L’écho de trop.

Ce soir les Pimpin se sont rendus de concert à la dernière écho de contrôle de cette stim pour IAC. Madame Pimpin en avait ras la casquette de se coltiner les heures d’attente toute seule. L’auguste présence de Monsieur Pimpin s’est vue honorée de paramètres plutôt pas mal :

J11, un follicule à 18,5 mm et un endomètre à 8 mm, des taux nickel, et une planification d’IAC samedi midi qui devrait tomber pile au bon moment.

Sauf que ça a été un peu plus dur que prévu.

Dans la salle d’attente, un couple est arrivé juste après les Pimpin. Ca n’a pas empêché que le Caméléon les appelle en premier. Un couple d’environ 35 ans. Je te préviens je vais bitcher. Hem. J’y vais, bouche-toi les oreilles. Des putain de cassos, en limite d’obésité morbide, sapés comme des ploucs, parlant trop fort, sans pochette (pas de pochette = pas de pma), et en prime le type empestait le tabac. bref des gros beaufs bien moches.

Pendant qu’ils étaient en consultation, une jeune femme est sortie du cabinet d’en face en larmes. Ca a forcément rappelé de mauvais souvenirs à Madame Pimpin. Elle a eu envie de courir dans le couloir pour la réconforter comme elle pourrait, mais elle s’est bien souvenue qu’elle, quand elle sort en pleurant de chez le gynéco, elle pourrait être très méchante avec quiconque lui adresserait la parole. Alors elle s’est abstenue, ce qui tombait bien puisque les cassos sont sortis peu de temps après, mais quelque chose s’était abîmé.

Les Pimpin prennent place. Ils sont les derniers, le Caméléon s’éclipse un instant pour éteindre et fermer la salle d’attente. En passant devant la petite salle d’écho, ils constatent que l’écran est toujours allumé. Monsieur Pimpin lance un « tiens, un follicule sur l’écran, tu vois eux aussi ils galèrent, c’est mal d’avoir dit du mal d’eux ».

Mouais. Un follicule. Madame Pimpin, gynéco de son état, capte en une fraction de seconde qu’il s’agit bel et bien d’un follicule, mais un follicule fécondé d’environ 8 SA. Elle lui répond sèchement que c’est un bébé. Et ça lui flingue le moral à Madame Pimpin.

Le Caméléon revient, on cause oestradiol, lh, tout ça, et on passe à l’écho. Il règle son matériel, c’est interminable. L’écran affiche toujours ce bébé d’une autre, cette image que Madame Pimpin connait bien, mais qu’elle n’a eu le droit de voir jusqu’ici que pour regarder des absences de vie. Là, sous ses yeux, le début de vie d’une AUTRE, ce qu’elle désire tant voir un jour, ce qu’elle ne verra peut-être jamais, cette image dont elle rêve obsessionnellement à chaque putain de nuit qui passe depuis plus de deux ans. C’est dégueulasse. Les paramètres sont affichés à l’écran. C’est bien 8SA mais la future maman, primipare et primigeste, n’a que 28 ans. Mazette.

Pendant tout le reste du RDV, Madame Pimpin a tiré une tronche de six pieds de long. Elle n’a pas desserré la mâchoire. OK le Caméléon n’a pas fait exprès, à 20h du soir un jour lambda il pense à autres chose qu’à « ne pas remémorer à la patiente N°28 qu’elle a fait deux fausses couches il y a deux ans et un an, et ne pas lui rappeler qu’elle vit sous une épée de damoclès« . Il n’est pas là non plus pour gérer les conflits d’agenda entre les secrétaires, ni pour s’occuper de la mise en oeuvre des formalités administratives. Bien sûr qu’il est juste là pour obtenir un follicule à 18,5 mm et un endomètre à 8 mm, des taux nickel, et une planification d’IAC samedi midi qui devrait tomber pile au bon moment. Il est là pour ça et il le fait bien.

Mais ce soir, alors qu’elle était cul-nu sur le fauteuil d’écho, la vue de cette image lui a défoncé le coeur, l’a brisé en mille morceau, et à fait couler des larmes bien amères sur ses joues, que personne n’a remarqué dans la pénombre.

Un autre jour, avec moins de fatigue, peut-être même hier, Madame Pimpin y aurait peut-être à nouveau vu un joli signe. Signe que la prochaine fois qu’elle prendrait place sur ce fauteuil, ce ne serait ni pour voir un follicule ni pour voir une absence de vie. Mais, ce soir, c’était un peu dur.

Sur ce, Madame Pimpin s’en va mettre une claque à son calendrier de l’avent, et patienter jusqu’à minuit pour faire entrer l’ovitrelle en scène.

IAC – J11 – Brèves #3.

Brèves du Meno.

Dernière piqûre hier soir (aux dernières news). Bon, après ses huit petites piqûres, Madame Pimpin est tout de même contente de ne pas jouer les prolongations. C’est peut-être que l’attrait de la nouveauté s’est estompé, ou peut-être que son ventre en a ras le bol, mais les injections se faisaient de plus en plus désagréable, limite un peu douloureuse pour celle d’hier. Au bilan, pas de bleus pas de drame.

Brèves du Labo. 

Ce matin Madame Pimpin a refait son dosage de prolactine qui datait un peu. Elle n’était pas à jeun (je veux dire, elle avait petit-déjeuné hein… va pas t’imaginer qu’elle prend de la vodka au petit dèj, on n’en est pas encore là) lors du dernier bilan à J3 et le précédent dosage était trop ancien. «Reposez-vous 20 minutes Madame Pimpin»… Euh non mais c’est-à-dire que j’ai un boulot… Rien à faire, Madame Pimpin a du passer 20 minutes à se détendre dans le noir. Après avoir assisté à une course de déambulateurs lors de la ruée de l’ouverture du labo, puis à la tentative de meurtre d’une veille qui voulait doubler une femme enceinte (si si, je l’ai vue avec sa canne), quand des gougniafiers t’attendent et que tu as trois coups de fils pmesque à passer avant toute chose en arrivant au boulot :  je te souhaite bien du courage pour te détendre. Au final, comme c’était aussi (aux dernières news) la dernière pds, Madame Pimpin a pris sur elle. La technique de la veine arrière a encore une fois fait des miracles, à l’heure où je te parle, après 4 pds en trois jours les veines arrière de Madame Pimpin ne portent aucune marque. On peut pas en dire autant de son pli du bras, portant toujours les stigmates de la pds N°1 de J8.

Côté Labo PMA les choses se précisent, tout devrait rentrer dans l’ordre, Madame Pimpin a rendez-vous demain avec la Merveilleuse Secrétaire pour faire le point et vérifier le dossier. Cœur cœur cœur.

Brèves du Ciboulot.

On va revenir sur le déjeuner avec Monsieur Dame Blanche. Hier soir, Madame Pimpin a eu la flemme n’a pas eu le temps d’éditer ce paragraphe. Tu vas rire. Mais c’est vraiment pas drôle. Ah, elle en cherchait des jolis signes, Madame Pimpin… Et ben BIM, mange le dans ta face le divorce des Dame Blanche. Elle a récupéré un Monsieur Dame Blanche dans un état désastreux et a passé le dèj à le ramasser à la petite cuiller. Passons les détails scabreux, on va pas raconter leur vie ici. Mais Madame Pimpin la retient, La Vie, avec ses numéros d’intimidation.

En même temps que le taux d’oestradiol, la pression monte dans la petite caboche de Madame Pimpin. Monsieur essaye de pondérer le truc à base de blagues de marde, appelons un chat un chat. Il donne dans l’humour noir, ça ne lui réussit pas. Madame Pimpin est à deux doigts de l’envoyer s’auto-inséminer chez les grecs. Pour se détendre un peu elle s’est octroyée une avance sur cadeau de J1 et a claqué une partie de l’argent de Noël qu’elle réservait à ses neveux Riri Fifi et Loulou chez H&M. Z’avaient qu’à pas en faire trois, bordel.

Bref, le mode «cette IAC est un brouillon, OSEF» relève à présent plutôt de l’auto persuasion, il va falloir redescendre d’un cran quand la mise en place logistique sera terminée.

Brèves de l’Endo.

La blagounette de la journée ? La secrétaire du Caméléon a bien failli ne pas trouver de place pour LE rendez-vous avec le Yack. «Désolée Madame c’est complet samedi». Pardon ? Bon, après négo, ça s’est arrangé. Mais cette IAC de Noël a un petit côté «calendrier de l’avent», avec à chaque jour sa surprise du chef.

Les dosages sont arrivés : E2 :318 / LH :3,4. La LH reste à peu près sage, mais… il ne va pas falloir trainer du tout du tout parce qu’avec un seul follicule, l’œstradiol est tout de même assez élevé. Madame Pimpin croise les doigts pour que la surprise du calendrier demain ne soit pas une ovulation spontanée du vendredi 13. Parce que le délai d’abstinence pour samedi court déjà et que demain soir Monsieur Pimpin découche pour cause de travail. Ce serait dommage de devoir la rejouer 007 en mode infiltration ponesque sur son lieu de travail alors qu’on a un grand gros gras Yack en double file. Et puis avec un endomètre à 7 hier, ne nous précipitons pas trop hein.

La suite ce soir :)

IAC – J10 – Brèves #2.

Brèves du Méno.

Les piqûres se passent toujours bien, aucun incident majeur à déclarer, si ce n’est que Madame Pimpin a bien failli s’embrocher un doigt en changeant d’aiguille hier soir. Les capuchons des grandes aiguilles servant à préparer le mélange sont plutôt gentils, en revanche les capuchons des petites aiguilles servant à faire l’injection sont très méchants. Ils sont serrés en force, et quand il s’agit de les ôter mieux vaut avoir le geste sûr. Madame Pimpin envisage de déléguer le décapuchonnage de petite aiguille à Monsieur Pimpin.

 Brèves du labo.

Avec l’habitude, Madame Pimpin a un peu moins de mal à se lever dès la première sonnerie du réveil, même si tôt. Nouvelle pds ce matin à Petit Village Sur mer, même infirmière qu’hier, même emplacement de piqûre derrière le bras : RAS. Madame Pimpin a déclaré sa flamme à la dame. Ca lui a fait bien plaisir. Elles en sont sorties de très bonne humeur toutes les deux, et de la bonne humeur de si bon matin c’est rudement chouette.

 Brèves du Ciboulot.

– hier Madame Pimpin portait un collier que Monsieur Pimpin lui a rapporté d’Afwique. Il s’agit d’une graine d’arbre, une très très grosse graine, montée sur un collier de perles en bois. Madame Pimpin l’a mis machinalement autour de son cou, mais elle ne l’avait pas porté depuis des lustres. Plus tard dans la journée, une collègue lui a raconté qu’on lui avait offert une graine identique un jour, en lui expliquant qu’elles portent bonheur. Ces graines auraient le pouvoir de se faire oublier au fond d’un tiroir, et de ressurgir au moment où l’on a besoin d’un petit coup de pouce. Quand on voit le sketche d’hier, il n’est pas impossible que la graine magique ait tenu sa promesse. Madame Pimpin va tâcher de la ré-oublier d’ici l’IAC, et de la voir ressurgir le matin même.

– ce matin, en sortant de son étage pour aller se chercher un café au distributeur, Madame Pimpin a ouvert la porte du hall à la volée, en la tirant vers elle. Losrque la porte s’est ouverte, quelqu’un se tenait derrière. Deux personnes pour être exact. Il s’agissait de la collègue de Madame Poulette, celle de la DPA de la Petite Chose, qui tenait son bébé dans ses bras. Elle venait présenter sa petite fille. La première réaction de Madame Pimpin a été de lui adresser un grand sourire spontané et de se pencher sur la petite pour mieux fondre de cromeugnonnerie. Il reste donc un soupçon d’humanité dans cette carcasse rassie (ou alors la mère Pimpin doit son salut à sa lenteur d’esprit). Ensuite, une fois la surprise passée, Madame Pimpin a forcément commencé à gamberger et à regarder la petite en se disant que ça pourrait être la sienne, sa Petite Chose. La troisième réaction de Madame Pimpin, passé la séquence émotion, a été de se ressaisir et d’y voir un signe que ce serait bientôt elle. Peut-être pas là tout de suite, après l’IAC. Mais un jour, bientôt. Siouplé. Je suis si mignonne.

– ce matin Madame Pimpin a reçu un coup de fil de Monsieur Dame Blanche, pour lui proposer de déjeuner. Elle ne l’avait pas vu depuis cet agréable déjeuner d’été. De longue date, Monsieur Dame Blanche s’est dégoté des talents de talisman de la fertilité. Il avait raconté à Madame Pimpin, un peu avant Noël 2011 alors qu’elle lui confiait que son bébé tardait à venir, qu’il lui suffisant de passer du temps avec une femme en galère d’essais (du temps, en tout bien tout honneur hein ! je te vois venir, avec tes mauvaises pensées !) pour que les choses se « débloquent ». Il avait dit ça en rigolant mais il avait cité quelques exemples. Je te le donne en mille, vingt-huit jours plus tard Madame Pimpin apprenait qu’elle était enceinte.

Bon. J’sais pas si c’est cette histoire de vendredi 13 ou quoi, mais Madame Pimpin va finir par réellement aller faire bénir la préparation spermatique à Lourdes avant l’IAC tellement elle est en train d’essayer de devenir superstitieuse dans le bon sens. Tu crois que Ryan air permet de trimballer de la semence en cabine ?

 Brèves de l’Endo.

RDV ce soir à 19 heures chez le Caméléon. Dosages en bonne voie : E2 :171 / LH :2,6. Madame Pimpin avait l’intention de signifier son agacement au Caméléon quant au peu d’informations fournies sur les formalités préalables à l’IAC. Pour le punir elle a même mis des collants aujourd’hui, bien fait pour lui, il devra voir ses vilains pied. Finalement, comme il était d’humeur charmante, elle s’est dégonflée a décidé de passer outre.

Pour faire bref parce que Madame Pimpin tombe de sommeil :

Rubéole : pas grave.

Follicules : on en a perdu un dans la bataille, il a stagné. L’autre est à 17,5. On continue le Ménopur ce soir et on déclenche demain soir après un dernier dosage et une dernière écho.

Date d’IAC : samedi !

IAC – J8 – Brèves #1. [+ edit]

Brèves du Méno. 

Bon, ben les piqûres de Ménopur, c’est validé. L’infirmière a fait la première mercredi dernier, le lendemain elle a laissé Madame Pimpin gérer sous sa surveillance, et vendredi Madame Pimpin lui avait demandé de revenir (parce qu’elle est si gentille que c’est un plaisir de la voir) mais elle a tout fait sans consigne. Samedi soir elle s’est piquée toute seule, et hier Monsieur Pimpin s’est amusé à lui faire le mélange. Madame Pimpin kiffe ses piqûres. Elle a déjà chopé des T.O.C mis en place son petit rituel, cuisine toute clean après le repas, piqûre, puis chocolat de l’avent pour la récompense. Côté désagréments, pas grand-chose à déclarer, si ce n’est une grosse fatigue et une sale trogne, mais ça peut aussi bien ne pas être imputable au traitement.

Brèves du Labo. 

C’est ce matin qu’a eu lieu le premier contrôle Oestradiol / LH de stimulation ovarienne. On est à J8, idéalement il aurait fallu commencer à J7 mais c’était dimanche. Alors que retenir de cette fabuleuse expédition.

– se lever à 6h30 un lundi matin et se retrouver à gratter le pare-brise gelé, ça fait chier.

– le labo à 7h30 le lundi, c’est l’invasion de vieux, encore plus que les autres jours.

– la nana qui se trouvait dans la file d’attente juste devant Madame Pimpin n’avait pas l’air enceinte mais la secrétaire du labo s’est fait une joie de bramer «ah vous êtes au quatrième mois». Mazeltov.

– les prises de sang à fréquence régulière sont toujours incompatibles avec les veines fines et mobiles de Madame Pimpin, l’infirmière a fait du bon travail mais elle lui a souhaité bien du courage pour la semaine. Heureusement la nature est bien faite, on a deux bras.

– se retrouver au labo le matin en hiver, ça rappelle à Madame Pimpin les pds de control freak qui traquaient le taux de la Petite Chose il y a quelques mois, et ça fait mal au ventre…fucking mémoire.

Brèves du ciboulot.

Madame Pimpin ne part pas vraiment gagnante. C’est peut-être passager rapport à la photo de la dinde de Noël qui lui a tout de même bien défoncé le moral, c’est con mais c’est comme ça. Elle part un peu perdante mais ce n’est pas ça qui l’aidera à faire face quand le résultat arrivera, elle le sait bien. Le côté positif c’est qu’elle trouve que le traitement n’est pas du tout contraignant. Les pds le matin avec écho le soir, un jour sur deux, ça lui va bien comme rythme et c’est transparent pour le boulot (mis à part l’assignation à résidence pour toute la semaine, mais fuck you le chef). Elle n’aura pas l’impression de s’être sacrifiée sur l’autel de la loose en cas d’échec. Disons que pour le moment, Madame Pimpin s’acquitte de sa tâche sans trop broncher et sans trop rien attendre. Ni pessimisme abusif, ni optimisme de la dinde qui croit qu’une IAC va suffire pour changer sa vie. Le regard loin devant, au-delà du résultat. Tout pareil que quand elle court, elle regarde derrière la côte. Toujours.

Brèves de l’Endo.

RDV à 18h chez le Caméléon, pour le monito et l’interprétation des résultats E2 / LH. Les bottines bleues sont de sortie, jean confortable, pull et t-shirt longs, dégaine un peu loose : heureusement les gougniagiers ne sont pas de la fashion police, sans quoi ils auraient probablement noté un changement.

C’est donc avec une bonne heure et demie de retard que le Caméléon a ausculté les voies impénétrables de Madame Pimpin. Avec son E2 à 51 et sa LH à 2,6, Madame Pimpin y allait plutôt piteuse, mais le Caméléon (qui était aujourd’hui d’une humeur de chien) a dit que c’était bien. Alors pour une fois on va laisser tranquille son auto-estime en mousse, et faire un peu confiance quand on dit que c’est bien. Allez hop, 51 c’est bien. Puis Madame Pimpin s’est installée sur la table de l’espace du Caméléon. En fait c’est un fauteuil à bascule, qui monte, on a les pieds sur des sortes de pédales (exit l’étrier qui laisse gracieusement apparaître le dessous des chaussettes) et qui s’incline en arrière. Ca change de la table en fer du Docteur Colley. La scrutation commence. A droite, c’est moche. 6,5 mm. Madame Pimpin commence à bader. On passe à gauche, et là c’est mieux : deux bon follicules « recrutables » (yes les gars, entretien d’embauche : check !) de 12 à 14 mm suivant les bords.

Le Caméléon, trop choupinou, imprime les deux globules noirs et tend la photo à Madame Pimpin, cadeau. LOL. On commence l’album photo familial ? Puis Madame Pimpin pose ses deux trois questions cons dont elle te fera grâce (elle est incapable de dire des choses sensées quand elle a les fesses à l’air), remet son jean, et on repasse au bureau.

Madame Pimpin lui demande s’il ne serait pas un peu temps de faire les sérologies rapport aux 14 mm. Et là c’est limite si elle ne se prend pas l’avoinée du siècle parce que bordal, t’es mariée, tu veux faire un bébé, et tu sais pas si t’as la Syphilis ? Mais ma pauvre amie dans quel monde tu vis ? Il va falloir se sortir les doigts du boule et aller me faire cette sérologie, demain matin et que ça saute (mais euh, demain c’était repos pour mes veines toutes pourries…). Parce que ça ne chôme pas là-dedans, on devrait inséminer au plus tard samedi, mais plus probablement…..

Vendredi 13

Gloups.

Les souliers de Madame Pimpin.

Madame Pimpin aime les chaussures. Elle les aime au point d’en avoir une vingtaine de paires, ce qui comparé au reste de sa garde robe est assez disproportionné. Ce sont les chaussures d’été que Madame Pimpin affectionne le plus, ce sont donc elles qui sont le plus représentées dans son stock. A bien y réfléchir, des chaussures d’hiver elle n’en a pas tant que ça. Ses critères sont assez stricts, les chaussures doivent tenir à peu près chaud, être relativement marchables pour les jours de Grande Ville, passablement classes en cas de RDV impromptu, confortables parce que Madame Pimpin déteste avoir mal aux pieds, et ne pas coûter une demi-blinde parce que la petite bourgeoisie qui boit du champagne, Madame Pimpin n’aime pas bien.

Il y a d’abord les petits escarpins noirs, qui peuvent aller avec à peu près tout. H&M synthétique, talon de 6cm, bout arrondi terminant en pointe discrète (pas du genre chaussures pointues, Madame Pimpin n’aime pas). Le cordonnier a déjà changé les talons quatre fois, elles tiennent la marée.

Il y a les Converse, que Madame Pimpin met le week end pour se balader ou quand elle veut faire la jeune fille (coach, yes coach). C’est un cadeau de Monsieur Pimpin.

Il y a les low boots noires à talon de 12, en cuir, féminines, les chaussures de la confiance en soi qui sont à Madame Pimpin un peu ce qu’est le vernis rouge de Little Wife.

Il y a les bottes marron à petit talon entonnoir, confortables, en cuir fin. Dommage qu’elles prennent l’eau pour des godasses qui coûtent un bras, elles sont en fin de chargeur, et sans collants elles ne peuvent se porter que par-dessus un jean. Ce qui convenons-en, en 2013, est juste hors de question.

Il y a les bottes noires de cougar, à tiges hautes en cuir, manchonnées, talon haut. Importables quand on veut marcher plus de dix pas, mais le critère « confortable » est tout de même très objectivement validé puisque quand on est assis et immobile, on se sent très bien dans ces bottes.

Il y a les bottines bleues en nubuck, toutes plates, chaudes, avec une petite boucle sur le côté. Elles viennent du supermarché mais elles sont fabuleuses, confortables au point que Madame Pimpin doit se faire violence pour ne pas les porter tous les jours.

Et puis il y a les bottines grises légèrement argentées, avec juste ce qu’il faut de talon pour obtenir l’inclinaison parfaite du pied. Ce sont des dock marteens qui datent de mathusalem, achetées une misère sur une vente privée, dont Madame Pimpin voudrait ne jamais se séparer et ça tombe bien parce qu’elles sont increvables.

Tout ça pour dire que Madame Pimpin va devoir intégrer un nouveau critère de sélection le matin en se chaussant, à partir de la semaine prochaine. Non seulement les chaussures vont devoir continuer à être confortables, vaguement classes, et tenir chaud aux pieds, mais elles devront également :

– être dépourvues de lacets.

– pouvoir se porter avec des chaussettes et pas seulement des collants.

Parce que s’il y a bien deux choses que Madame Pimpin déteste, c’est :

– se battre avec ses lacets tout en devisant avec un interlocuteur qu’elle vouvoie.

– Se retrouver pieds nus, sans chaussettes, dans les étriers (dérogation acceptée en cas d’accouchement hein).

Et avec la flopée d’échos endo que Madame Pimpin vient d’insérer dans son agenda, je peux te dire que les petites bottines, elles vont tourner. J1 ce matin les enfants. Ca y est, on est vraiment partis, tous les rendez-vous sont pris jusqu’au 16 décembre, date à laquelle si ce n’est pas encore fait Madame Pimpin aura l’incommensurable chance de se faire inséminer la couscoussière aux frais du contribuable. Vive la France. Amen.

Roulette Russe.

Prise de sang hier matin. Madame Pimpin ne se presse pas, ne se stresse pas. Vu le sang qu’elle perd depuis mercredi, pas de doute les BHCG ont du bien descendre pour permettre au J1 d’arriver propre et net, comme ça.

15h, les résultats. Taux à 1350. Madame Pimpin a regardé douze fois si c’était bien un 1 devant ou une illusion. Pas d’illusion. D’où vient ce sang bordel. Toujours pas de douleurs, mais Madame Pimpin ne sent pas le truc. Elle appelle le CHU. Son interne <3<3 n’est pas là, une sage-femme lui demande gentiment d’aller se faire voir de plutôt s’adresser à la clinique où on lui a fait la première injection. A la clinique, on lui dit de venir immédiatement.

Attente très longue, une pouffe blonde en léopard fait les cent pas devant Monsieur et Madame Pimpin, son môme dans les bras. Madame Pimpin chouine en silence. L’infirmière reçoit une vieille au poignet cassé, un mec qui pisse le sang, puis elle appelle Madame Pimpin. Regard outré de la pouffe blonde. Fuck.

L’infirmière bugge. Elle mongolise sur le taux de Madame Pimpin. Oui ça pouvait augmenter, oui une seconde injection pouvait être nécessaire, mais 532 lundi / 1350 samedi ce n’est pas normal. L’infirmière, tout comme Madame Pimpin, ne peut s’empêcher de constater que le taux est cohérent, à peu de choses près, avec la date potentielle d’implantation la plus tardive. Elle dit à Madame Pimpin que le médecin urgentiste va la recevoir. Madame Pimpin demande à voir le gynéco de garde. L’infirmière débugge et appelle le service gynéco. On fait monter Madame Pimpin.

Ambiance bizarre. Monsieur et Madame Pimpin suivent l’aide soignante qui les guide à travers les couloirs déserts en trottinant. Elle les conduit au bureau de la gynéco. Matériel High Tech, liste de diplômes longue comme le bras. La gynéco est jeune, jolie, très pro, mais au début Madame Pimpin est à la limite de lui faire confiance. Vite détrompée par la pertinence de ses questions. Tant sur le plan médical que sur le plan psychologique. Pourquoi ces dosages tous les deux jours depuis le premier jour ? Pourquoi avoir refait un dosage ce samedi, au lieu de mardi comme prévu ? Madame Pimpin explique qu’elle a un travail et que ce serait bien de savoir à quoi s’attendre la semaine prochaine. La hynéco lui explique que pour analyser le comportement suite à l’injection, il faut attendre une semaine sinon les chose sont difficiles à interpréter. Madame Pimpin se sent un peu con. La gynéco ergote un peu, on passe en salle d’écho. L’écran géant s’allume dans le dos de la gynéco, qui travaille sur le petit moniteur.

La gynéco montre le corps jaune, l’ovaire droit, l’uté…rus. Sa bouche s’arrondit en O parfait. Un rond noir apparaît aussi sur l’écran. Madame Pimpin explique que le Docteur Fox avait déjà aperçu le minuscule pseudo sac lundi. La gynéco bugge. Le pseudo sac gestationnel est entouré d’une couronne trophoblastique bien nette. Le pseudo sac gestationnel mesure 8 mm. Le pseudo sac gestationnel EST un sac gestationnel.

Ce sac gestationnel est entouré d’un hématome de quelques centimètres, à l’origine des saignements. Bien évidemment la cause de l’hématome pourrait être l’injection. On ne peut plus revenir en arrière et annuler l’injection pour savoir s’il y aurait eu aussi un hématome. On ne peut plus savoir si le taux évoluait merdiquement à cause d’une fausse couche inévitable ou si la petite Chose prenait juste son temps.

Monsieur et Madame Pimpin ne vont pas commencer à jouer avec les « et si ceci », « et si cela »… C’est déjà bien trop dur sans se torturer les neurones. Ce qui est fait est fait. Trois médecins compétents ont diagnostiqué une GEU. Les taux étaient plus qu’inquiétants. L’idée ce n’est plus de décortiquer ce qui a été fait. L’idée c’est de regarder ce qu’on va faire maintenant. De cette petite Chose. Installée à sa place, entourée d’un hématome.

– hypothèse 1 : fausse couche. C’est largement la plus probable. Il faut s’y préparer.

– hypothèse 2 : ça continue d’évoluer, mais de façon anormale. C’est aussi probable. Il faut aussi s’y préparer. Ce sera IMG.

– hypothèse 3 : ça évolue normalement, à chaque jour son lot d’incertitude et l’éventualité de finir avec un légume. Il ne faut pas y penser pour l’instant. Ca représente moins de 1% des probabilités.

Il va sans dire que Madame Pimpin n’est pas au mieux de sa forme. Les saignements continuent, moins intensément mais ça ne veut rien dire. Pour la première fois de sa vie, Madame Pimpin a fait une crise d’angoisse. Impossible d’aller faire pipi toute seule en bas. Monsieur Pimpin a du l’accompagner. Elle n’a pas dormi de la nuit.

Retour au boulot demain. Prochain contrôle BHCG mardi, suivi d’une écho chez le Docteur Colley. Il est temps qu’il revienne. L’impression d’avoir un flingue sur la tempe, chargé d’une seule balle.

Quand tout ça sera fini, Madame Pimpin pense faire un break, break PMA, break de blog peut-être. Essayer d’oublier, vivre moins le nez dedans, et envisager la suite à la fin de l’été. Enfin vu qu’elle change d’avis comme de protège-slip on en est pas là. Et quoi qu’il en soit elle continue de te raconter ce qu’il adviendra de la petite Chose, parce qu’il faut qu’elle l’écrive.

 

Guerre Espérons Unique déclarée.

Le taux est tombé dans l’après-midi, nous disions donc 532 (antériorité 474 deux jours plus tôt). Pas bon, donc. De son côté, la neige aussi s’est mise à tomber, à peu près au même moment.

Madame Pimpin a débarqué au cabinet médical pile à l’heure. Elle est passée tout de suite avec le Docteur Fox. Plus jeune, plus à l’aise, plus « délicat » que le Docteur Colley (se barre au loin pendant que tu te désapes), plus loquace pendant l’écho… Mais ce n’était pas le Docteur Colley alors il lui manquait un truc. Enfin on n’est pas là pour comparer la marchandise.

Pour le Docteur Fox, une GEU est médicalement plus encourageante qu’une fausse couche (ah mais ça veut dire qu’on est sur la bonne voie ? Chouette alors ^^). Madame Pimpin fait sa mauvaise tête mais elle est tout de même contente qu’on puisse y voir du positif.

Les douleurs que Madame Pimpin ressent sont celles que provoque le corps jaune dans l’ovaire, continuant à libérer la progestérone comme un bon petit soldat, pas au courant qu’on a perdu la bataille. C’est ce que l’interne avait appelé kyste aux urgences.

Il n’y a toujours rien dans l’utérus de Madame Pimpin (Un pseudo-sac, a-t il dit, qui n’en serait pas un vrai. Madame Pimpin a dit ok car elle n’est pas contrariante, et elle sait qu’avec des taux pareils on ne peut rien espérer. Mais elle est vraiment obligée de se le répéter pour ne pas devenir folle et finir par croire qu’on va lui dire qu’un embryon sain est apparu comme par magie au bon endroit.)

Rien non plus dans les trompes qui soit visible à l’écho. Gentille Chose qui se fait toute petite.

Le Docteur Fox déclare que dans le doute on va faire l’injection (rendue là, Madame Pimpin aurait tué pour cette ordonnance). Sauf que l’injection, elle ne se pratique pas au cabinet nounouille. Il faut récupérer le produit et trouver une infirmière. Ordonnance N°1 pou le produit, N°2 pour l’infirmière demain. Et puis le Méthotrexate c’est fatigant et une GEU c’est pas glop. Arrêt de travail pour une semaine.  Et puis il faut surveiller le taux toutes les semaines, ordonnance N°3.

Direction la pharmacie de Village Sur Mer, la neige s’intensifie. Le pharmacien contemple l’ordonnance, le regard vide. Pas bon. Le pauvre mignon, qui est gentil comme tout, toujours discret avec les ordonnances de Madame Pimpin, le voilà tout perdu. Il n’a pas accès aux doses prescrites (60mg) de méthotrexate, qui ne sont disponibles qu’en prescription hospitalière. Il passe douze coup de fils, appelle le Docteur Fox, se gratte la tête, revient, explique que de toutes manières aucune infirmière à domicile n’acceptera de faire l’injection, trop inhabituelle. Ca prend une heure. Il ne peut se résoudre à laisser Madame Pimpin et sa GEU comme ça sous la neige, sans le produit. Il rappelle le Docteur Fox. Se barre dans l’arrière boutique et revient.

Voilà ce qu’on va faire : Madame Pimpin tu vas te rendre à la clinique demain, aux urgences gynéco. Tu vas expliquer, et normalement ils vont te faire l’injection sur place ils ont tout ce qu’il faut. Au pire tu leur demandes d’appeler le Docteur Fox ou le Docteur Colley, ils sont un peu à la maison là-bas. Gné, pouvaient pas la jouer comme ça directement ?

La pharmacie ferme, Madame Pimpin ressort, bredouille. Il tombe des seaux de neige, en roulant vers sa chaumière au fond des bois, elle a l’impression de s’enfoncer loin de la civilisation et elle a un peu peur de rester coincée demain matin. Ce serait bien le comble. Grosse pensée pour Boule de Mousse.

Au fil de la soirée, la neige semble céder du terrain. L’affreuse vision de trompe éclatée pendant la nuit, seule au fond des bois s’estompe. Et puis bon, on n’est pas au Canada tout de même, c’est Village sur Mer, hein. Ce sera Monsieur Pimpin le pilote, on a de meilleures chances de s’en sortir.

Demain si tout va bien, Madame Pimpin te racontera comment on se sépare d’une petite Chose à l’aide d’une injection de Méthotrexate. Maintenant, elle va dormir parce que mine de rien la Chose la fatigue.

PS important : cet après-midi, Madame Pimpin a reçu un message de l’interne douce et gentille des urgences gynéco, celle qui l’avait examinée lundi dernier. C’est bien beau de bitcher sur les internes quand ils le méritent, mais cette fille là elle mériterait juste une mention excellent. C’est pas le gland vissé à son i-phone chez les ophtalmos qui irait prendre des nouvelles de ses patients une semaine après.

<3 <3 l’interne des urgences gynéco du CHU de Village Sur Mer <3<3

Monito #3.

Rendez-vous obtenu à une heure décente (plus pour Madame Pimpin que pour le Docteur Colley), à 12h30 on croise peu de femmes enceintes. Il y en avait quand même une. Et une autre avec un nouveau-né dans son cosy. Ah, elle n’était peut-être plus enceinte celle-là (grincement mauvais) (Germaine sors de ce corps). La secrétaire n’a pas pu s’empêcher d’en faire une bien bonne. Après avoir demandé à Madame Pimpin sa DPA (en octobre), après avoir forcé Madame Pimpin à répéter à voix haute et claire, dans son téléphone du bureau « C’EST POUR LE MONITO DE MON OVULATION » (en décembre), voilà qu’en janvier elle perd le dossier de Madame Pimpin. Elle a fini par le retrouver. Dans l’armoire où sont rangés les dossiers de grossesses en cours. Hin hin, très drôle.

Puis Monsieur et Madame Pimpin ont patienté quelques minutes avant d’être pris en charge par le Docteur Colley. Qui leur a souhaité une bonne année 2013, en leur disant que ce serait leur année.

Ensuite il a fait l’écho. D’abord pelvienne, comme d’habitude, mais il ne voyait rien même pas l’utérus (un peu stressant). Donc il a fini par la faire en endo (ah, ça faisait longtemps) et a dénombré 3 follicules, dont un de 15mm. Il y a donc du mieux. Comme pour C22, il a prescrit le déclenchement par ovitrelle, et duphaston pour la phase lutéale. Cette fois l’injection aura lieu à J12 (vs J14 à C22) pour une ovulation à J14 (vs J16 à C22). En pratique, c’est plutôt arrangeant car ça évitera à Monsieur et Madame Pimpin de devoir faire du poney sur le temps de travail.

Puis on a causé. Monsieur Pimpin étant là, Madame Pimpin se sentait plus sûre d’elle. On a parlé PMA. Le Docteur Colley (qui pourtant tapisse les murs de son cabinet d’affiches pour la PMA) a assuré qu’il n’en était pas question pour l’instant. Que 9 mois sans grossesse, ce n’est pas inquiétant. Que dans la plupart des cas, on ne commence pas de stim avant un an sans rien. Que cette grossesse l’année dernière est la meilleure preuve qu’il ne faut pas s’alarmer. Que la réponse à la stimulation est bonne, et que ça suffit pour le moment. Que ce cycle sera le bon. Putain, mais ça paraît tellement sensé. Pourquoi Madame Pimpin n’arrive pas à se tenir tranquille et à s’en convaincre…

Madame Pimpin lui a expliqué que dans un an, à cause du boulot de Monsieur Pimpin, on ne pouvait même pas être sûrs qu’ils vivraient dans la même ville. Et que donc, si PMA il devait y avoir, il faudrait ne pas pas tarder. Il a répété que la PMA ne serait pas nécessaire. « Dans un an, tu auras ton bébé ou bien tu seras près de l’avoir Madame Pimpin« . Pour la première fois depuis le départ, Madame Pimpin s’est reposée sur cette confiance. C’était bon d’entendre ça.

Il ne prescrira le test de Huhner qu’en février. Il n’a pas renouvelé la prescription de Clomid, il a demandé à Madame Pimpin de revenir au prochain J1 pour voir si on continue la stim sur C24 ou si on fait une pause avant de passer à autre chose.

Bref, pas de révolution liée à ce RDV. Si révolution il y a ce sera plutôt pour mars. Ça fera tout pile un an après la fc. Mais le Docteur Colley avait l’air tellement serein quant au fait que le dossier de Madame Pimpin se retrouve bientôt dans l’arbre à grossesses… Que pour une fois elle essaie de voir le verre à moitié plein. Elle est jeune (dixit la secrétaire médicale qui s’est voulu rassurante suite à sa bourde), elle a déjà été enceinte il n’y a pas si longtemps, et elle a des beaux follicules. ON VA Y ARRIVER.

It’s a small world

Salut c’est Ofollaïe, alias ovaire gauche C22, le follicule de Madame Pimpin. Ou plutôt LA follicule, parce que chiante comme je suis, tu penses bien que je ne pouvais être qu’une gonzesse. Oui, je suis chiante et oui je tiens à ma ligne, moi je veux être une bonnasse. Et je peux vous dire qu’on s’est bien marrés cette semaine avec Bob et Gillou, ses ovaires handicapés.

Et on a bien réussi notre coup. Tu vois Bob et Gillou c’est des chouettes types, mais ils ne sont pas super énervés du boule quand il s’agit de bosser. Et ça les arrange bien que je reste fine comme une sylphide, ça leur fait moins de boulot pour me catapulter dans la nature.

Alors j’aime autant te dire (et Madame Pimpin, prends en bonne note si tu me lis) qu’on peut me gaver de clomid autant qu’on veut, je fais de mon mieux pour ne pas que ça me tombe sur les hanches. J’ai commandé un rameur et je m’entraîne pour le marathon. L’embonpoint ne passera pas par moi.

Et puis elle m’a énervée cette Madame Pimpin la semaine dernière, elle n’avait qu’à pas me traiter de follicule défectueux. Je vais lui montrer de quel bois je me chauffe. Elle ne tirera rien de moi, mouahahahah !

TA GUEULE, CONNASSE.

Hier Madame Pimpin a passé l’épreuve du scanner de l’œil – relais ovitrelle haut la main. Pas un couac dans l’organisation, irréprochable timing, un coup de maître. Le problème, c’est son corps qui a l’air de se prendre pour une maison de poupées.

C’est vrai que Madame Pimpin est équipée léger à la base. Le seul grand truc, c’est son corps (et son gros cul en période hivernale). Sinon, elle a des pieds minuscules par rapport à sa taille. Elle a des seins nains. Des cheveux très fins. Des petits yeux. Des narines étroites.

Alors tu penses que ça ne l’a pas surprise des masses quand Môsieur le Ponte de la région en matière de « Je Vais Vous Passe un Tout Petit Tuyau dans le Canal Lacrymal pour Vous Faire un Scanner » (WTF ???) s’est trouvé bien désappointé en constant que sa sonde ne passait pas. Il a halluciné. Jamais vu un canal si étroit. Après une demi-heure d’essai (Madame Pimpin n’en pouvait plus qu’on lui tripote l’œil) il a réussi à mettre sa sonde, résultat : RAS (c’est déjà ça).

Madame Pimpin a ensuite filé chez le gynéco, pour son écho de suivi de l’ovulation (J14) et l’injection d’ovitrelle. (Pour la première piqûre, Docteur Colley a tenu à montrer à Madame Pimpin comment ça marche). Gros kiff en arrivant : pas une femme enceinte en vue (pas étonnant, il était plutôt tard). Madame Pimpin est passée rapidement.

Il fait l’écho, pas de commentaires, le Docteur Colley lui dit qu’il va lui faire la piqûre, Madame Pimpin en déduit qu’elle n’a pas encore ovulé (elle s’en doutait vu sa température, et sa manie d’ovuler à J16). Ensuite, grand moment de rigolade pour comprendre comment marchait le stylo. Madame Pimpin, liquéfiée comme à son habitude en présence du Docteur, s’évertuait à lire la notice en polonais, tandis que le Docteur Colley cassait démontait le stylo. Finalement ça l’a fait, il lui a pincé le gras du bide, injecté le bouzin, une claque sur la fesse et roule ma poule. Et il allait s’en tenir là.

Madame Pimpin a quand même tenu à lui demander des nouvelles de son follicule, pour la forme. Elle pensait qu’il était au top, pour mériter un déclenchement. Elle ne s’attendait vraiment pas à ce que le Docteur Colley lui réponde avec une moue qu’il n’était pas très gros. Parce qu’il est quand même super optimiste à la base, le Docteur Colley. Alors il s’est empressé de lui dire que même un follicule pas gros peut très bien fonctionner. Sans lui dire la taille de son follicule. Mais bordel, ça sert à quoi tout ce cirque dans ce cas ? Madame Pimpin a arrêté là avec ses questions. Ils ont planifié le rdv pour le prochain cycle (ça c’est la win attitude hein). Madame Pimpin a pour consigne de continuer son clomid comme d’habitude et fera un test de Huner pour C23.

Humeur maussade, fatalisme et démotivation. Madame Pimpin est fâchée contre son corps et son con de follicule « pas très gros ». Elle en a marre de cet état d’esprit de marde, elle aimerait bien être un petit peu plus fun, un petit peu plus légère, un petit peu plus comme avant, quoi.

En vrac #5

La prise de sang du bonheur.

Ô joie de se lever 30 minutes plus tôt que d’habitude et de partir le ventre vide pour aller se faire piquer au labo. Joie de faire la queue derrière des vieux et des femmes enceintes jusqu’aux yeux quand on on est pressé d’aller au boulot et qu’on est pourtant arrivé 5 minutes avant l’heure d’ouverture. Madame Pimpin kiffe ces petits moments de bonheur. Tout comme elle a kiffé les résultats de sa pds. J11, oestradiol à 489 (la légende indique donc « pic ovulatoire ») tandis que la LH est à 3,9 (la légende indique « phase folliculaire ») (non Madame Pimpin ne se laissera pas aller à la perversité de se faire croire qu’elle a raté son ovulation et se trouve actuellement en pleine phase lutéale). Bon, l’oestradiol au taquet vient probablement du patch d’oesclim. En même temps, no patch no glaires. Le but c’est quand même de mettre des spermatoïdes dans l’ovule hein, pas de faire des belles pds. Bref, perplexité et confusion dans sa petite caboche. On verra ce que dit le Docteur Colley jeudi de cet oestradiol qui ovule tandis que la LH non. Faudrait se mettre d’accord les gars.

Les pâtissier discriminants

Madame Pimpin tient à remercier M6, qui semble avoir entendu la plainte de Vertupatience l’autre jour (elle croit bien que c’était Vertupatience mais ne retrouve pas l’article). Aujourd’hui, Amandine 29 ans ne porte plus l’étiquette « sans enfants ». Se seraient-ils rendus compte de leur connerie ? Mystère, mais ça fait sourire.

Pachamama

La meilleure amie de Madame Pimpin est rentrée d’un long tour du monde. Elle est partie à la fin de l’été 2011 et n’était pas là quand Madame Pimpin est tombée enceinte puis « détombée ». La meilleure amie a suivi le truc comme elle pouvait, c’était un peu foireux pendant quelque temps. Les retrouvailles étaient donc un peu emplies d’appréhension et Madame Pimpin a failli annuler au dernier moment. Au final, c’était super touchant comme moment. Elles n’ont pas rattrapé tout le temps passé éloignées, mais elles auront du temps pour ça plus tard c’est ça qui compte, d’avoir raccroché le wagon. Et puis dans son sac à dos à l’espace si précieux, au grammage minutieusement calculé, la meilleure amie avait pensé à glisser une statuette trouvée en Bolivie. Une petite statue de Pachamama la mère féconde, pour porter chance à Madame Pimpin. Si ça c’est pas mignon, alors ! Maintenant Pachamama dort sur la table de chevet de Madame Pimpin qui lui dépose une chèvre en offrande de temps en temps.

Connard de chat.

Aujourd’hui, le chat a encore foutu la honte à Monsieur et Madame Pimpin. Un copain est passé leur dire bonjour, muni de son bébé (conçu avant la fausse couche, ce bébé a le droit de séjourner chez les Pimpin). A chaque fois que le bébé rentrait dans le périmètre du chat, il se mettait à feuler comme une bête sauvage. Charmant, quoi, ça promet…

Marathon week

Ça a commencé sur les chapeaux de roues, labo ce matin, commissions de la semaine ce midi parce que déplacement demain et après-demain (ça va être sport, Madame Pimpin va payer cher ses journées passées retranchée sous son plaid à soigner son oeil). Mais bon c’est son dernier déplacement de l’année, ça la console un peu, et puis ce sera l’occasion de voir des amis qu’elle n’a pas vu depuis longtemps. (Des amis célibataires) (qui n’auront donc pas d’annonce à faire) (ouf).

Ensuite jeudi, c’est la journée de fou :

  • le matin, penser à mettre le produit pour l’oeil dans son sac en vue du scanner qui a lieu à 16h et une lingette en vue de l’echo qui aura lieu à 18h (de l’autre côté de la ville)
  • esquiver la réunion de 15h pour être à l’heure dite au scanner
  • faire penser à Monsieur Pimpin qu’il a la mission Ovitrelle à accomplir
  • filer à travers Village Sur Mer à l’heure des bouchons (ben oui, y’a pas qu’à Grande Ville !) et rallier l’échoppe du Docteur Colley (de l’autre côté de la ville, donc). Y retrouver Monsieur Pimpin muni de l’Ovitrelle (cause stockage au frigo, Madame Pimpin ne pouvait pas la trimballer toute la journée). Ça ressemble à un entraînement de la Patrouille de France cette affaire d’ovitrelle. Ça va forcément merder quelque part. Tant qu’on lui injecte pas de l’ovitrelle dans l’oeil, Madame Pimpin s’estime heureuse. 
  • après tout ça il y a le repas annuel de la Grande Boîte, avec les Gougniafiers de Village Sur Mer (un poil moins cons que ceux de Grande Ville). Madame Pimpin n’est pas sûre d’y aller en fait. Ce serait de bon ton, mais elle sait qu’elle ne trouvera pas la force de faire du poney en rentrant et pourtant c’est recommandé hein, après l’ovitrelle. Gougniafiers… Poney… C’est vite vu hein !

Avec tout ça, peut-être qu’elle ne pourra pas te donner de nouvelles avant vendredi. Elle t’impose donc un double post aujourd’hui, tu as de la chance, hein. Pour l’heure, elle va te laisser, c’est pas le tout mais avec le déplacement de demain, y’a pas le choix, ce soir c’est poney :)