6SA+3.

Ça continue, et c’est toujours avec étonnement que Madame Pimpin se réveille le matin en se disant que ça continue pour le moment. Enfin, ça continue, de ce qu’elle en ressent hein. En vrai de vrai on le saura seulement dans 10 dodos.

Madame Pimpin n’est pas super bavarde en ce moment, tu te doutes bien pourquoi. Déjà elle a été super malade (bon ça tu n’es pas supposé t’en douter on est bien d’accord) ce qui lui a valu de passer son temps à dormir, tousser et prendre du Doliprane, puis de perdre sa voix. Elle est donc allée voir le Docteur Chouette, sa généraliste, qui l’a arrêtée tout la semaine vu « les circonstances », craignant que ça ne tourne à la grippe carabinée. Exit, donc, le vilain déplacement à Grande Ville. Exit aussi le concert d’IAM, mais crève ou pas crève, vu les antécédents de la mère Pimpin ça n’aurait peut-être pas été le summum de l’intelligence d’aller danser le mia pendant trois heures dans une douce fumée d’herbe (ne nous leurrons pas, la jeunesse de Village Sur Mer fume elle aussi du choucoutoum ce n’est pas le luxe exclusif des Vraies Villes…). Bref, c’est le meilleur pote du Petit Frère qui se frotte les mains, s’étant vu attribuer le précieux sésame.

A part ça il y a deux raisons fondamentales à son absence de déballage bloguesque.

La première c’est qu’elle a peur. C’est que chaque mot couché ici ou ailleurs devient une preuve, un souvenir, de la matière. Et si elle est très heureuse de ce qui lui arrive elle a surtout peur qu’on le lui vole brutalement. Elle sait trop bien ce qui arrive ensuite. Elle a peur et sans cette peur, elle se serait peut-être transformée en espèce d’octobrette 2014 à t’agrémenter de stupides lolilol, hihihi, la vie est trop géniale, et autres niaiseries. Mais il n’y a pas que la peur.

Il y a aussi qu’elle sait ce que c’est d’être de chacun des 3 côtés de cette barrière. Du côté de celles qui attendent et regardent passer les trains. Du côté de celles qui viennent de perdre l’espoir qu’elles portaient et regardent les autres continuer la larme à l’oeil, et c’est ça le plus terrible. Du côté de celles qui ont de la chance mais savent qu’il faut marcher sur des oeufs. Alors, il n’est pas question ici de jouer la rabat-joie vis à vis de celles qui peuvent passer facilement du côté « j’attends mon tour » au côté « ça y est c’est la fête », il est juste question de dire qu’elle, elle ne peut pas et qu’elle ne veut pas le faire ni s’associer à ce genre de choses.

Alors voilà. Cette semaine Madame Pimpin se repose et elle en a bien besoin entre remise sur pieds, fatigue et nausées certes encourageantes et un peu rassurantes. La semaine prochaine elle commence les cours, en espérant que cette nouveauté fasse vite passer les jours jusqu’à samedi midi… Parce qu’elle a si peur Madame Pimpin, qu’elle a pris un RDV avec le Caméléon à la toute fin de sa semaine histoire d’avoir du temps ensuite. Elle a aussi calé un point avec le Maître Reiki pas trop longtemps après.

Le fait que ce début de grossesse se produise exactement au même moment que les deux premiers n’est pas pour aider à se sentir super euphorique…Madame Pimpin en a parlé au Maître Reiki qui ne lui a pas été d’un grand secours (la séance n’était pas terrible, et le lendemain Madame Pimpin a rêvé qu’elle perdait la moitié d’une dent et se trimballait tout le reste du rêve avec son bout de dent dans la main en attendant que le dentiste la lui répare… pas glop). Les dates difficiles foisonnent en ce début d’année. Heureusement la providence incarnée par Miss 28JEDB et cet article qui parle de Cé est venue rappeler qu’une date difficile une année peut correspondre à une date plus heureuse l’année qui suit. Alors elle s’accroche à cette notion là et parvient à rester un peu zen.

Pour finir sur une note un peu mystique mais plus joyeuse, Madame Pimpin a été très surprise ces derniers temps par un certain nombre de coïncidences.

Un sms reçu de Madame OPK sa copine IRL (pas du tout au courant du TG+ qui est gardé secret), la veille de l’écho, qui lui disait qu’elle pensait tout particulièrement à eux ce soir là, sans savoir pourquoi, et qu’elle allumait une bougie spéciale pour qu’un jour enfin, un enfant puisse connaître la chance d’avoir les Pimpin comme parents (bordal je chiale encore en écrivant ça).

La Soeur de Madame Pimpin, qui la semaine précédent le TG+ a rêvé que ce serait +, et qui a ensuite harcelé la mère de Madame Pimpin pour en savoir plus.

Le Chouette Pote qui vit à 12000 kilomètres, qui a réussi parmi le bon millier de photos de Madame Pimpin sur Fesse de Bouc à exhumer il y a deux jours l’une des seules photos publiées de Madame Pimpin enceinte et radieuse il y a deux ans à la même époque. Presque personne ne sait qu’elle est enceinte sur cette photo. Mais le Chouette Pote a écrit un gentil commentaire sur cette photo, et depuis la plupart des amis de Madame Pimpin on fait de même… Et franchement vu de sa fenêtre ça fait super bizarre, que soudainement tout le monde s’intéresse à cette photo.

Et puis maintenant le rêve de Mrs F, un truc de fou.

Alors Madame Pimpin espère que tout ça, ce sont de bons signe, et elle espère que ça continue pour de vrai. Et elle s’appuie un peu sur tout ça pour continuer le chemin.

Ironie.

17dpo. On est à trois heures de l’échec d’IAC1. La tension est à son comble. Et l’ironie est incroyable aujourd’hui.

Ironie de la vie qui décide que U. se fait plaquer après deux ans, comme un chien, alors qu’elle est un adorable petit bout de femme respirant la tolérance. U. n’a pas desserré les dents. Elle est restée belle et digne. Ironie de cette même vie qui rend au même moment N. odieuse avec son homme, et le reste de son entourage au passage, N. qui s’invente de faux problèmes, qui impose à tous ses amis de s’improviser psy exclusifs et disponibles H24.

Ironie de la vie qui veut que si ce soir Monsieur Pimpin était chafouin, c’est parce que B. lui a annoncé qu’il allait être papa. B. et R. se connaissent depuis moins d’un an. R. est stérile ou presque. Le bébé n’était pas à l’ordre du jour, mais quand ce serait le cas ce serait case PMA directe. B. et R. qui viennent d’emménager à Village sur Mer (chouette des amis zéro risque, qu’ils s’étaient dit), et qui il y a deux semaines ont demandé aux Pimpin le numéro de leur médecin traitant. C’était pour ça (quand Madame Pimpin ira mieux on reviendra sur cette histoire, elle a du bitchage en stock). Au même moment dans la chaumière, Madame Pimpin a mal. Son ventre annonce l’imminence d’un nouvel échec. Elle qui n’a soi disant aucun problème, qui devait se retrouver enceinte facilement une fois le petit coup de mou du spermo compensé par l’eau de cologne.

PUTAIN LA CIGOGNE, TU T’ES TROMPE DE MAISON, T’AS FUME OU BIEN ?

17dpo et Madame Pimpin est tétanisée. Elle n’a pas la force de tester pour en finir et d’affronter ensuite la dernière journée de la semaine. Disparue la force, disparu le courage.

My Little PMette Box.

**  Billet inspiré par un commentaire de Milie à propos de ça **

Ce billet est très sérieux et s’adresse aux créateurs des Little Box(es). Nous les Pmettes de France, de Navarre et d’ailleurs, on voudrait des trucs rien que pour nous. Alors si vous êtes bien mignons, et comme c’est un marché porteur rapport au fait que l’infertilité gagne du terrain, la pollution, le stress, le tabac, la malbouffe, tout ça, vous allez nous pondre une Little Pmette Box juste pour nous, d’accord copain ?

Alors dans notre Little PMette Box, tu vas nous mettre :

–          Des seringues et des aiguilles, des mouchoirs, des TG et des TO. Ca c’est pour la base.

–          Des vaniuches et du PQ blanc (ça c’est pour la surveillance spottesque).

–          Une Mooncup qui chantent « I’m Still Standing » d’Elton John, quand on les enlève (ça c’est pour le moral).

–          Du chocolat (pour assurer un moelleux minimum au niveau des zones de piqûre.)

–          Du vernis à ongle (ça passe le temps).

–          Du mascara waterproof (bah oui hein. On chiale pas mal nous).

–          Un chat (tu te démerdes pour la logistique).

–          Un agenda avec affichage des jours du cycle.

–          Des culottes numérotées en DPO (histoire de pas se dévisser la rétine pour rien à 3DPO).

–          Un thermomètre qui raconte des blagues.

–          De la vodka.

–          Des fringues mais pas n’importe quoi : chaussettes, jupes, robes, écharpes. Cherche pas à comprendre.

–          Un coffret DVD contenant l’intégrale des Chtis, « Là Haut », « Vipère au poing ».

–          La compil’ de la PMette*.

–          Un voiture neuve / un Ipad / un séjour pour deux aux Maldives / un gros solitaire en diamant… Surprends nous bordel.

Prix d’appel dans les 20 boules (je te rappelle qu’une partie d’entre nous se fait régulièrement essorer le compte en banque rapport à des FIV DO / DPI / examens pas remboursés / dépassements d’honoraires…).

Voilà ! On vous donne le concept, à vous de jouer Messieurs. Pour les adresses de livraison, voir avec Julys ;)

* Playlist de PMette (toutes les suggestions sont les bienvenues) :

« Dernière Danse » (Indila)

– « Déjeuner en Paix » (Jean-Louis Aubert)

– « Siempre me quedara » (Bebe)

– « Pas toi » (Jean-Jacques Glodman)

« Blizzard » (Fauve)

« J’veux un Enfant » (Brigittes)

« I’m still standing » (Elton John)

– « Don’t Worry Be Happy » (Bobby Mc Ferrin)

La dinde de Noël.

Madame Pimpin t’a déjà moultement parlé de sa Pregnant Bitch aka Madame Ecureuil. C’est une gentille Pregnant Bitch dans le fond. Sa bitcherie ne tient, finalement, qu’au faut qu’elle ait réussi à être enceinte avant Madame Pimpin. Et à cette robe rose bonbon moulante sur un ventre naissant lors du fameux Baptême on est bien d’accord. Mais dans le fond, elle pourrait être bien pire. Elle aurait pu poster des photos de son ventre tous les jours sur facebook pour qu’on en profite tous. Elle aurait pu chouiner que Madame Pimpin s’éloigne d’elle alors qu’elle a bien compris le truc et a même réussi à lui dire qu’elle est toujours une bonne copine. Elle aurait pu la jouer en mode « moi aussi j’ai fait une fausse couche alors je m’étale sur mon bonheur enfin retrouvé ‘en C1) ». Elle aurait pu être très chiante. Mais non. Malgré cette photo facebook postée aujourd’hui, ce n’est finalement pas la Pregnant Bitch elle-même qui s’est révélée être très chiante. Ce sont tous les autres. Aaaah… Les autres….

Les autres, tu vois, ils ont tout le temps envie de savoir si Madame Pimpin a eu des nouvelles de la Pregnant Bitch. Si elle en a pris. Si elle en a reçues. Si elle est au courant que bébé Ecureuil est un garçon et que l’écho des 5 mois s’est bien passée. Ils veulent tous savoir si « ça va quand même, rapport à Madame Ecureuil ? »

C’est marrant, parce que quand il s’agit de savoir si « ça va, t’arrives au trentième cycle d’essai sans compter les cycles de grossesse pour rien, tu gardes le moral ? » ou bien, « ça va, vous avez jeté l’éponge de la conception naturelle mais vous le gérez bien ? » ou encore « un troisième Noël de chagrin, vous tenez le coup ? »

Nan, les autres ils ont envie d’entendre Madame Pimpin bitcher, ils veulent la voir cracher son venin, alors ils lui parlent tous de Madame Ecureuil avec ce regard sournois de biais, ce regard qu’ils prennent pour regarder les dégâts quand une voiture est crashée sur la voie de gauche les soirs de bison futé noir. Ce regard de fausse pitié, bien contents que ce soit toi et pas eux. Ce regard de mépris, attention si tu bitches, mauvaise personne. Fallait respecter la limitation de vitesse, fallait pas picoler au volant. Et leur petit air dépité quand tu réponds que oui, tu as bien pris des nouvelles de la Pregnant Bitch, quand ils se rendent compte que toi aussi tu sais que c’est un garçon, et que t’as même pas mal.

Alors cette photo aujourd’hui sur facebook, quand Madame Pimpin l’a vue, bien sûr elle a serré les dents. Bien sûr elle a eu mal. Un mal de chien galeux qui dort dehors. Pregnant Bitch trônant sous son sapin, un bonnet de Père Noël juché sur le crâne, son époux aimant auprès d’elle, leurs mains jointes sur le ventre tendu, et la légende « cette année la Mère Noël apporte un gros cadeau ». Cette année, DNLP s’est bien foutu de ma gueule. Mais Madame Pimpin, même si le coeur n’y était pas et que cela impliquait de subir la succession de félicitations qui pleuvrait ensuite (c’était le premier post de Dinde de Madame Ecureuil, mais Madame Pimpin n’est plus abonnée à son fil d’actualité depuis l’annonce), s’est empressée de liker cette photo puante.

Après tout, la Pregnant Bitch a bien le droit de mettre ce qu’elle veut sur son facebook. Après tout, elle n’est pas tenue de faire tourner sa vie autour de celle de Madame Pimpin. Elle n’est pas tenue de taire son bonheur au prétexte que ça peut faire mal aux autres. Et Madame Pimpin savait très bien que les Autres surveilleraient du coin de leur oeil sournois, que si elle ignorait la chose, une petite moue de mépris leur déformerait les lèvres en y pensant.

Mais ce n’était pas suffisant, non. Il y en a quand même eu deux pour appeler Madame Pimpin et la « prévenir » qu’il y avait de la photo de Dinde dans l’air. Mais WHAT THE FUCK les gens ? Vous croyez que vous êtes pas grillés, là ? Vous croyez que quand vous me « prévenez », je ne me rends pas compte que c’est VOUS qui retournez le couteau dans la plaie ? Est-ce que vous vous rendez seulement compte que votre bouche reste entr’ouverte pendant que votre bagnole de merde ralentit pour mieux voir l’équipe de désincarcération extirper les corps de la voiture crashée ? Est-ce que vous vous rendez compte du soupir d’aisance que vous poussez quand la scène est hors de votre vue ?

La bonne nouvelle dans tout ça c’est que de la dinde, Madame Pimpin va en manger, pendant les fêtes. La Pregnant Bitch, en cette fin de deuxième trimestre de grossesse, est au mieux de sa forme. Elle a la patate, elle va à la piscine, et elle a décidé de traverser la France pour gratifier Village Sur Mer de sa radieuse présence. Et devine quoi ? Elle devrait même se joindre au gros de la troupe pour fêter l’anniversaire de Miss Kangourou, qui tombe aux environ du dénouement de l’IAC de Madame Pimpin. Ca va être sympa, surtout quand on se souvient que :

– annonce de fausse-couche suite à C1 de Madame Ecureuil = J1

– annonce de nouvelle grossesse suite à C1 de Madame Ecureuil le mois suivant = J1

– robe rose bonbon sur ventre naissant de Madame Ecureuil deux mois d’après = J1

Jingle Bells, les enfants.

Fin d’année.

Cette année, Madame Pimpin a décidé de ne pas bouder les fêtes. C’est pas que les choses aillent mieux que l’an passé, mais au final, le boycott n’avait fait qu’empirer les choses. La maison vide de décorations ne faisait que rendre plus palpable l’absence de petit Jesus dans la crèche. Le réveillon du nouvel an, en tête à tête, avait un arrière goût de larmes et d’ailleurs Madame Pimpin avait contenu les siennes à grande peine.

Alors au programme de cette année, il y aura :

– Edification d’un vrai beau sapin et de son habit de lumière. Echéance au début des vacances, fin de semaine 50.

– Renouvellement du stock de décorations de Noël. Même échéance.

– Réveillon du 24 chez les beaux-parents. Là, ça fait un peu chier parce que bon, Madame Pimpin elle préfère ses parents, et du coup elle ne les verra que le 25 mais bon. Noël, l’esprit de la concession, de la famille, tout ça… Monsieur Pimpin sera content. Va juste falloir se préparer à manger du «ma chérie» par ci, «ma chérie» par là. (La belle-mère n’a pas compris que sa belle-fille n’est pas fan de cucuterie).

– Réveillon du 26 ou du 27 avec Madame Zébulon, la BFF, la Besta, la grande coupine que Madame Pimpin n’a pas vue depuis cet été.

Et pour le 31…

Pour le 31 les Pimpin étaient un peu embêtés. Parce qu’ils ont vraiment envie de faire un effort mais ils ne sont pas maso non plus. Il y a le choix entre les amis de Madame Pimpin (avec de l’Ecureuil en cloque inside) ou les amis de Monsieur Pimpin (avec du Chaton en cloque inside). Il y a aussi quelques autres qui se sont montrés un peu gonflants ces derniers temps et que  Madame Pimpin n’a pas envie de voir. La BFF sera rentrée dans sa Grande Ville d’adoption. Le budget ne permet pas de dire « viens chéri on se casse réveillonner à Buenos Aires ». Alors…

Alors qu’elle y pensait hier soir, justement, vvvvt vvvvt, le Chouette Smartphone s’est mis à clignoter, faisant apparaître une invitation de la part… des Souris. Les Souris et la FC1 synchronisée, les Souris et leur C1 trois mois après, les Souris et leur bébé Souris né juste après FC2, les Souris et cette année 2013 au cours de laquelle il a été très difficile de maintenir le lien.

Il y avait ce bébé qui faisait mal même en étant si mignon (surtout en étant si mignon), il y avait la gêne des Souris, qui ne savaient pas bien que faire et que dire, il y avait des soucis de logistique qui rendaient les choses encore moins simples.

Alors cette invitation tombe plus que bien. Elle permettra de recoller les morceaux, de finir 2013 en la réparant un peu. Le bébé Souris, maintenant un peu plus grand, sera plus facile à accepter sans douleur. Madame Pimpin espère juste que l’autre couple d’amis des Souris, invités aussi, sans enfants et en couple depuis si longtemps que Madame Pimpin s’est déjà demandé s’il n’y avait pas galère dans l’air, n’annonceront pas ce soir là de jolie nouvelle. Ce serait dur. Mais quand bien même, il faudrait bien y faire face parce que c’est la vie.

Quand les copines ne servent a rien.

Parfois, Madame Pimpin se demande si les gens sont cons font exprès d’être bêtes.

Madame Poulette savait pour la fausse couche en mars. Elle savait que c’était dur pour Madame Pimpin de voir Madame C. s’arrondir, au détour des couloirs de la Grande Boîte. Elle savait que Madame Pimpin aurait eu le meme terme que Madame C. et elle savait que que Madame Pimpin n’avait aucun autre lien avec Madame C. que le fait d’être toutes deux des collègues de travail de Madame Poulette, se saluant a l’occasion.

Elle savait que cet autre point commun, une DPA partagée pendant 8 semaines d’aménorrhée, rendait cette grossesse encore plus dure a supporter.  Elle le savait parce que Madame Pimpin le lui avait dit a de nombreuses reprises.

Ca n’a pas empêché Madame Poulette d’enfoncer un poignard tranchant dans le coeur de Madame Pimpin ce matin en arrivant a Grande Ville.

« Au fait, je te le dis parce que…
Madame C. a… enfin ca y est elle a… »

Ce parce que…

Ce n’était pas vraiment la peine de le dire en fait. La date précise n’était pas une donnée indispensable. Et puis Madame Pimpin l’avait déjà deviné figure toi, quand elle a vu le nom clignoter sur l’écran du téléphone de Madame Poulette alors qu’il était posé sur la table. Le nom et cette date. Non ce n’était vraiment pas la peine d’en dire plus, ca n’aurait pas empêché que Madame Pimpin félicite Madame C. a son retour mais ca lui aurait épargné le poignard.

Ce parce que…. C’est la seule chose que Madame Pimpin souhaiterait savoir. Mais elle ne demandera pas. Elle se contentera d’adopter cette légère distance impersonnelle qu’elle place désormais entre elle et ces amies de jadis, devenues de simples copines sous la force de l’érosion provoquée par ces blessures involontaires mais terriblement lourdes. Ce sourire de pacotille, ce silence sur sa vie, et des réponses évasives quand les questions se font précises. Parce que même quand les gens sont cons, ils veulent toujours savoir.

Pourquoi le lui dire aujourd’hui ? Pourquoi cette fille accouche aujourd’hui et pas moi ? Pourquoi la lettre du gynécologue adressée au biologiste choisit aussi ce jour pour arriver et accabler Monsieur Pimpin alors qu’il est seul a Village Sur Mer? Pourquoi la RH choisit ce jour pour compromettre le projet de Master de Madame Pimpin et parler de le reporter a 2015?

Madame Pimpin sait que c’est mal de s’interroger sur les messages que le destin cherche a faire passer, mais aujourd’hui elle donnerait cher pour savoir ce que la vie met derrière ce parce que… .

Liste des Jolies Choses #8.

Pimp my job.

Madame Pimpin est dans une très très très bonne phase professionnelle. Bon, forcément il y a toujours un peu à redire. Mais le sentiment d’être bien à sa place, d’être écoutée et d’être respectée, de se sentir utile, d’aimer ce que l’on fait, de faire avancer les choses… Il y a quelque semaine, Madame Pimin a été sollicitée pour prendre de nouvelles activités dans son périmètre. Sur le coup, ça l’a profondément emmerdée. Et puis finalement elle s’est dit que comme au surf, le meilleur moyen de prendre une grosse vague c’est de la rider (oui tu peux prononcer avec l’accent anglais, je n’ai pas peur de me la raconter avec mon vocabulaire de roots). Et bien lui en a pris parce que c’est une nouvelle Madame Pimpin qui rentre à la maison le soir, maintenant. Une toute pimpante et toute motivée. Et tout ça, ça faisait longtemps que ce n’était pas arrivé.

Mail de vérité.

Hier Madame Pimpin a reçu un mail de Madame Ecureuil. Un mail tout anodin l’air de rien, pour prendre des nouvelles et montrer qu’elle ne dressait pas de barrière de la honte entre sa grossesse et sa copine, tout en évitant d’en faire des caisses. Madame Pimpin a apprécié la démarche. Elle a sauté sur l’occasion pour essayer de s’exprimer sur ses sentiments. Elle s’est armée de sa plus grande bienveillance et a couché sa frustration sur le papier, et ses difficultés. Frustration de ne pas réussir à se réjouir comme il se doit, difficultés à le dire, difficultés à le vivre. Figure-toi que ça lui a fait bien plus de bien que de bitcher dans le dos de sa copine, la mauvaise foi comme cheval de bataille. Ecrire ce mail l’a libérée, livrer ses sentiments a ôté un peu de fiel. Et si elle ne parvient pas plus maintenant à se réjouir, elle a au moins l’impression d’avoir été loyale et sincère. Madame Ecureuil n’a pas encore répondu, Madame Pimpin espère vraiment qu’elle aura compris. C’est la seule chance de survie à leur amitié. Et si le mail est mal passé, au moins Madame Pimpin n’aura pas de regrets.

Day Off.

Comme ça comme une envie de pisser, Madame Pimpin a posé sa journée de demain. C’est un fait assez rare pour le mentionner ici, assez rare pour qu’elle profite comme une malotrue de ce week end de quatre jours.

L’avertissement.

Ce week end, les Pimpin sont invités à la crémaillère de Miss Kangourou et son amoureux. Ils ne connaissent pas trop les amis de l’amoureux, mais forcément qu’il en a, et qu’ils seront là. Et si du côté de Miss Kangourou, la guest-list est claire et dépourvue de polichinelles dans le tiroir, côté Monsieur c’est l’inconnue. Tu penses bien que Madame Pimpin n’a pas osé poser de questions à sa copine là-dessus, pas envie de passer pour un dragon control-freak, en vous remerciant. Ca n’a pas empêché Miss Kangourou d’envoyer une petit sms hier soir pour prévenir les Pimpin que les polichinelles seraient au nombre de deux, et qu’ils se voient plutôt bien. Le cœur de Madame Pimpin a fondu d’amour. Un homme averti en vaut deux, une femme avertie en vaut trois (soyons fous), les Pimpin seront donc blindés comme une armée de cinq hommes pour affronter la situation.

Défi.

Elle court elle court la mère Pimpin (et au passage sans me vanter elle redevient bonnasse héhéhéhé – rire gras). Monsieur Pimpin a profité qu’elle soit pompette l’autre jour pour la mettre au défi de s’inscrire à une course dimanche qui vient. Alors ce n’est pas un marathon, ni même un semi. Mais c’est tout de même 10 bornes, le cap que Madame Pimpin ne parvient pas à franchir. Espérons que l’esprit de compétition lui donne des ailes et ne la laisse pas sur le bas côté, toute dépitée… Mais le défi est accepté. Et ça lui fait penser à cette pub nike qui passe en ce moment et qui lui donne furieusement envie de se dépasser (contrairement à la dinde mal chaussée de l’appli zombiesque dont on parlait l’autre jour…).

Réparée.

On ne parle pas encore de régularité, ni même de longueur de cycle normale. Mais le vilain C7 sous éthynil, ce vilain cycle sous contraceptif, il aura au moins le mérite d’avoir chassé les vilains spottings qui avaient pris l’habitude de squatter dès le surlendemain de l’ovulation de Madame Pimpin. Pour une ovulation vers J15, on est à J23, et la culotte de Madame Pimpin, c’est Blanche Neige (tu vois comme je fais des efforts pour te sortir des comparaisons poétiques et mignonnes quand je suis joie et amour). Le double bonus, au-delà du fait de fortement apprécier cette normalité (provisoirement ?) retrouvée, c’est que ça nous place déjà le J1 au-delà de cette semaine si tout va bien. Qu’il tienne jusqu’à lundi et il ne restera que deux ou trois jours à tenir pour que je RDV du 8 novembre avec le Caméléon tombe aux alentours de J3. Et permette de commencer le protocole sur C9. On dit merci le Caméléon pour cette réparation magique de C8. (mais ne parlons pas trop fort des fois que les soptts se baladent dans le coin).

Le Faucon Mignon.

Last but not least, Madame Pimpin a gardé pour la fin cette jolie et adorable surprise d’une gentille copinaute. Elle n’a pas le droit de te dire d’où vient la carte ni pourquoi cette étrange illustration, mais elle peut te dire qu’elle vient de très très loin en termes de kilomètre, mais de très très près en termes de pays de cœur. Elle peut aussi te dire qu’elle provient d’une chouette personne, et qu’elle apporte du soleil avec elle. N’est-ce pas Madame H. ?

image

Pregnant Bitch.

Alors ce soir, Madame Pimpin n’avait pas du tout prévu de geindre comme une molasse que c’est trop dur d’être infertile dans un monde de lapins qui se reproduisent en claquant du string. Nan, elle avait plutôt envie de ne rien écrire ce soir (parce que dis donc, sinon deux posts par jour tu vas t’habituer, toi), et de passer un peu plus de temps à jouer à Candy Crush s’instruire sur internet. Elle commençait à réfléchir à la façon dont elle te parlerait demain de son planning PMesque qui pue et qui promet de reporter à janvier les IAC (t »as vu comme je fais du teasing, on dirait MademoiselleK !)

Mais ça c’était avant.

Avant que son sang ne fasse qu’un tour. Avant que la moutarde ne lui monte au nez. Avant qu’elle ne voit rouge puis que la rage l’aveugle. Avant qu’elle ne lise cette cochonnerie de Fesse de Bouc et que son coeur se mette à accélérer. C’était avant le dîner. Depuis suffit qu’elle y repense pour que la tachycardie revienne. De la provoc’ ? De la connerie ? Parce que faire semblant de boire ma dernière bière à la framboise pour au final la jeter dans l’herbe afin de cacher sa grossesse, c’était pas assez ? Parce que me laisser me lamenter sur le sort de sa fausse couche pendant une heure alors qu’elle se savait déjà re-enceinte et qu’elle ne voulait pas le dire, ça suffisait pas ? Parce que me suggérer le String-Talon tout en riant sous cap parce qu’elle était enceinte et que je ne le savais pas, ça le faisait pas suffisamment ? Me foutre la migraine toute une journée avec son annonce de grossesse longue comme une agonie, c’était que l’échauffement ? Ou peut-être parce que la robe moulante rose bonbon sur un début de ventre au baptême, c’était sous-dosé ?

Ben là, la coupe est pleine, l’objectif est atteint, dans le mille.

Lors de la dernière conversation entre Madame Pimpin et sa Pregnant Bitch de copine, Madame Ecureuil (puisque c’est désormais elle que nous appellerons Pregnant Bitch) se confiait sur ses métrorragies et Madame Pimpin lui parlait de sa mauvaise AMH et des risques qui se cachaient derrière (pas fun, on en conviendra) et de son programme AMH-friendly (fooding, no drinking, no smoking, et footing).

Elle a du trouver ça drôle, la Pregnant Bitch et en tous cas, si elle n’a pas été foutue de prendre des nouvelles ou de se rappeler que Madame Pimpin voyait son gynéco l’autre jour (alors que Madame Pimpin avait pris sur elle de lui écrire un mail après son écho des 12SA), elle a bien retenu l’histoire du footing. Alors du coup, elle a posté ça sur le wall de Madame Pimpin, accompagné du petit message sympathique « une idée pour se motiver au footing ? »

Nan, mais connasse, quoi. Ouais je cours, ouais ça me défoule, et figure toi que j’ai pas besoin de tes encouragements de Pregnant Bitch, quand je cours c’est déjà TOI que je vois, et toutes les pregnant bitches de la terre. Je vois aussi mon AMH de marde, mes deux fausses-couches, tout ce sang, tout ce temps que je perds, mes trois ans d’attente qui défilent. Je vois mon corps flétrir, je me vois vieillir avant d’être mère, dans quelques années. Je vois des fantômes, je vois le diable, et j’aurais beau toujours courir plus vite, ils me rattraperont toujours. Alors tes bons conseils, tes blagounettes de marde et tes commentaires bidons, j’en ai pas besoin. Tu ferais mieux de garder ton temps pour t’occuper de ton boule et de me foutre la paix. Ah ben oui, sûrement que c’était maladroit, sûrement que t’as pas fait exprès, tu savais pas. Et c’est bien ça le problème. Tu sais pas. Et tu sauras jamais. alors tais-toi.

****** ceci était un message de la compagnie Terres Stériles (kikou, Romy) ******

L’emmerdement maximum.

Voilà déjà deux ans que Madame Pimpin retient sa vie sur le mode « pause », en attendant que cette connasse de Cigogne se décide à lui apporter son bébé. Deux ans qu’elle a mis le boulot au ralenti, deux ans que les vacances riment avec France Métropole (ouh la la, quelle prise de risque cet été avec la Corse !), deux ans qu’elle gère l’agenda de ses déplacements en fonction de ses supposées dates d’ovulation, bref, deux ans qu’elle s’emmerde. Alors forcément, quand on n’y met pas du sien, la Cigogne, elle ne se casse pas la tête non plus ! Bah oui, c’est pas drôle pour elle de faire ce qu’on attend d’elle ! Voilà le constat auquel Madame Pimpin est parvenue ce week end, au cours de ses méditations entre deux parties de Candy Crush ballades dans les feuilles mortes.

Heureusement, inconsciemment, Madame Pimpin a déjà enclenché la machine à y mettre du sien, et s’apprête à offrir à Dame Cigogne tout un paquet d’occasions de s’amuser à mettre le dawa dans cette petite vie attentiste.

– Madame Pimpin vient de s’offrir, au terme de trois années de souffrances fessesques sur sa vieille monture, un superbe VTT qui coûte une blinde pour dévaler les sentiers de Village Sur Mer. Alors la Cigogne, quand est-ce que tu viens m’empêcher de profiter de mon nouveau jouet ?

– Madame Pimpin vient d’accepter, au terme de deux années de mollesse professionnelle, de nouvelles responsabilités dans son travail. Même que ça va être très chaud du slip dans les mois qui viennent et qu’elle se demande comment elle va faire pour gérer tout ça. Alors, la Cigogne, quand est-ce que tu viens me faire passer pour la pondeuse de service qui fout le projet en l’air avec son polichinelle dans le tiroir ?

– Madame Pimpin a obtenu, après plus de quatre ans d’attente désespérée, le budget nécessaire et l’admission dans une chouette école, elle t’en avait déjà parlé. Ca commence dans quelques mois, et il va falloir jongler entre le master et les nouvelles responsabilités du travail (et les IAC, sinon c’est pas fun). Alors, la cigogne, quand est-ce que tu viens me faire foirer mon putain de master que j’attends depuis si longtemps ?

– Monsieur Pimpin, après un an d’agacement à se demander s’il serait sélectionné, est bien parti pour se retrouver en formation à deux cent kilomètres de village sur mer à partir de la rentrée prochaine. C’est une bonne nouvelle, à l’issue de ces six mois difficile il y aura plus de beurre dans les épinards, plus de fun dans sa life, et probablement un déménagement. Alors la Cigogne, quand est-ce que tu viens nous casser la tête avec la logistique de fou qu’il faudrait avoir pour conjuguer le combo « deux parents en formation » + job de fou + déménagement à préparer ? Hein ?

– Madame Pimpin, après six mois d’hésitation rapport à une potentielle grossesse, a prévu d’aller skier avec sa meilleure amie Madame Zébulon au mois de mars (ou la chance d’avoir une meilleure amie qui s’en bat les escalopes d’être là pour l’accouchement de Madame Ecureuil & Co à la même période, et qui a bien senti que le mois de mars à la base n’est pas la tasse de thé de Madame Pimpin). Eh la Cigogne, c’est quand que tu me prives de mes premières vacances en tête à tête avec ma cop’s ? C’est quand que tu te décides à m’empêcher de skier alors que j’attends ça depuis dix ans ?

– Madame Pimpin, après quatre ans de report pour diverses raisons (dont « mettre des sous de côté pour le bébé » et « ah la la mais si jamais je suis enceinte ? ») s’est décidée à tenir sa promesse de promener le petit frère dans la Grosse Pomme. Dans un an tout rond ils y seront, Monsieur Pimpin, le petit frère, et Madame Pimpin. Madame Pimpin kiffe tellement New York que ce voyage sera son troisième passage là-bas, troisième et donc dernier parce qu’à un moment donné il y a tout de même d’autres endroits à voir sur terre. Alors elle y tient, à cet Halloween New-Yorkais. Oh, la Cigogne, quand est-ce que tu me colles une grosse citrouille sous le sweat à capuche, histoire que Halloween à New York ça se passe juste dans ma tête ?

– Madame Pimpin se bat depuis plus de deux ans contre les abrutis qui lui suggèrent de penser à autre chose si elle tient vraiment à son polichinelle. Elle a également plusieurs fois pété un câble perdu patience quand on lui a donné de bons conseils, genre « ayez des projets », « n’attendez pas QUE ça », « le sexe anal ne vous aidera pas mais vous distraira », « string talons »… Alors la Cigogne, quand est-ce que tu viens leur donner raison à tous ces gros cons ?

Nan, parce que là, à force de se dire que ça va pas marcher, à force de « jalonner l’année à venir pour ne pas avoir que son échec en tête », à force de penser à autres chose… Ben Madame Pimpin s’est pris un putain de gros coup de pression ce week end entre deux parties de Candy Crush ballades dans les feuilles mortes. Parce que si ça finit par marcher pour de vrai en 2014(mouahahahaha voilà qu’elle nous refait sa naïve), ben je te dis pas comment ça va être la marde. Ce qu’on appelle la loi de l’emmardement maximum. Eh la Cigogne, même pas en rêves tu me fais peur !

En vrac #20.

Le mail de Madame Ecureuil.

Ou comment faire culpabiliser ses copines infertiles. Un mail arrivé ce matin, en provenance de Madame Ecureuil et son utérus bien rempli. Suite au baptême de l’autre jour, Madame Pimpin s’était bien lâchée au niveau de la décompression, et s’en voulait un petit peu d’avoir bitché sur sa copine. Et ce n’est pas ce mail qui va l’aider à déculpabiliser… Madame Ecureuil s’est souvenue d’un renseignement professionnel demandé par Monsieur Pimpin, et l’objet du mail était de répondre à cette requête après de minutieuses recherches. Well well well. Madame Pimpin peut toujours orienter sa mauvaise foi en direction du ton du mail, pragmatique et dépourvu de sentiment, où même le «comment ça va» fleure bon le «ne me répond surtout pas je suis trop mal à l’aise»… Sur ce coup, elle se sent un peu merdeuse d’autant que Madame Ecureuil ne mentionne sa grossesse qu’entre les lignes (tu me diras, même entre les lignes c’est insupportable).

Scary Movie.

Dimanche soir les Pimpin sont allés voir Conjuring, un film d’horreur très inspiré de l’exorciste (Madame Pimpin est amatrice du genre). Le pitch (attention spoiler) : une sorcière ayant vécu dans la maison hantée, s’étant suicidée dans le jardin suite à l’offrande de son nourrisson, revient depuis plus de deux siècles persécuter les mères qui s’installent dans les lieux, et les possède jusqu’à ce qu’elles aussi sacrifient leurs enfants. So charming (cette histoire d’infanticide ne figurait pas dans le résumé sinon tu penses bien qu’on serait allé voir une bonne comédie). En sortant de là, le trip «maison hantée», «sorcière infertile qui nous a jeté un sort» et autres jouasseries trottaient déjà allègrement dans la tête de Madame Pimpin. Il n’en fallait pas tant que l’apparition devant la portière de la bagnole d’une grosse flaque de soit disant «huile hydraulique teintée en rouge» (dixit Monsieur Pimpin) ressemblant plutôt à une mare de sang (version de Madame Pimpin) ne se trouvant pas là avant le film, pour épouvanter Madame Pimpin. Maintenant, à l’instar de La Fille, Madame Pimpin est intimement persuadée de vivre sur l’emplacement d’un ancien autel de messes sataniques ou autre, convaincue qu’un esprit malveillant s’en prend à son utérus et à sa descendance. Si tu connais un bon prêtre exorciste à pas cher, suis preneuse.

La pharmacienne.

Initialement, Madame Pimpin avait prévu de rédiger un article dédié à la pharmacienne, dédicacée à Bounty qui l’avait bien prévenue, tant le discours l’a agacée au plus haut point. Finalement, ne lui accordons pas tant d’importance, à la gourdasserie de cette pauvre pharmacienne. Quand Madame Pimpin est allée chercher son acide folique la semaine dernière, elle a cru bon de préparer le terrain. Elle a demandé à sa pharmacienne habituelle si le Gonal ou le Purégon étaient disponible chez eux en stock, et sinon quels en étaient les délais d’approvisionnement (c’est ce qui s’appelle être dans les starting blocks). La pharmacienne s’est montrée arrangeante sur ce point, s’engageant à commander le matin pour le soir même sur simple coup de fil de Madame Pimpin. C’est commode, parce qu’étant souvent en déplacement, la mère Pimpin n’est pas forcément à même de passer sa journée à la pharmacie. Mais le prix à payer pour cet arrangement… s’est montré un peu salé. – Vous allez voir, avec ce traitement ça va marcher à tous les coups. (c’est sûr les FIV c’est pour les chiens et l’échec PMesque n’existe pas). – Pensez à prendre le temps de ne pas trop y penser. (L.O.L). – Et puis vous savez, il faut prendre des vacances. (C’est pris en charge dans le 100% ?). – Pour moi, ça a marché dans l’intervalle où j’attendais mon RDV PMA (Elle a quatre gosses, hein). – C’est vrai que c’est pas facile, d’attendre. (CQFD). Bref, un bon condensé de bullshit. Mais une fois encore, prévenue à l’avance par sa coupinaute bienveillante, au final Madame Pimpin ne pouvait qu’en rire intérieurement tellement ces putains de clichés ont la dent dure.

La petite pointe de déception.

Décidément c’est compliqué d’être l’amie d’une infertile. Mercredi après son RDV chez le Caméléon, Madame Pimpin s’est arrêtée en chemin chez Madame Poulette qui habite juste à côté, après l’avoir prévenue de son arrivée (et des IAC) par sms. Elle s’est dit qu’après tout une petite bière ne serait pas du luxe pour décompresser avant d’aller manger chez ses parents (comble de l’emmerdement Monsieur Pimpin bossait ce soir là). Dans les moments de crise, Madame Poulette s’en sort habituellement bien avec ce qu’il faut dire et ce qu’il ne faut pas dire. Madame Pimpin s’attendait donc à ce que son amie pige l’ambivalence du truc : chouette les IAC, mais bordel, on y est et ce n’est pas rien. Sauf qu’en arrivant, on a surtout parlé du plombier de Madame Poulette qui avait fait de la merde, parce que tu comprends c’est aussi important que les IAC. Madame Pimpin se dit OK, il n’y a pas de hiérarchie dans la contrariété, soyons amour et patience avec nos peu nombreux amis qui ne nous tapent pas encore sur les nerfs. Une fois le débrief-plombier terminé, on passe aux IAC. Madame Pimpin ayant tout de même assez bien pris le truc, elle ne s’étale pas trop, mais un peu quand même. Très vite, Madame Poulette dévie sur son projet de maternité à elle (pour rappel, elle est en couple depuis six mois avec un chouette garçon que Madame Pimpin lui a présenté). Depuis quelque temps en effet, Madame Poulette parle d’expat d’ici quelques années, de projet de congé parental pour partir avec le chouette garçon… Dans l’absolu c’est plutôt bien de se projeter, et puis d’ici là, la mère Pimpin aura soit pondu et fermera sa gueule, ou bien elle aura renoncé à sa propre progéniture et se réjouira de pouponner celle des autres. Sauf que là, le sujet dévie tellement que Madame Poulette en arrive à tenir des propos fort désagréables, grinçant aux oreilles de Madame Pimpin comme des coquilles d’œuf dans la mayo, et révélant une significatice accélération de planning.
– Votre expérience me fait peur, je ne veux pas être trop vieille ni perdre du temps. (Elle est plus jeune que Madame Pimpin, bordel. Ou comment se sentir comme une veille croute, d’un coup. Et puis bon, dans le pire des cas, invite la PMA dans ton couple au bout de 6 mois tu verras ce qu’elle en fera).
– Le temps ne passe pas vite quand le Chouette Garçon n’est pas là, avec un bébé ce serait moins dur. (t’as raison ma Brenda, gère déjà ton plombier).
– Et puis je me dis que ce serait tellement super qu’on soit enceinte en même temps. (Moi aussi j’aimerais trop partager cette grossesse que j’aurai attendue tellement d’années avec une C1 en couple depuis moins d’un an… Moi aussi j’aimerais trop prendre le risque de faire une fausse-couche pendant que le train part encore sans moi… ou pire, rester sur le quai tout court et regarder les autres voyager…).
Ne va pas te méprendre, Madame Pimpin est contente que tout roule pour la Poulette et le Chouette Garçon. Mais chacun son tour et les vaches seront bien gardées. Chacun sa grossesse et tout ira bien. Et puis entre nous, c’est moyen niveau délicatesse, de lancer ce sujet avec quelqu’un qui vient d’apprendre moins de 15 minutes plus tôt qu’il avait le go pour les IAC. Madame Pimpin ne se prend pas pour Françoise Dolto et n’a pas de conseils à donner aux jeunes couples, mais les gens quand même réfléchissez. A vingt cinq piges, quand on est en couple depuis si peu de temps, l’essentiel est de se poser en tant que couple avant de parler bébé ou PMA. Il faut que le socle soit solide, pour supporter tout ça. Madame Poulette aurait eu 35 ans, le discours n’aurait pas été le même bien sûr… Mais là, là, c’était juste agaçant et un brin déplacé. Marde. Arrêtez de m’inciter à faire ma grosse conne, les gens. Voilà comment Madame Pimpin s’est retrouvée passablement pompette deux heures plus tard, après avoir éclusé quelques chopines de rouge qui tâche avec son pôpa.

Madame Parfaite.

Tu te souviens de Madame Parfaite, qui conseillait à Madame Pimpin de faire un bébé afin de pouvoir poser un congé parental et suivre Monsieur Pimpin plus facilement en cas de mutation ? Oui ? Bah tu vas rigoler alors. Il y a trois mois, le projet sur lequel travaille Madame Parfaite a pris du plomb dans l’aile (pas si parfaite, hin hin hin). Madame Parfaite a été sollicitée pour alterner : un mois à Village Sur Mer, un mois sur son projet à 800 bornes de là. Son Monsieur Parfait étant très peu dispo, c’est un peu galère avec leur petite fille (petite fille conçue en vue d’un rapprochement de conjoint il y a trois ans). Là, Madame Parfaite vient juste de revenir de son mois de déplacement. Son air de Joconde ébahie, son détachement quant à sa prochaine période « sur place » auraient du mettre la puce à l’oreille de Madame Pimpin. Eh ouais, Madame Parfaite est en cloque, depuis deux mois et demie. Fini les déplacements. Echo des 12SA prévue cette semaine, Madame Parfaite s’inquiète de na pas sentir le bébé bouger et va demander à son gentil médecin traitant de la faire interdire de transport. Manquerait plus qu’on envoie Madame Pimpin pour la remplacer tiens. Connasse.

Bon bah voilà, on dirait le tribunal ici aujourd’hui, c’est merveilleux. Suivant ?