qu’est l’abnégation.

IAC2 – J8 – Brèves #1. [+edit des follicules en patate]

Brèves du Méno.

Cinquième (déjà) injection hier soir. Ayant épuisé son stock d’aiguilles et n’ayant pu se réapprovisionner suivant le modèle adéquat, Madame Pimpin s’est piquée avec les aiguilles de rescue données par la pharmacienne. Trop choupinoute, à ce propos, la pharmacienne. Quand Madame Pimpin est passée pour récupérer son complément de Ménopur hier soir, elle s’est confondue en excuses (alors qu’elle n’y est pour rien) pour ne pas avoir pu livrer le bon modèle, et elle en a commandé en supplément pour en avoir toujours en stock désormais (Madame Pimpin est bel et bien la seule habitante de Village Sur Mer qui se pique avec ces aiguilles), tout en précisant dix fois qu’elle souhaitait de tout son cœur qu’il n’y ait pas de prochaine fois. Bon, au final les aiguilles de rescue font très bien l’affaire. Comme elles sont un peu plus courtes, Madame Pimpin s’est piquée dans un endroit non-gras de son ventre (ah faut bien chercher hein), dans le doute. Histoire d’adapter le trajet à la dimension de l’aiguille. Mesure probablement bien ridicule, puisque tout le monde se pique avec la même taille d’aiguille alors qu’on n’a pas tous la même épaisseur de graisse sous la peau, mais déjà que par deux fois Madame Pimpin a versé une gouttelette de précieux produit en chassant l’air, elle avait le souci de bien faire.

Brèves du (ci-) Boulot.

Deuxième jour post-reprise. C’est un peu moins dur qu’hier, même si l’absence de sommeil la nuit commence à se faire désagréablement sentir (dédicace au petit vélo de Kaellie). Les choses se mettent en place pour le démarrage du Master en février, ça c’est cool. L’ambiance sur les projets taffesques est angoissante, ça c’est moins cool. Madame Poulette commence à sérieusement gaver Madame Pimpin avec son incroyable nombrilisme, son égoïsme, sa monovision et son impolitesse, tellement que ça ne mérite pas d’être développé ici (peut-être plus tard histoire de se défouler, quand même) (oh tu me connais quand il s’agit de bitcher hein…) et ça c’est vraiment pas cool.

Brèves du Labo.

Ce matin, bien que vraiment crevée de sa nuit, Madame Pimpin a décidé de se rendre vraiment en avance au labo, histoire de ne pas perdre trop de temps (en arrivant dans les premiers) de ne pas haïr le reste de l’humanité dès sept heures du matin (en haïssant les vieux qui lui sont passés devant) de façon à arriver sereinement au bureau. Elle s’est pointée un quart d’heure avant l’ouverture, s’est crue en pôle position… raté, elle était deuze. Mais bon, c’est mieux que l’habituelle onzième place, deuze. Comme elle était de bonne humeur, elle a tapé la causette avec une mamie (la troize). Pour faire chier le preum’s (un papy à jeun), elles ont causé boustifaille. Pour une fois, le labo c’était très chouette, d’autant que l’infirmière a plutôt bien piqué Madame Pimpin.Côté labo PMA, double bonne nouvelle : aucunes formalités administratives à part quelques signatures le jour du recueil (ça vous transforme une IAC ça), et pas besoin de se palucher deux fois pour Monsieur Pimpin : le nouveau spermo intégral pourra être fait le jour du recueil également.

Brèves du Dodo.

C’est la cata. Arrive l’heure du coucher, Madame Pimpin n’a pas sommeil. Elle traîne. Arrive l’heure critique du « il vous reste six heures de dodo », elle finit par se résigner et s’allonge dans son lit. Arrive l’heure à laquelle Monsieur Pimpin s’endort. Pas elle. Ca dure des heures. Elle pense à tout un tas de trucs, notamment ceux qui l’agacent. Ca l’énerve, elle dort encore moins. Arrive l’heure où le réveil sonne. Elle a probablement dormi, puisqu’elle a rêvé (de structures métalliques arrachées par la tempête… nan mais WTF) sauf qu’une affreuse sensation de nuit blanche, limite migraineuse et nauséeuse, lui pèse sur tout le corps. La dernière fois c’était un peu pareil, peut-être un effet du Ménopur ? Ou juste l’effet d’être en rogne de refaire une IAC… Demain soir c’est Reiki, elle en parlera au Maître, il pourra peut-être arranger ça (note pour plus tard qui risque de se retrouver sur le petit vélo ce soir : se remémorer les vilains rêves afin de pouvoir les raconter au Maître) (putain Gollum, sors de mon corps).

Brèves de l’Endo.

Dosages :
IAC2 – J8 : E2=109 / LH=2
(pour IAC 1- J8 : E2=51 / LH=2,6)

Ca semble un peu mieux (mais bon j’y connais rien aussi bien c’est tout pourri, on saura ça ce soir), alors ça y est, Britney pense qu’elle sera très bientôt enceinte de jumeaux.

A tout à l’heure pour l’édit Caméléonesque…

… Revoilà l’édit.

« Seulement » 1h45 d’attente, puisque la secrétaire du Cam a prévenu Madame Pimpin qu’il y avait du retard. Dans la salle d’attente, Madame Pimpin a recroisé la Pmette de l’autre jour (qui lisait 50 shades of Grey, en voilà une qui prépare son ovulation !)

Caméléon en pleine forme, adorable, « ma grande » par-ci, « vous êtes formidable » par là (en regardant la fiche IAC consciencieusement remplie par Madame Pimpin) eh ben ça fait plaisir, figure toi, un Caméléon souriant et flatteur. On en a pour ses 11,50€. (ouais en plus, pour consoler Madame Pimpin de ne pas avoir pu faire les soldes, c’était discount Caméléonesque aujourd’hui : 11€ au lieu de 18 !)

A l’écho, endomètre à 8,5, un follicule à 12 côté gauche, un follicule à 9 côté droit (qui risque probablement de nous quitter en route). Le truc c’est qu’ils ont une forme de patate. Ils sont ovales, les follicules de Madame Pimpin. Nan mais t’imagines, un bébé avec une gueule ovale ? Bon, le Caméléon a dit qu’il les aurait préférés ronds. Ils peuvent encore s’arrondir, hein. Mais du coup Madame Pimpin est vexée du follicule. Et puis elle en a marre d’en avoir un seul, elle en voudrait bien deux.

Petit cadeau bonus de l’IAC : contrairement à IAC1 pour laquelle Madame Pimpin avait encore moins de glaire que d’habitude, cette fois c’est déjà le festival de la glisse : let’s ride, baby. (oui, appelle moi classe…)

Prochain monito vendredi midi, et demain c’est Reiki.

L’écho de trop.

Ce soir les Pimpin se sont rendus de concert à la dernière écho de contrôle de cette stim pour IAC. Madame Pimpin en avait ras la casquette de se coltiner les heures d’attente toute seule. L’auguste présence de Monsieur Pimpin s’est vue honorée de paramètres plutôt pas mal :

J11, un follicule à 18,5 mm et un endomètre à 8 mm, des taux nickel, et une planification d’IAC samedi midi qui devrait tomber pile au bon moment.

Sauf que ça a été un peu plus dur que prévu.

Dans la salle d’attente, un couple est arrivé juste après les Pimpin. Ca n’a pas empêché que le Caméléon les appelle en premier. Un couple d’environ 35 ans. Je te préviens je vais bitcher. Hem. J’y vais, bouche-toi les oreilles. Des putain de cassos, en limite d’obésité morbide, sapés comme des ploucs, parlant trop fort, sans pochette (pas de pochette = pas de pma), et en prime le type empestait le tabac. bref des gros beaufs bien moches.

Pendant qu’ils étaient en consultation, une jeune femme est sortie du cabinet d’en face en larmes. Ca a forcément rappelé de mauvais souvenirs à Madame Pimpin. Elle a eu envie de courir dans le couloir pour la réconforter comme elle pourrait, mais elle s’est bien souvenue qu’elle, quand elle sort en pleurant de chez le gynéco, elle pourrait être très méchante avec quiconque lui adresserait la parole. Alors elle s’est abstenue, ce qui tombait bien puisque les cassos sont sortis peu de temps après, mais quelque chose s’était abîmé.

Les Pimpin prennent place. Ils sont les derniers, le Caméléon s’éclipse un instant pour éteindre et fermer la salle d’attente. En passant devant la petite salle d’écho, ils constatent que l’écran est toujours allumé. Monsieur Pimpin lance un « tiens, un follicule sur l’écran, tu vois eux aussi ils galèrent, c’est mal d’avoir dit du mal d’eux ».

Mouais. Un follicule. Madame Pimpin, gynéco de son état, capte en une fraction de seconde qu’il s’agit bel et bien d’un follicule, mais un follicule fécondé d’environ 8 SA. Elle lui répond sèchement que c’est un bébé. Et ça lui flingue le moral à Madame Pimpin.

Le Caméléon revient, on cause oestradiol, lh, tout ça, et on passe à l’écho. Il règle son matériel, c’est interminable. L’écran affiche toujours ce bébé d’une autre, cette image que Madame Pimpin connait bien, mais qu’elle n’a eu le droit de voir jusqu’ici que pour regarder des absences de vie. Là, sous ses yeux, le début de vie d’une AUTRE, ce qu’elle désire tant voir un jour, ce qu’elle ne verra peut-être jamais, cette image dont elle rêve obsessionnellement à chaque putain de nuit qui passe depuis plus de deux ans. C’est dégueulasse. Les paramètres sont affichés à l’écran. C’est bien 8SA mais la future maman, primipare et primigeste, n’a que 28 ans. Mazette.

Pendant tout le reste du RDV, Madame Pimpin a tiré une tronche de six pieds de long. Elle n’a pas desserré la mâchoire. OK le Caméléon n’a pas fait exprès, à 20h du soir un jour lambda il pense à autres chose qu’à « ne pas remémorer à la patiente N°28 qu’elle a fait deux fausses couches il y a deux ans et un an, et ne pas lui rappeler qu’elle vit sous une épée de damoclès« . Il n’est pas là non plus pour gérer les conflits d’agenda entre les secrétaires, ni pour s’occuper de la mise en oeuvre des formalités administratives. Bien sûr qu’il est juste là pour obtenir un follicule à 18,5 mm et un endomètre à 8 mm, des taux nickel, et une planification d’IAC samedi midi qui devrait tomber pile au bon moment. Il est là pour ça et il le fait bien.

Mais ce soir, alors qu’elle était cul-nu sur le fauteuil d’écho, la vue de cette image lui a défoncé le coeur, l’a brisé en mille morceau, et à fait couler des larmes bien amères sur ses joues, que personne n’a remarqué dans la pénombre.

Un autre jour, avec moins de fatigue, peut-être même hier, Madame Pimpin y aurait peut-être à nouveau vu un joli signe. Signe que la prochaine fois qu’elle prendrait place sur ce fauteuil, ce ne serait ni pour voir un follicule ni pour voir une absence de vie. Mais, ce soir, c’était un peu dur.

Sur ce, Madame Pimpin s’en va mettre une claque à son calendrier de l’avent, et patienter jusqu’à minuit pour faire entrer l’ovitrelle en scène.

IAC – J10 – Brèves #2.

Brèves du Méno.

Les piqûres se passent toujours bien, aucun incident majeur à déclarer, si ce n’est que Madame Pimpin a bien failli s’embrocher un doigt en changeant d’aiguille hier soir. Les capuchons des grandes aiguilles servant à préparer le mélange sont plutôt gentils, en revanche les capuchons des petites aiguilles servant à faire l’injection sont très méchants. Ils sont serrés en force, et quand il s’agit de les ôter mieux vaut avoir le geste sûr. Madame Pimpin envisage de déléguer le décapuchonnage de petite aiguille à Monsieur Pimpin.

 Brèves du labo.

Avec l’habitude, Madame Pimpin a un peu moins de mal à se lever dès la première sonnerie du réveil, même si tôt. Nouvelle pds ce matin à Petit Village Sur mer, même infirmière qu’hier, même emplacement de piqûre derrière le bras : RAS. Madame Pimpin a déclaré sa flamme à la dame. Ca lui a fait bien plaisir. Elles en sont sorties de très bonne humeur toutes les deux, et de la bonne humeur de si bon matin c’est rudement chouette.

 Brèves du Ciboulot.

– hier Madame Pimpin portait un collier que Monsieur Pimpin lui a rapporté d’Afwique. Il s’agit d’une graine d’arbre, une très très grosse graine, montée sur un collier de perles en bois. Madame Pimpin l’a mis machinalement autour de son cou, mais elle ne l’avait pas porté depuis des lustres. Plus tard dans la journée, une collègue lui a raconté qu’on lui avait offert une graine identique un jour, en lui expliquant qu’elles portent bonheur. Ces graines auraient le pouvoir de se faire oublier au fond d’un tiroir, et de ressurgir au moment où l’on a besoin d’un petit coup de pouce. Quand on voit le sketche d’hier, il n’est pas impossible que la graine magique ait tenu sa promesse. Madame Pimpin va tâcher de la ré-oublier d’ici l’IAC, et de la voir ressurgir le matin même.

– ce matin, en sortant de son étage pour aller se chercher un café au distributeur, Madame Pimpin a ouvert la porte du hall à la volée, en la tirant vers elle. Losrque la porte s’est ouverte, quelqu’un se tenait derrière. Deux personnes pour être exact. Il s’agissait de la collègue de Madame Poulette, celle de la DPA de la Petite Chose, qui tenait son bébé dans ses bras. Elle venait présenter sa petite fille. La première réaction de Madame Pimpin a été de lui adresser un grand sourire spontané et de se pencher sur la petite pour mieux fondre de cromeugnonnerie. Il reste donc un soupçon d’humanité dans cette carcasse rassie (ou alors la mère Pimpin doit son salut à sa lenteur d’esprit). Ensuite, une fois la surprise passée, Madame Pimpin a forcément commencé à gamberger et à regarder la petite en se disant que ça pourrait être la sienne, sa Petite Chose. La troisième réaction de Madame Pimpin, passé la séquence émotion, a été de se ressaisir et d’y voir un signe que ce serait bientôt elle. Peut-être pas là tout de suite, après l’IAC. Mais un jour, bientôt. Siouplé. Je suis si mignonne.

– ce matin Madame Pimpin a reçu un coup de fil de Monsieur Dame Blanche, pour lui proposer de déjeuner. Elle ne l’avait pas vu depuis cet agréable déjeuner d’été. De longue date, Monsieur Dame Blanche s’est dégoté des talents de talisman de la fertilité. Il avait raconté à Madame Pimpin, un peu avant Noël 2011 alors qu’elle lui confiait que son bébé tardait à venir, qu’il lui suffisant de passer du temps avec une femme en galère d’essais (du temps, en tout bien tout honneur hein ! je te vois venir, avec tes mauvaises pensées !) pour que les choses se « débloquent ». Il avait dit ça en rigolant mais il avait cité quelques exemples. Je te le donne en mille, vingt-huit jours plus tard Madame Pimpin apprenait qu’elle était enceinte.

Bon. J’sais pas si c’est cette histoire de vendredi 13 ou quoi, mais Madame Pimpin va finir par réellement aller faire bénir la préparation spermatique à Lourdes avant l’IAC tellement elle est en train d’essayer de devenir superstitieuse dans le bon sens. Tu crois que Ryan air permet de trimballer de la semence en cabine ?

 Brèves de l’Endo.

RDV ce soir à 19 heures chez le Caméléon. Dosages en bonne voie : E2 :171 / LH :2,6. Madame Pimpin avait l’intention de signifier son agacement au Caméléon quant au peu d’informations fournies sur les formalités préalables à l’IAC. Pour le punir elle a même mis des collants aujourd’hui, bien fait pour lui, il devra voir ses vilains pied. Finalement, comme il était d’humeur charmante, elle s’est dégonflée a décidé de passer outre.

Pour faire bref parce que Madame Pimpin tombe de sommeil :

Rubéole : pas grave.

Follicules : on en a perdu un dans la bataille, il a stagné. L’autre est à 17,5. On continue le Ménopur ce soir et on déclenche demain soir après un dernier dosage et une dernière écho.

Date d’IAC : samedi !

IAC – J8 – Brèves #1. [+ edit]

Brèves du Méno. 

Bon, ben les piqûres de Ménopur, c’est validé. L’infirmière a fait la première mercredi dernier, le lendemain elle a laissé Madame Pimpin gérer sous sa surveillance, et vendredi Madame Pimpin lui avait demandé de revenir (parce qu’elle est si gentille que c’est un plaisir de la voir) mais elle a tout fait sans consigne. Samedi soir elle s’est piquée toute seule, et hier Monsieur Pimpin s’est amusé à lui faire le mélange. Madame Pimpin kiffe ses piqûres. Elle a déjà chopé des T.O.C mis en place son petit rituel, cuisine toute clean après le repas, piqûre, puis chocolat de l’avent pour la récompense. Côté désagréments, pas grand-chose à déclarer, si ce n’est une grosse fatigue et une sale trogne, mais ça peut aussi bien ne pas être imputable au traitement.

Brèves du Labo. 

C’est ce matin qu’a eu lieu le premier contrôle Oestradiol / LH de stimulation ovarienne. On est à J8, idéalement il aurait fallu commencer à J7 mais c’était dimanche. Alors que retenir de cette fabuleuse expédition.

– se lever à 6h30 un lundi matin et se retrouver à gratter le pare-brise gelé, ça fait chier.

– le labo à 7h30 le lundi, c’est l’invasion de vieux, encore plus que les autres jours.

– la nana qui se trouvait dans la file d’attente juste devant Madame Pimpin n’avait pas l’air enceinte mais la secrétaire du labo s’est fait une joie de bramer «ah vous êtes au quatrième mois». Mazeltov.

– les prises de sang à fréquence régulière sont toujours incompatibles avec les veines fines et mobiles de Madame Pimpin, l’infirmière a fait du bon travail mais elle lui a souhaité bien du courage pour la semaine. Heureusement la nature est bien faite, on a deux bras.

– se retrouver au labo le matin en hiver, ça rappelle à Madame Pimpin les pds de control freak qui traquaient le taux de la Petite Chose il y a quelques mois, et ça fait mal au ventre…fucking mémoire.

Brèves du ciboulot.

Madame Pimpin ne part pas vraiment gagnante. C’est peut-être passager rapport à la photo de la dinde de Noël qui lui a tout de même bien défoncé le moral, c’est con mais c’est comme ça. Elle part un peu perdante mais ce n’est pas ça qui l’aidera à faire face quand le résultat arrivera, elle le sait bien. Le côté positif c’est qu’elle trouve que le traitement n’est pas du tout contraignant. Les pds le matin avec écho le soir, un jour sur deux, ça lui va bien comme rythme et c’est transparent pour le boulot (mis à part l’assignation à résidence pour toute la semaine, mais fuck you le chef). Elle n’aura pas l’impression de s’être sacrifiée sur l’autel de la loose en cas d’échec. Disons que pour le moment, Madame Pimpin s’acquitte de sa tâche sans trop broncher et sans trop rien attendre. Ni pessimisme abusif, ni optimisme de la dinde qui croit qu’une IAC va suffire pour changer sa vie. Le regard loin devant, au-delà du résultat. Tout pareil que quand elle court, elle regarde derrière la côte. Toujours.

Brèves de l’Endo.

RDV à 18h chez le Caméléon, pour le monito et l’interprétation des résultats E2 / LH. Les bottines bleues sont de sortie, jean confortable, pull et t-shirt longs, dégaine un peu loose : heureusement les gougniagiers ne sont pas de la fashion police, sans quoi ils auraient probablement noté un changement.

C’est donc avec une bonne heure et demie de retard que le Caméléon a ausculté les voies impénétrables de Madame Pimpin. Avec son E2 à 51 et sa LH à 2,6, Madame Pimpin y allait plutôt piteuse, mais le Caméléon (qui était aujourd’hui d’une humeur de chien) a dit que c’était bien. Alors pour une fois on va laisser tranquille son auto-estime en mousse, et faire un peu confiance quand on dit que c’est bien. Allez hop, 51 c’est bien. Puis Madame Pimpin s’est installée sur la table de l’espace du Caméléon. En fait c’est un fauteuil à bascule, qui monte, on a les pieds sur des sortes de pédales (exit l’étrier qui laisse gracieusement apparaître le dessous des chaussettes) et qui s’incline en arrière. Ca change de la table en fer du Docteur Colley. La scrutation commence. A droite, c’est moche. 6,5 mm. Madame Pimpin commence à bader. On passe à gauche, et là c’est mieux : deux bon follicules « recrutables » (yes les gars, entretien d’embauche : check !) de 12 à 14 mm suivant les bords.

Le Caméléon, trop choupinou, imprime les deux globules noirs et tend la photo à Madame Pimpin, cadeau. LOL. On commence l’album photo familial ? Puis Madame Pimpin pose ses deux trois questions cons dont elle te fera grâce (elle est incapable de dire des choses sensées quand elle a les fesses à l’air), remet son jean, et on repasse au bureau.

Madame Pimpin lui demande s’il ne serait pas un peu temps de faire les sérologies rapport aux 14 mm. Et là c’est limite si elle ne se prend pas l’avoinée du siècle parce que bordal, t’es mariée, tu veux faire un bébé, et tu sais pas si t’as la Syphilis ? Mais ma pauvre amie dans quel monde tu vis ? Il va falloir se sortir les doigts du boule et aller me faire cette sérologie, demain matin et que ça saute (mais euh, demain c’était repos pour mes veines toutes pourries…). Parce que ça ne chôme pas là-dedans, on devrait inséminer au plus tard samedi, mais plus probablement…..

Vendredi 13

Gloups.

Stratégie PMesque Round 2.

Exit le Clomid de marde et le Duphaston qui sert à rien. Et d’ailleurs, exit la PMA tant qu’on aura pas clairement établi que les deux vilaines fausses-couches de mars 2012 et mars 2013 n’étaient que le fruit du dévolu de cette salope de DNLP.

Parce que d’accord, on ne parle de fausse-couche à répétition qu’à partir de trois fausses-couches successives. Donc, on n’est pas franchement-franchement encore dans ce cas là, pourrait nous dire un gynécologue scrupuleux des procédures. Et Madame Pimpin est bien d’accord. A condition qu’on s’entende sur le terme « successives ». Parce que Madame Pimpin, elle essaie de se reproduire de puis deux ans mine de crayon. Et avec une moyenne d’une fausse-couche par an, il est hors de question qu’elle se risque à une troisième grossesse uniquement dans le but de la livrer aux statistiques, histoire de vérifier que ses fausses-couches ont une raison d’être. Madame Pimpin, elle veut bien qu’on attende trois fausses-couches pour les couples qui réussissent à être enceinte en claquant des doigts. Ceux qui font leurs trois fausses-couches en un an. Mais là, elle va pas donner un an de sa vie à la science. NO WAY, mon petit pote.

Donc on va commencer par là : un petit bilan comme il se doit.

– examens génétiques : cariotype.

– examens hématologiques : coagulation, syndrome des phospholipides.

– examens immunologiques : là, honnêtement va probablement falloir se contenter d’une prise de sang parce que la fameuse biopsie des cellules tueuses ça m’étonnerait qu’on nous laisse la faire avant le troisième round.

=> Si tu es concernée par le problème des fausses-couches à répétitions, et qu’on t’a déjà fait faire des examens pour en chercher la cause, Madame Pimpin serait fort reconnaissante que tu lui en donnes la liste (dans les commentaires ou bien par mail (mon mail se trouve sur la page « au sujet de Madame Pimpin ») ça l’aiderait à construire un argumentaire solide et à ne pas se dégonfler devant le Docteur Colley comme elle sait si bien faire…)

– tant qu’à faire on va demander un nouveau spermogramme, l’autre datera d’un an d’ici là. Et on va refaire le bilan hormonal de Madame Pimpin, et pas seulement à J3 : à J12 également, tu seras bien mignon. Et on fera l’AMH aussi bordel de marde. Parce que de toutes manières c’est bibi qui paie, c’est pas la sécu, alors bibi a le droit de désirer se délester de 50 boules à la rentrée, après le passage du gouffre financier des vacances et juste avant celui du trés<3r public.

Pendant ce temps là, rien n’empêche de commencer des stimulations simples, mais avec des VRAIS choses, des piqûres comme il se doit et pas juste des cachets de petit joueur. Comme ça, Madame Pimpin apprend à se piquer, et ensuite on passe aux choses sérieuses.

Les IAC (si la batterie de tests ne nous conduit pas directement à la case FIV). Avant la fin de l’année. Hop hop hop, on se sort les doigts du boule. J’en veux deux avant décembre. Et que ça saute. Mais attention. Pas question de faire ça mignonnement dans notre coin, pour s’entendre dire le jour où on va atterrir dans le bureau du Ponte de la PMA « faisons quelques petites inséminations pour voir ». Madame Pimpin exige que dès la première IAC, on se mette en contact avec le centre de PMA (le joli, pas celui où on se croirait en ex URSS) pour qu’ils soient au courant du protocole. Si cette condition n’est pas remplie ce sera directement la PMA, on ne repassera pas par la case Docteur Colley. Hors de question de fêter le troisième anniversaire de l’attente du bébé Pimpin sans avoir grillé au moins quatre cartouches IAC.

Tout ça nous conduit à l’été prochain, période calme tant professionnellement que universitairement (bah ouais parce que c’est bien joli de reprendre ses études mais ça rajoute une composante au jonglage [Boulot – dodo – PMA], ne perdons pas cette donnée de vue). Juillet ce sera bien pour faire une FIV. Bon ben voilà. y’a plus qu’à.

T’inquiète, Madame Pimpin sait bien que tout ça reste très utopique, que d’ici là elle risque d’apprendre qu’elle a une tumeur du sac lacrymal, ou bien que Monsieur Pimpin est en fait un homosessual qui l’a épousée pour son pognon, ou même le temps de faire une troisième fausse couche toute seule histoire de vérifier le théorème. Elle sait bien qu’en PMA il peut se passer n’importe quoi. Mais C3 l’a rendue chèvre tu vois. Parce qu’elle avait trop le nez dedans, mais que comme il ne se passait rien, forcément elle n’a pas été enceinte et forcément elle s’est mangé le mur à mille à l’heure. Alors là, ce qu’elle fait c’est qu’elle essaie juste de regarder au dessus de tout ça. La vraie stratégie là-dedans, c’est la diversion. Comme ça pour C4 et C5, elle se fout la paix. Et donc, elle TE fout la paix. Et on est tous bien mieux comme ça non, à faire des plans sur la comète, à écouter des musiques chouettes, plutôt qu’à se démâter le moral en racontant des élucubrations ubuesques.

Hühner. Sa mère.

Bon… Tu as des petits gâteaux, un thé et un plaid ? Non parce que ça promet d’être longuet cette affaire. Le test de Hühner, ou la journée la plus longue de la vie de Madame Pimpin. Elle ne t’épargnera pas les détails (elle n’est plus à ça près, en une semaine sept personnes auront vu son minou… Pudeur ? C’est quoi déjà ? )

Réveil mis à six heures, comme convenu, Monsieur et Madame Pimpin se font un chaste bisou (interdits de poney dimanche soir) et se disent bonne nuit. LOL. Madame Pimpin a dormi par tranches de dix minutes, puis se réveillait, se rendormait… Elle est prête pour le Vendée Globe. A chaque tranche de dix minutes, elle faisait le même rêve. Sauf que le décor changeait. Madame Pimpin a rêvé d’un coït forcé dans une cabine d’essayage, puis dans un chantier, puis sur un parking… A chaque fois le rêve se terminait par une panne sexuelle et l’annulation du test de Hühner.

A partir de quatre heures, elle a arrêté de rêver, elle s’est mise à imaginer. Quand le réveil a sonné, tu peux imaginer son état d’excitation et d’appétit sexuel. Surtout qu’en plus, elle avait cette chanson qui ne lui quittait plus le cerveau, MERCI Stéphanie Sandrine. Non mais ECOUTE les paroles, quoi. Quand le réveil a sonné, donc, c’était Beyrouth. Madame Pimpin s’attendait à ce que cette partie de poney matinale ne soit pas une chevauchée sauvage au pays du glam. Mais elle ne pensait pas que ce serait si horrible. Entre deux tentatives, elle s’est effondrée et à beuglé qu’elle allait annuler le RDV. => so glamour. Madame Pimpin s’y connait quand il s’agit de causer à un homme. Finalement à 6h30 pétantes, Monsieur Pimpin, dans un élan de fougue et d’amour désespéré, a réussi à déposer son offrande dans la grotte d’amour de Madame Pimpin.

Les 20 minutes d’étoile de mer préconisées après le rapport se sont transformées en 10 minutes, et dans la bataille Madame Pimpin a oublié de prendre sa température : elle ne sait donc pas si l’ovulation était consommée ce matin. Elle a opté pour la solution douche, avec savonnage sauf entre le nombril et les genoux, soyons prudents. Et roule ma poule, une craquinette et au boulot, avec l’impression d’avoir fait les quatre cent coups toute la naïte.

Après un début de matinée relou chargée au bureau, ponctuée de douze cafés et autant de pipis où Madame Pimpin a pu constater que sa grotte d’amour semblait aussi sèche que le désert de Gobi, Madame Pimpin s’esquive (merci au centre de PMA d’habiter à moins de dix minutes du bureau de Madame Pimpin). Pendant qu’elle patiente dans la salle d’attente, une fille arrive et annonce à la secrétaire qu’elle vient de faire deux TG positifs, et qu’elle a rendez-vous pour sa PDS. La hyène. Madame Pimpin se rappelle qu’elle est au centre de PMA, la demoiselle en question en a probablement chié encore plus qu’elle, elle fait appel à toute le joie et au bonheur dont elle est capable et se concentre sur ses mains.

Le Docteur biologiste sort de son bureau, dit bonjour d’un air ronchon (AU SECOURS, il est jeune. Madame Pimpin n’aime pas montrer ses fesses à des gens jeunes), Madame Pimpin va pour se lever mais il s’enferme dans la salle d’examens. Well well well. Au bout d’un long moment, il en ressort et appelle Madame Mademoiselle Pimpin. Le galant homme. Finalement il n’est pas si ronchon, il serre la main gentiment et pose quelques questions sur le « parcours » de Madame Pimpin. Elle prend confiance, et lui fait part de ses suspicions non vérifiées d’ovulation dominicale. Il lui dit que ça vaut quand même le coup de faire le test maintenant qu’on en est là. Elle lui pose deux ou trois questions, et il lui dit (attention, crise d’orgueil) : – « vous avez l’air bien au courant, vous travaillez dans le domaine médical ? ». Madame Pimpin lui dit que non, sa voix se brise, elle est juste bien renseignée parce qu’elle en a assez de galérer. Ensuite il lui explique le but du test de Hühner (LOL) et l’invite à prendre place. Il farfouille pas mal avec son speculum, gratouille, inspecte, sa tête est tout près, Madame Pimpin regarde ses chaussettes (sans trous, clin d’oeil à La Fille). Le test de Hühner, ça ne fait pas plus mal qu’un examen gynéco normal. Ca fait un peu mal au couple, c’est tout.

En se rhabillant, Madame Pimpin demande au docteur le délai d’obtention du résultat. Ca ne devrait pas être long qu’il dit et il lui demande si elle est anxieuse. Elle lui répond que oui, même si elle ne s’attend pas à un miracle et que ça ne changera quasiment rien au fait qu’elle passe de toutes façons en PMA, elle trouve ça dommage de ne pas réussir à concevoir un bébé « normalement » alors que ça a déjà marché une fois. Il lui répond que les couples de PMA c’est sa « normale » à lui, et que souvent on commence le protocole de PMA et la grossesse spontanée survient immédiatement, parce qu’un frein psychologique se relâche. Ah ouais, va dire ça à mes coupines de blog, tiens tu les feras bien marrer sourire poli. Le docteur est jeune, et si gentil que Madame Pimpin ne lui en tient pas rigueur.

Au final, ça n’aura duré que trente minutes, entre l’ouverture et la fermeture de la porte du bâtiment. Madame Pimpin devait déjeuner avec Madame Loutre au port, elle a une demi-heure d’avance. Il fait beau, elle se dit qu’elle a bien mérité une pause contemplative devant les bateaux. Elle se pose sur un banc, allume une clope (ouais, les bonnes résolutions… Elles n’ont pas survécu au dernier J1). Devant elle se balance un petit voilier nommé Espoir. Elle sourit, un peu ironiquement.

Madame Loutre arrive, ça se passe bien mieux avec elle ces derniers temps. Comme elle n’en rate pas une, elle fait tout de même remarquer au passage qu’elle aurait bien étouffé sa fille ce matin, lolilol. Bref. Au final ce déjeuner est agréable, il a une saveur de printemps avec tout ce soleil dans la verrière, et il offre à Madame Pimpin une chouette transition entre le labo et le bureau. Le reste de la journée se traîne, Madame Pimpin checke ses mails tous les quarts de seconde en attente du résultat : que dalle.

Elle rentre chez elle, checke ses mails, que dalle, checke les blogs des copines, répond à ses commentaires, fume une clope, checke ses mails sur son smartphone en fumant sa clope… tililit, les résultats du labo. Elle écrase sa clope (ça valait bien le coup tiens) se rue à l’intérieur, tililit, le téléphone sonne c’est môman qui vient aux nouvelles… Arf, pas le courage de parler trop longtemps, les résultats attendent. Madame Pimpin raccroche et s’avachit sur son canapé pour composer fébrilement le mot de passe et accéder au pdf.

Elle ne devrait pas avoir la pression pour ces résultats. Après tout, c’est pas un dosage b-HCG. Au pire un négatif ne ferait qu’accélérer le processus, sauter la case Clomid Again #5, passer directement aux IAC. Mais voilà il y a l’honneur aussi, ce truc qui rime avec pudeur, et dont Madame Pimpin n’est pas dépourvue. A ce moment là du récit, Madame Pimpin préférerait avoir de la glaire à gogo et pas tant d’honneur. Ou bien pas de glaire, et pas d’honneur. Comme ça, ça serait pas grave. Ouais elle est con Madame Pimpin, mais ça lui ferait plaisir d’avoir une belle glaire de chaudasse.

Eh ben non. Glaire moyenne, abondance moyenne, filance pas top, cristallisation de chiotte, le ph n’est pas indiqué. Et malgré tout, quelques rares bestioles égarées continuent à surnager dans ce magma inhospitalier. Ils ont bien du courage, les spermatozoïdes de Monsieur Pimpin. Comme lui, d’ailleurs. Lui aussi parfois il nage dans un milieu hostile, mais il reste, paré à toute épreuve. Bref, ça donne un 6/12. Madame Pimpin a toujours été une petite fayote à l’école. Elle ne supporte pas les mauvaises notes. Et là, c’est clairement de sa faute ce score tout pourri.

Mais bon, ça va hein y’a pas mort d’homme. On est en 2013, allô, la glaire ça sert à rien. Et puis Madame Pimpin se console dans sa bulle de mauvaise fois en se disant qu’hier, elle aurait sûrement eu une glaire de compèt’. Et au final, toutes ces petites contrariétés tombent plutôt bien, merci au Docteur Colley d’avoir condensé tous ces examens de marde sur le même cycle, et sans traitement. Ca traîne pas, on ne perd pas de temps. Et comme ça on ne gâche pas le clomid. Parce que bon, pas de poney dimanche, glaire de marde aujourd’hui, Monsieur Pimpin de garde ce soir… Mal barré pour une fécondation févrière. Au moins Madame Pimpin économisera son Espoir. C’est peut-être ça qu’il voulait lui dire, ce petit voilier qui se balançait dans le port de Village Sur Mer ce midi.

La magie des TO.

Afin de se prémunir de toute déception trop cuisante lors de la réception des résultats de son test de Hühner, Madame Pimpin a décidé de ressortir ses tests d’ovulation du placard.

Vendredi soir, elle rentre du travail, envie pressante, à peine le pipi terminé, Madame Pimpin se rend compte qu’elle a complètement zappé la case TO ! Elle s’enfile donc son thé du soir, en espérant que ça lui redonne envie, sans trop diluer les hormones, le tout avant 20h (heure limite de testage). 20 heures pétantes, soit une heure plus tard, re-envie pressante. Madame Pimpin se rend au petit coin et en ressort vite fait : elle était sur le point de zapper à nouveau la case TO. Elle installe son petit dispositif, fait son affaire, dépose la bandelette sur une surface plate, sèche, propre et non absorbante (merci simplytest pour tes instructions précises) et ressort des wc. 10 minutes plus tard, elle va pour appeler une amie, et se rappelle du TO qui sèche dans son coin. Dans le genre préoccupé, on peut mieux faire. Pas de surprise, TO –  blanc comme neige (à J12, donc). Madame Pimpin est soulagée, pas d’ovulation surprise à J14 à prévoir. Elle appelle sa copine.

Le lendemain, J13 rebelotte. Cette fois elle n’oublie pas de mettre un peu de produit de côté pour y tremper la bandelette, il est 16h elle repose le bouzin sur une surface plate, sèche, propre et non absorbante, et elle attend. Au bout de 10 minutes, elle n’y pense plus. Monsieur Pimpin sort des gogues, l’air vaguement dégoûté « euh, y’a ton pipi qui sèche là ». Oups. 16h15, le verdict est très clair : la deuxième barre est pourpre, Madame Pimpin va ovuler. Sur le coup, ça lui fait tout drôle d’avoir un test positif entre les mains. Même si ça n’est pas LE positif qu’elle attend, ça fait toujours plaisir !

Donc elle va ovuler, oui mais quand ? On est samedi J13. Si Madame Pimpin se décide à ovuler demaine J14, on est pas bon pour le Hühner, bordel. Attend, petit ovule, attend. Madame Pimpin décide de renouveler l’expérience le lendemain, dimanche J14. Nous y voilà donc, Madame Pimpin sort juste à l’instant des wc pour te donner les résultats du jour (ouais le dimanche quand il pleut elle s’emmerde un peu). La deuxième barre du TO est un peu moins foncée qu’hier, disons qu’aujourd’hui elle est de la même couleur que la barre test.

Alors alors… TO, dis moi ce que tu vois…

Sachant qu’un TO + détecte le pic de LH.

Sachant que le pic de LH a lieu 24 à 48h avant l’ovulation.

Sachant qu’un TO est considéré positif si l’intensité de la couleur de la deuxième barre est supérieure ou égale à l’intensité de la couleur de la barre de test.

Sachant que d’habitude, Madame Pimpin ovule toujours à J16.

Sachant que l’augmentation de température basale a lieu juste après l’ovulation.

On peut concure…

    On peut conclure…

        On peut conclure….

– Que demain matin, avant la séance de poney imposée à 6h, Madame Pimpin aura gagné de droit de reprendre sa relation tumultueuse et non exclusive avec son thermomètre. (Espérons que cette fois il ne finisse pas sa triste vie dans le mur, après un bien vilain vol plané.)

– Qu’il y a des chances que l’ovulation arrive trop tôt et que le test de Hühner soit mauvais.

– Que Madame Pimpin a bien fait de ressortir ses TO. CQFD.