6SA+3.

Ça continue, et c’est toujours avec étonnement que Madame Pimpin se réveille le matin en se disant que ça continue pour le moment. Enfin, ça continue, de ce qu’elle en ressent hein. En vrai de vrai on le saura seulement dans 10 dodos.

Madame Pimpin n’est pas super bavarde en ce moment, tu te doutes bien pourquoi. Déjà elle a été super malade (bon ça tu n’es pas supposé t’en douter on est bien d’accord) ce qui lui a valu de passer son temps à dormir, tousser et prendre du Doliprane, puis de perdre sa voix. Elle est donc allée voir le Docteur Chouette, sa généraliste, qui l’a arrêtée tout la semaine vu « les circonstances », craignant que ça ne tourne à la grippe carabinée. Exit, donc, le vilain déplacement à Grande Ville. Exit aussi le concert d’IAM, mais crève ou pas crève, vu les antécédents de la mère Pimpin ça n’aurait peut-être pas été le summum de l’intelligence d’aller danser le mia pendant trois heures dans une douce fumée d’herbe (ne nous leurrons pas, la jeunesse de Village Sur Mer fume elle aussi du choucoutoum ce n’est pas le luxe exclusif des Vraies Villes…). Bref, c’est le meilleur pote du Petit Frère qui se frotte les mains, s’étant vu attribuer le précieux sésame.

A part ça il y a deux raisons fondamentales à son absence de déballage bloguesque.

La première c’est qu’elle a peur. C’est que chaque mot couché ici ou ailleurs devient une preuve, un souvenir, de la matière. Et si elle est très heureuse de ce qui lui arrive elle a surtout peur qu’on le lui vole brutalement. Elle sait trop bien ce qui arrive ensuite. Elle a peur et sans cette peur, elle se serait peut-être transformée en espèce d’octobrette 2014 à t’agrémenter de stupides lolilol, hihihi, la vie est trop géniale, et autres niaiseries. Mais il n’y a pas que la peur.

Il y a aussi qu’elle sait ce que c’est d’être de chacun des 3 côtés de cette barrière. Du côté de celles qui attendent et regardent passer les trains. Du côté de celles qui viennent de perdre l’espoir qu’elles portaient et regardent les autres continuer la larme à l’oeil, et c’est ça le plus terrible. Du côté de celles qui ont de la chance mais savent qu’il faut marcher sur des oeufs. Alors, il n’est pas question ici de jouer la rabat-joie vis à vis de celles qui peuvent passer facilement du côté « j’attends mon tour » au côté « ça y est c’est la fête », il est juste question de dire qu’elle, elle ne peut pas et qu’elle ne veut pas le faire ni s’associer à ce genre de choses.

Alors voilà. Cette semaine Madame Pimpin se repose et elle en a bien besoin entre remise sur pieds, fatigue et nausées certes encourageantes et un peu rassurantes. La semaine prochaine elle commence les cours, en espérant que cette nouveauté fasse vite passer les jours jusqu’à samedi midi… Parce qu’elle a si peur Madame Pimpin, qu’elle a pris un RDV avec le Caméléon à la toute fin de sa semaine histoire d’avoir du temps ensuite. Elle a aussi calé un point avec le Maître Reiki pas trop longtemps après.

Le fait que ce début de grossesse se produise exactement au même moment que les deux premiers n’est pas pour aider à se sentir super euphorique…Madame Pimpin en a parlé au Maître Reiki qui ne lui a pas été d’un grand secours (la séance n’était pas terrible, et le lendemain Madame Pimpin a rêvé qu’elle perdait la moitié d’une dent et se trimballait tout le reste du rêve avec son bout de dent dans la main en attendant que le dentiste la lui répare… pas glop). Les dates difficiles foisonnent en ce début d’année. Heureusement la providence incarnée par Miss 28JEDB et cet article qui parle de Cé est venue rappeler qu’une date difficile une année peut correspondre à une date plus heureuse l’année qui suit. Alors elle s’accroche à cette notion là et parvient à rester un peu zen.

Pour finir sur une note un peu mystique mais plus joyeuse, Madame Pimpin a été très surprise ces derniers temps par un certain nombre de coïncidences.

Un sms reçu de Madame OPK sa copine IRL (pas du tout au courant du TG+ qui est gardé secret), la veille de l’écho, qui lui disait qu’elle pensait tout particulièrement à eux ce soir là, sans savoir pourquoi, et qu’elle allumait une bougie spéciale pour qu’un jour enfin, un enfant puisse connaître la chance d’avoir les Pimpin comme parents (bordal je chiale encore en écrivant ça).

La Soeur de Madame Pimpin, qui la semaine précédent le TG+ a rêvé que ce serait +, et qui a ensuite harcelé la mère de Madame Pimpin pour en savoir plus.

Le Chouette Pote qui vit à 12000 kilomètres, qui a réussi parmi le bon millier de photos de Madame Pimpin sur Fesse de Bouc à exhumer il y a deux jours l’une des seules photos publiées de Madame Pimpin enceinte et radieuse il y a deux ans à la même époque. Presque personne ne sait qu’elle est enceinte sur cette photo. Mais le Chouette Pote a écrit un gentil commentaire sur cette photo, et depuis la plupart des amis de Madame Pimpin on fait de même… Et franchement vu de sa fenêtre ça fait super bizarre, que soudainement tout le monde s’intéresse à cette photo.

Et puis maintenant le rêve de Mrs F, un truc de fou.

Alors Madame Pimpin espère que tout ça, ce sont de bons signe, et elle espère que ça continue pour de vrai. Et elle s’appuie un peu sur tout ça pour continuer le chemin.

Just Yacked.

C’est une Madame Pimpin toute bouleversée par vos encouragements, commentaires, messages et… wait for it… Ce dessin de Zapette, juste énorme, qui s’est rendue à la Chouette Clinique pour se faire Yacker le popotin ce matin. Je ne te cache pas que comme pour chacune des journées de ce Yack, le calendrier de l’avent réservait sa petite surprise du jour : une grosse crève pour Monsieur Pimpin qui a passé la nuit à suer sa fièvre, malade au point que Madame Pimpin s’attendait presque à ce que le labo ne parvienne pas à trouver le moindre bestiau assez vivant pour faire la préparation. Au final, ils sont malgré tout repartis avec leur précieux réceptacle, sans savoir combien de warriors avaient survécu. Peut être pas plus mal de ne pas savoir, tu me diras.

Le rendez-vous s’est bien passé, même si ce n’est pas le Caméléon himself qui a pratiqué l’IAC mais son collègue (surprise du vendredi bonjour). Madame Pimpin a tout de même du mal à croire qu’une si petite pipette recelant une si petite quantité de produit catapulté dans son immense utérus pourrait un jour changer sa vie et permettre d’en finir avec cette traversée du désert, alors dans le doute, malade ou pas malade : même tarif. Tant qu’il reste de l’espoir que l’ovule rencontre un bestiau, on va la jouer artisanalement en mode poney et pis c’est tout (à ce propos, Madame Pimpin s’est mis une bonne claque en consultant ce lien à propos de la fécondation, et s’est rappelé à quel point la conception est un putain de miracle – qui n’empêche pas quelques millions de connasses de se faire engrosser en C1).

Le stress est retombé tout seul à la sortie du rendez-vous. Madame Pimpin a eu un peu peur quand elle a senti des bulles de je ne sais quoi dans son frifri juste après l’insémination et s’est dit que bordel ce serait dommage que la moisson finisse sa course sur un protège-slip Vaniuche Supa Fresh, mais a priori après examen FDC approfondi, ce n’était pas ça, plutôt la glaire qui se réveillait après avoir brillé par son absence pendant plusieurs jours. Tu me diras en IAC : OSEF. Mais bon le but d’une stim c’est bien d’avoir de meilleurs paramètres que d’habitude, et là pour le coup, niveau glaire, on ne remercie pas le Ménopur. Le collègue du Caméléon a toutefois indiqué qu’il avait pu observer une glaire normale, nous n’aurons donc pas à solliciter les services de ce brave Jacques Pradel pour un spécial Perdu de Vue.

Bon, eh bien nous voilà partis pour deux semaines de mongolisation, parce que même si Madame Pimpin trouve que la pipette ressemblait à un placebo, ça ne va pas l’empêcher de célébrer comme il se doit les DPO en consacrant huit heures par jour à examiner ses Vaniuche. Ca tombe bien, elle est en vacances.

Objectif des deux prochaines semaines : tenter de se débarrasser des deux cernes mauves qui ornent son regard bovin, essayer de ne pas finir par se ferme interner en unité spéciale pour cause de violent burn out, vivre normalement (vélo footing et réveillon), et ne pas perdre de vue que ce Yack est un brouillon, une chance d’avoir pu le caler avant la fin de l’année, ne nous suicidons pas avec une coquille d’huitre ou une bouteille de champ’ quand la bise sera venue. A ce propos, Madame Pimpin s’est bien vu remettre une ordonnance de Progestan (t’façons il lui en reste une brouettée depuis la fausse couche de la Petite Chose) mais point d’ordonnance de BHCG : preuve que ce premier Yack est un brouillon.

Et maintenant, passage de flambeau à la Zapette : que ce Yack à venir soit vif, brillant, splendide et insolemment succesful !

Et puis… Encore merci <3

Palmarès des requêtes Google #5.

C’est pas le tout de s’interroger sur la tératosoospermie, la fragmentation de l’ADN et ses potentielles interactions sur les fausses-couches, mais pendant ce temps là sur Google ça continue à produire de la requête de premier choix. Hop hop hop c’est parti.

  • Dans la catégorie « allo-gynéco » :

[3,4 amh bien?] Ouaich bien ou bien ?

[le duphaston fait il enlever la temperature?] Au delà de la syntaxe un peu abrutissante de cette question, on peut saluer une chouette découverte : le duphaston c’est comme le Doliprane. Amen.

[arret de travail suite hysterosalpingographie] On en tient une bonne. Ma pauvre amie si tu commences comme ça tu vas coûter cher à la sécu. Pourquoi pas un « arrêt de travail suite écho endo » tant qu’on y est.

[salles d’attente pour femmes enceintes] Si tu as la chance de vivre dans une contrée civilisée, oui. Sinon tant pis pour toi. Faudra faire avec, et te débrouiller à les supporter le jour où on t’annonce une fausse-couche ou une térato. Welcome in the real life !

[photo d’un col a dpo 10] Moui. On a les délires qu’on peut avoir. Tu préfères pas une photo avec des petits lolcats cromeugnon ?

  • Dans la catégorie « symptômes de grossesse nouvelle génération » :

[douleurs regles 9dpo contractions anus] Eh mais ma grande, tu serais pas juste en train de nous préparer un bon gros pet des familles ?

[j22 glaires marrons apres pipi mal ventre] You loose. Sorry. Try again.

[symptome grossesse j25] Vergetures, nausées, envies de fraises, montées de lait, vertiges… Mouahahahahah. J25. J25, quoi.

  • Dans la catégorie « Gros dégueulasse » :

[jeune fille qui pisse] Ici mon ami, tu ne trouveras qu’une fille plus si jeune, qui pisse seulement sur des bâtonnets cartonnés. Ca t’excite toujours ?

[après une bonn partie de jambe en l’air l’a rcouvrir de petit calins] Mouais. Sauf si elle en est quelque part entre C6 et C12, qu’elle commence à s’inquiéter mais qu’elle a tout de même gardé son petit côté naïf, et qu’elle croit qu’il faut faire le poirier. Dans ce cas bon courage pour la r’couvrir de petit calins. Bye bye le romantisme.

[mucosite marron en raclant la gorge une seule fois le matin] A tes souhaits. Au passage tu peux me confirmer que c’est bien rapport aux histoires de spotting que tu es passé par là ???

[mme pimpin et madame ecureuil] Hem. Sur ce coup là ça sent le stalk. Madame Ecureuil, si tu passes par là : KIKOU…

 

Smartphone de Marde.

Voilà plus de vingt-deux mois que le smartphone de Madame Pimpin la suivait partout. Depuis le jour de son premier TG+, elle se souvient bien, le pipi, le labo, le taux… Et plus tard dans l’après-midi, l’attente chez son opérateur. Pendant qu’elle attendait dans la file, elle se rappelle bien, elle s’était dit « je suis enceinte j’ai le droit de m’asseoir ». Mais elle ne s’était pas assise, parce qu’elle n’était enceinte pour de vrai que depuis trois heures, elle trouvait ça abusé.

Un peu plus tard, le smartphone de marde l’a suivie pendant son voyage de noces. Au bord de la piscine, elle se disait qu’il ne valait mieux pas trop en faire, et elle restait là, posée, à se renseigner sur l’évolution de sa grossesse, connectée au wifi de l’hôtel.

C’est avec ce smartphone de marde quelques semaines plus tard qu’elle a prononcé les mots horribles, les mots qui ont fait revenir Monsieur Pimpin d’un pays bien loin, le précipitant au chevet de sa femme qui perdait son bébé.

C’est sur ce smartphone de marde que Madame Pimpin, le jour de son retour de couche, a téléchargé ovuview.

C’est depuis son smartphone de marde qu’elle accédait le plus souvent au petit monde des blogs, qui lui permet de tenir depuis un an.

C’est par un appel sur ce smartphone de marde que Monsieur Pimpin lui a appris la tératozoospermie.

Ce matin, le smartphone de marde a été vidé de tout substance, il partira mardi matin chez des inconnus. En échange Madame Pimpin a reçu de son opérateur préféré un Chouette Smartphone tout neuf.

La vie d’un smartphone, la première tranche de sa vie d’infertile.

Madame Pimpin espère que ce nouveau Chouette Smartphone sera le vecteur de nouvelles meilleures… Et qu’accessoirement il lui permettra de rattraper son retard sur les commentaires de son blog parce que là c’est à peine si elle ose continuer de poster.

Liste des Jolies Choses #8.

Pimp my job.

Madame Pimpin est dans une très très très bonne phase professionnelle. Bon, forcément il y a toujours un peu à redire. Mais le sentiment d’être bien à sa place, d’être écoutée et d’être respectée, de se sentir utile, d’aimer ce que l’on fait, de faire avancer les choses… Il y a quelque semaine, Madame Pimin a été sollicitée pour prendre de nouvelles activités dans son périmètre. Sur le coup, ça l’a profondément emmerdée. Et puis finalement elle s’est dit que comme au surf, le meilleur moyen de prendre une grosse vague c’est de la rider (oui tu peux prononcer avec l’accent anglais, je n’ai pas peur de me la raconter avec mon vocabulaire de roots). Et bien lui en a pris parce que c’est une nouvelle Madame Pimpin qui rentre à la maison le soir, maintenant. Une toute pimpante et toute motivée. Et tout ça, ça faisait longtemps que ce n’était pas arrivé.

Mail de vérité.

Hier Madame Pimpin a reçu un mail de Madame Ecureuil. Un mail tout anodin l’air de rien, pour prendre des nouvelles et montrer qu’elle ne dressait pas de barrière de la honte entre sa grossesse et sa copine, tout en évitant d’en faire des caisses. Madame Pimpin a apprécié la démarche. Elle a sauté sur l’occasion pour essayer de s’exprimer sur ses sentiments. Elle s’est armée de sa plus grande bienveillance et a couché sa frustration sur le papier, et ses difficultés. Frustration de ne pas réussir à se réjouir comme il se doit, difficultés à le dire, difficultés à le vivre. Figure-toi que ça lui a fait bien plus de bien que de bitcher dans le dos de sa copine, la mauvaise foi comme cheval de bataille. Ecrire ce mail l’a libérée, livrer ses sentiments a ôté un peu de fiel. Et si elle ne parvient pas plus maintenant à se réjouir, elle a au moins l’impression d’avoir été loyale et sincère. Madame Ecureuil n’a pas encore répondu, Madame Pimpin espère vraiment qu’elle aura compris. C’est la seule chance de survie à leur amitié. Et si le mail est mal passé, au moins Madame Pimpin n’aura pas de regrets.

Day Off.

Comme ça comme une envie de pisser, Madame Pimpin a posé sa journée de demain. C’est un fait assez rare pour le mentionner ici, assez rare pour qu’elle profite comme une malotrue de ce week end de quatre jours.

L’avertissement.

Ce week end, les Pimpin sont invités à la crémaillère de Miss Kangourou et son amoureux. Ils ne connaissent pas trop les amis de l’amoureux, mais forcément qu’il en a, et qu’ils seront là. Et si du côté de Miss Kangourou, la guest-list est claire et dépourvue de polichinelles dans le tiroir, côté Monsieur c’est l’inconnue. Tu penses bien que Madame Pimpin n’a pas osé poser de questions à sa copine là-dessus, pas envie de passer pour un dragon control-freak, en vous remerciant. Ca n’a pas empêché Miss Kangourou d’envoyer une petit sms hier soir pour prévenir les Pimpin que les polichinelles seraient au nombre de deux, et qu’ils se voient plutôt bien. Le cœur de Madame Pimpin a fondu d’amour. Un homme averti en vaut deux, une femme avertie en vaut trois (soyons fous), les Pimpin seront donc blindés comme une armée de cinq hommes pour affronter la situation.

Défi.

Elle court elle court la mère Pimpin (et au passage sans me vanter elle redevient bonnasse héhéhéhé – rire gras). Monsieur Pimpin a profité qu’elle soit pompette l’autre jour pour la mettre au défi de s’inscrire à une course dimanche qui vient. Alors ce n’est pas un marathon, ni même un semi. Mais c’est tout de même 10 bornes, le cap que Madame Pimpin ne parvient pas à franchir. Espérons que l’esprit de compétition lui donne des ailes et ne la laisse pas sur le bas côté, toute dépitée… Mais le défi est accepté. Et ça lui fait penser à cette pub nike qui passe en ce moment et qui lui donne furieusement envie de se dépasser (contrairement à la dinde mal chaussée de l’appli zombiesque dont on parlait l’autre jour…).

Réparée.

On ne parle pas encore de régularité, ni même de longueur de cycle normale. Mais le vilain C7 sous éthynil, ce vilain cycle sous contraceptif, il aura au moins le mérite d’avoir chassé les vilains spottings qui avaient pris l’habitude de squatter dès le surlendemain de l’ovulation de Madame Pimpin. Pour une ovulation vers J15, on est à J23, et la culotte de Madame Pimpin, c’est Blanche Neige (tu vois comme je fais des efforts pour te sortir des comparaisons poétiques et mignonnes quand je suis joie et amour). Le double bonus, au-delà du fait de fortement apprécier cette normalité (provisoirement ?) retrouvée, c’est que ça nous place déjà le J1 au-delà de cette semaine si tout va bien. Qu’il tienne jusqu’à lundi et il ne restera que deux ou trois jours à tenir pour que je RDV du 8 novembre avec le Caméléon tombe aux alentours de J3. Et permette de commencer le protocole sur C9. On dit merci le Caméléon pour cette réparation magique de C8. (mais ne parlons pas trop fort des fois que les soptts se baladent dans le coin).

Le Faucon Mignon.

Last but not least, Madame Pimpin a gardé pour la fin cette jolie et adorable surprise d’une gentille copinaute. Elle n’a pas le droit de te dire d’où vient la carte ni pourquoi cette étrange illustration, mais elle peut te dire qu’elle vient de très très loin en termes de kilomètre, mais de très très près en termes de pays de cœur. Elle peut aussi te dire qu’elle provient d’une chouette personne, et qu’elle apporte du soleil avec elle. N’est-ce pas Madame H. ?

image

Un an.

Il y a un an, c’était la DPA de Madame Pimpin, celle qui aurait du donner le jour à une petite Léa, un bébé dont l’attente aurait duré neuf mois de grossesse + huit mois d’essais frénétiques + un an d’attente «l’air de rien», et qui finalement se sera soldée par l’épreuve la plus douloureuse dans la vie de Madame Pimpin (à ce jour hein, parce que je te connais maintenant DNLP).

Il y a un an, Madame Pimpin était sur le point de commencer les stimulations simples au Clomarde, sous le règne du Docteur Colley.

Il y a un an, Madame Pimpin se sentait seule dans sa galère, parmi ses amies pondeuses, et elle dévorait en silence les blogs de Lucette, Gribouillette et Boule de Mousse.

Il y a un an… Madame Pimpin découvrait les rouages de WordPress et le cœur battant, elle publiait son premier article sur La Nature Est Bien Faite, n’étant même pas sûre que quelqu’un la lirait, trépignant de joie en découvrant le lendemain que dix personnes étaient passées par là, s’extasiant du premier commentaire laissé par Gribouillette.

Il y a un an, Madame Pimpin avait beaucoup hésité à ouvrir un blog parce qu’elle se disait que l’attente ne serait plus très longue et qu’elle aurait l’air fin, tiens, avec un blog ouvert depuis deux mois et un polichinelle dans le tiroir.

Depuis, il s’en est passé des choses (je sais bien que tu le sais, qu’il s’en est passé des choses mais laisse moi donc faire ma drama queen), et pourtant Madame Pimpin n’a toujours pas de bébé dans les bras ni dans l’utérus, elle continue à passer des heures à naviguer de blog en blog, et elle est toujours aussi incrédule quand elle regarde les statistiques du sien.

Mais alors, te demandes-tu (ou pas, tu as aussi le droit d’en avoir rien à secouer), qu’est ce qui a changé pour Madame Pimpin ?

Son médecin : exit le Docteur Colley, sa patience et ses vieux appareils, bonjour le suivi à la Chouette Clinique avec un médecin qui ne perd pas de temps.

Ses perspectives de traitement : on oublie le Clomarde qui n’a servi à rien d’autre que faire perdre du temps, et on passe aux choses sérieuses avec la perspective des IAC.

Son statut d’infertile : non pas qu’elle y tenait absolument, mais le fait d’avoir une demande de prise en charge à 100% dans le tuyau c’est une façon comme une autre de fêter l’anniversaire de son blog. Et puis faut dire aussi que ça légitime un peu le fait que ce n’est pas QUE dans sa tête, et ça soulage d’un poids.

Sa réaction quand on lui dit que la nature est bien faite : maintenant ça la fait rire, parce qu’il existe un endroit où elle peut dire à quel point cette phrase l’énerve.

Sa capacité à se réjouir pour les autres quand un enfant vient au monde : c’est toujours difficile de voir réussir ceux pour qui tout est simple, mais le fait d’avoir ressenti une joie sincère à la naissance des bébés d’Impatiente75, de Sophie et de Myrtille, et le fait de savoir qu’il en sera de même pour celles qui sont proches du but, ça enlève un peu de noirceur dans le cœur.

Son sentiment de solitude parmi les autres : au milieu de ses amis pas toujours compréhensifs, Madame Pimpin ne se sent plus jamais seule. Dans les pires moments, il lui suffit de penser que lorsqu’elle en parlera ici d’autres la comprendront, et la solitude devient tout de suite moins pesante.

Son compteur de grossesses : une fausse-couche de plus, qui lui a appris que malheureusement ça peut arriver deux fois, et plus. Malgré le drame que cela représente, elle a aussi appris que même après plusieurs fausses-couches, il est toujours possible de tenir un jour une mini-myrtille dans ses bras.

Son compteur de copines : virtuelles ou en passe de ne plus l’être, le plus beau des cadeaux que ce blog aura pu offrir à Madame Pimpin, c’est cette poignée de liens costauds qui la lie à présent avec toi et toi et toi et toi, des liens qui à sa grande surprise (elle ne l’aurait pas cru il y a un an) sont aussi forts, voire plus forts que les liens qui l’unissent avec certaines de ses amies IRL. Et même si ça fait bizarre, c’est rudement chouette.

Son compteur WordPress : avec des pics à 1300 vues par jour, plus de 117000 vues et 5000 commentaires depuis la création, comment continuer à se sentir esseulée…

La nature de son espoir : avec douze mois de plus au compteur, si elle n’a pas cessé d’espérer, elle est beaucoup plus lucide. Elle sait que le résultat n’est pas garanti, elle sait, à travers la lecture des blogs des autres, que les miracles existent… et qu’il est aussi possible qu’il n’y en ait aucun.

Son engagement : aux côtés de BAMP, même si son champ d’action est bien modeste par rapport à d’autres, elle trouve un exutoire à sa frustration, l’impression de rendre ses coups à l’infertilité, et le plaisir de se dire que d’une certaine façon c’est apporter un gravillon à l’édifice, et que l’édifice peut aider d’autres personnes en difficulté.

Son amour pour Monsieur Pimpin, plus fort et plus vrai, et au-delà de ça, la capacité de voir et d’apprécier ce qu’elle a déjà. Ces choses précieuses et belles qui peuplent sa petite vie, qu’elle sait désormais apprécier à leur vraie valeur parce qu’un tien vaut mieux que deux tu l’auras.

Bon, il y a aussi des trucs qui ne changent pas :

Son compteur de nulliparité : parce que TG+ ne veut pas forcément dire bébé à la clé.

Son poids : grâce au régime spécial AMH on vient de revenir à l’équilibre. C’était seulement deux-trois kilos, mais c’était chiant. Ceci dit, je ne te cache pas que 10 kilos de plus pour la bonne cause d’ici un an seraient tout de même les bienvenus (message inside, DNLP).

Son inexplicable infertilité : on ne sait toujours pas vraiment pourquoi tout ça, mais on se soigne.

Sa hargne : malgré les coups bas et malgré les coups de mous, et avec le sourire si possible, Madame Pimpin est toujours bien décidée à ne pas se laisser abattre et à faire triompher Britney Bitch un jour ou l’autre.

Son vœu : son unique vœu, sa croisade : rajouter un ou deux petits Pimpin à l’inventaire des habitants de Village Sur Mer. The sooner the better.

Alors pour toutes ces jolies choses et pour cette petite place que tu lui as faite, Madame Pimpin te dit merci, blogosphère des PMettes, et de tout son cœur elle espère que la liste des jeunes mamans s’agrandira largement d’ici le prochain bilan.

Little Miss Shrimp.

image

Le jour où, après plusieurs coupes de champagne, Madame Pimpin a confié à sa coupine Miss Shrimp qu’elle tenait un blog, elle s’est bien dit qu’il y avait forcément une certaine probabilité pour que Miss Shrimp trouve ce blog, mais d’un autre côté les probabilités pour que Miss Shrimp tape dans google « Lucette sans culotte » / « progestérone + poney » / « 13dpo + cernes » / « infirmière porno écho endo » étaient si dérisoires qu’elle ne s’en est pas tellement inquiétée.

Et puis il y a eu hier matin.

Hier matin, Monsieur Pimpin sort chercher le courrier, il y a une enveloppe pour Madame Pimpin. Madame Pimpin adore recevoir du courrier et se jette sur cette enveloppe. L’enveloppe contient une belle photo de l’Inde adossée à une lettre, et une petite poupée Indienne.

Dès le début de la lettre, Miss shrimp explique à Madame Pimpin qu’elle a trouvé son blog. Et ce depuis plusieurs mois. OMG. Madame Pimpin retourne vite la lettre sur la table, comme pour s’en cacher. Mentalement Madame Pimpin tente de se remémorer ce qu’elle a pu bitcher écrire à propos de Miss Shrimp. A priori pas de risque pour que ce soit une lettre d’insulte, Madame Pimpin tient Madame Shrimp en estime (nan j’écris pas ça juste parce que tu vas le lire hein !) et n’a point médit. Puis Madame Pimpin réalise que sa copine a sûrement lu ses multiples compte-rendus de fonds de culotte et pique un fard. OMG. Et puis Madame Pimpin pense à Laxmi,  qui a emprunté tous beaucoup de ses traits physiques ainsi que son pays d’origine à Miss Shrimp. Et si ça l’avait vexée…

D’un oeil craintif et méfiant, elle se résout à poursuivre la lecture de la lettre. Elle sent une larme couler, puis deux. Les mots sont doux, ne formulent pas de jugement au contraire, ce sont les mots d’une amie qui traverse elle aussi des épreuves douloureuses, les mots d’une amie qui comprend tout. Il y a beaucoup de sensibilité et d’amitié dans cette lettre, de la pudeur aussi.

Alors Madame Pimpin s’est détendue et s’est dit que ce n’était pas une mauvaise chose. Pas sûr qu’elle te reparle de ses fonds de culotte pendant quelque temps (ce qui n »est peut-être pas un mal…), pas sûr qu’elle réussisse, les premiers temps, à faire abstraction du fait que peut-être d’autres personnes de la vraie vie ont découvert ce secret (pitié ! Miss Shrimp ok, mais on s’arrête là !). Mais en dehors de tout ça, c’est chouette de partager un secret avec Miss Shrimp.

La petite poupée Indienne en forme de gri-gri va rejoindre la statuette de Pachamama rapportée du Pérou par Madame Zébulon dans le petit coin des choses précieuses.

Et Madame Pimpin va désormais pouvoir suivre le chouette blog de Miss Shrimp sans se cacher, et te le recommander vivement parce qu’il est rudement bien écrit et qu’il va te faire bosser ton anglais.

Doctissimo.

[KIKOU Je devé commencé mon tttt a mon J1 :)  mé hier g u mon J1 :( é aujdhui g u mon j1 :/ é g prit mon tttt é matnon LOL sait finie :s jfé koa ?]

Aujourd’hui, Madame Pimpin se sent aussi gourde qu’une ex-octobrette2012.  (Dont elle a silencieusement fait partie pendant 3 mois. En revanche, en 2013, elle n’a pas consulté les forums des octobrettes2013. Pas folle la guêpe.)

Le traitement à prendre (oestradiol de J1 à J21 / progestérone de J16 à J25) en vue du test de Huhner était donc comme indiqué ci-avant un traitement à démarrer dès le J1.

On est à J24 aujourd’hui. Madame Pimpin trouvait ça tôt pour un J1, mais après 6 jours de spotting ce n’était pas si déconnant. Et puis en juin elle a déjà eu un cycle de 24 jours. Alors quand elle a vu du sang rouge dans le bouzin, elle a pris ses deux cachets. Et comme de par hasard, depuis elle n’a plus rien.

Ce n’est pas dramatique, à la clé ne se trouve qu’un fichu examen gynéco et non un protocole de stimulation. Mais tant qu’à faire, autant bien faire les choses, quoi.

[alor toa tu fré koa ?]

– continuer le traitement comme si demain était J2 et tant pis.

– laisser passer demain, et ne reprendre le traitement qu’aui J2 quitte à faire une pause de deux trois (ou sept) jours entre la première prise et la deuxième.

– laisser passer demain, et ne reprendre le traitement qu’au vrai J1 et tant pis pour le dernier jour où il n’y aura plus de cachets parce que Madame Pimpin aura tout mangé à J24.

Moi je te le dis, on est pas rendus. Le jour où Madame Pimpin devra faire une FIV, je te raconte pas la galère. Faudra minimum une hotline H24. Sur ce je retourne me suicider avec mes cachets d’oestradiol.

Le palmarès des requêtes Google #3.

Ca faisait longtemps que Madame Pimpin n’avait pas partagé avec toi les pertinentes requêtes des internautes qui atterrissent sur son blog. En fait elle est en quelque sorte confrontée à un dilemme (existentiel, tu vas voir). En relisant intégralement le blog de Faithful l’autre soir (je te mettrai le lien pour qi tu ne conais pas, je t’invite à (re)faire de même car il est délectable et il finit bien – rha le cliffangher…). Madame Pimpin a retrouvé d’où lui était venue cette idée, de fouiner dans ses stats parce que c’est trop drôle. Et sur le blog de Faithful, la présentation est hilarante et participative, puisqu’elle te faisait voter pour ta requête préférée à l’aide d’un sondage. Alors Madame Pimpin a eu envie de lui squatter son idée (quitte à plagier autant y aller jusqu’au bout hein) mais elle n’osait pas trop. Deux questions se posent :

– Faitfhul est-ce que ça te dérangerait que Madame Pimpin te copie, dévoilant ainsi le culte qu’elle te voue ?
– Toi qui passes quelques fois ici, est-ce que tu trouverais ça drôle de voter pour la requête de ton choix ?

(Ouais j’aurais pu faire un sondage mais je sais pas encore faire il faut que j’étudie la question)

En attendant que Madame Pimpin décide de la chose, ne nous privons pas des dernières requêtes au top, présentées sous la même forme que jusqu’à maintenant.

Dans la Catégorie Lâche Moi la Grappe :

[blog madame pinpin fiv] : Je te remercie de me porter la poisse mais je n’en suis pas (encore) là.
[quand pimpin va t il se decrocher ?] : Saloperie. La réponse est simple, jusqu’ici c’est statistiquement entre 8 et 12 SA. Nan la vraie question c’est « quand Pimpin va-t il ENFIN s’accrocher bordel de marde ».

Dans la Catégorie Reproduction :

[5dpo, et pas du tout envie de mon chéri] : T’inquiète ma grande, à 5 dpo le tour est joué (ou pas), tu peux ressortir le coup de la migraine.
[equitation 5dpo] : Je viens de te dire que le poney à 5 dpo ça sert à rien !
[kate middleton inseminee] : Si cette requête correspond à une recherche d’image, AU SECOURS. Sinon, on est bien d’accord. C’est louche cette histoire. Et on est partis pour en bouffer, de l’épisio royale, dans les jours qui viennent.

Dans la Catégorie Bac de Philo :

[la vie est bien compliquée dame souris] : A qui le dis-tu ma bonne dame ! On en chie des ronds de chapeaux.
[derriere les nuages, il y a toujours le soleil.] : T’as raison ma Brenda. Faut y croire.
[monsieur porte la petite culotte de madame] : Bah écoute, si ça peut lui faire plaisir ! Tant qu’il essaie pas de s’enfiler sa mooncup !

Dans la Catégorie VDM :

[tu sais ce qui ce passe quand on gonfle un ecureuil] : Un ballon ? Sans déconner mec, c’est ça que tu fais de tes dimanches après-midi ?
[obligee de sortir sans culotte] : Es-tu bien sûre qu’on t’ait réellement obligée ? Allez, tu kiffes…
[croiser une herisson avec une copine] : Expérience génétique dégueulasse.

Dans la Catégorie Gros Pervers :

[« mes gros seins » patate] : WTF ?
[jeune infirmiere chaudasse s’occupent bien des vieux] : Y a vraiment un truc avec les infirmières et les vieux, j’en ai aux moins une dizaine sur le thème.
[jupe collant sperme ovulation] : Alors là… Si quelqu’un a une idée de ce que cet internaute recherchait dans le fond, je serais curieuse de le savoir. Vidéo ? Retour d’expérience ? Un moyen de stocker du sperme dans son FDC au cas où ce soit réutilisable toute la journée ? Encore un dégueulasse.

Qu’on l’achève.

Attention ceci n’est pas un post de bisounours. C’est plutôt un défouloir. Prière de m’excuser. Mais bon, il y a quand même un peu de second degré là dedans hein. Bon ok, pas beaucoup.

L’autre jour, en allumant son Fesse de Bouc (je sais, le jeu de mots est archi vieux et archi nul, mais que veux tu je m’amuse d’un rien), Madame Pimpin est tombée sur «Truc liked Machine’s photo». Et on te donne pas le choix, hein, la photo s’affiche en grand sans que tu aies besoin de cliquer. Truc est une copine en couple depuis quelque temps, mais elle ne veut pas d’enfants (enfin, elle dit ça mais tu verras qu’elle pondra avant Madame Pimpin). Ce qui n’empêche pas Truc d’avoir des amis qui pondent, et notamment Machine. La photo en question représentait donc Machine, en mode grosse dinde avachie à la maternité, la chemise de nuit débraillée, un éléphant de mer endormi entre ses deux gros nichons laiteux et veineux, un filet de bave blanchâtre aux lèvres (l’éléphant de mer, pas Machine). La photo intime, quoi. Est-ce utile de préciser que Madame Pimpin ne connait Machine ni d’Eve ni d’Adam ? La photo de Machine à moitié à poil au lendemain de son vêlage était donc publiée en open bar, public. So class. Bien évidemment il en allait de même pour les commentaires, où l’on pouvait lire les exclamations niaiseuses de diverses connasses émerveillées, arborant elles-mêmes des photos de profil (publiques) où elles exhibaient leurs chiards fraîchement pondus. Un club de dindes, en quelque sorte. (Comment ça, je m’exprime comme une sale infertile aigrie ?)

La simple vue de ce déballage d’intimité a énervé Madame Pimpin au plus haut point, et elle a bien failli vriller. Dans un moment de faiblesse, elle a voulu changer son statut Fesse de Bouc actuel (un truc très spirituel) pour «Bordel, le jour où j’arriverai à pondre autre chose que des fœtus morts, si je publie par quel canal que ce soit une photo de mes gros seins laiteux au prétexte que l’allaitement c’est cromeugnon, qu’on m’achève les amis». Les amis en question n’étant pour la plupart pas au courant pour les fausses-couches et l’infertilité, voire même pour le «désir d’enfant» (je hais ce terme doctissimesque), Madame Pimpin s’est ravisée. D’autant qu’étaler sa life aux yeux des gens de la vraie vie ce n’est pas un exercice auquel elle se prête avec plaisir. Elle a donc ravalé sa hargne et s’en est tenue à son spirituel statut Fesse de Bouc.

Mais la frustration est restée, et à cette phrase s’en sont ajoutées plein d’autres, et Madame Pimpin a eu envie de se défouler ici. Ouais sur son blog, là où elle n’écrit pas son vrai nom, c’est bien plus facile comme ça (et bien plus lâche aussi mais bon… on ne se refait pas). Alors c’est parti pour la Charte de la Connasse Aigrie. Parce que Madame Pimpin EST une connasse aigrie. Parfois.

  1. Qu’on m’achève si un jour je rends publiques des photos de mon intimité / celle de mes potentiels enfants, au prétexte que donner la vie c’est trop beau (allaitement, écho, accouchement – sérieusement, y’en a qui filment leur accouchement).
  1. Qu’on m’achève si un jour je dis à quelqu’un «Nan mais toi tu peux pas comprendre, t’as pas d’enfants / t’es pas enceinte / t’es gros / t’es noir».
  1. Qu’on m’achève si un jour je deviens niaiseuse et dégoulinante en prenant des gens à témoin («nan mais elle est pas trop choupinoute mon épisio ? Et t’as vu mon bouchon muqueux, il est adorable hein ! Et ça, c’est mon résultat de PDS on l’a fait encadrer pour l’accrocher au dessus du lit de Brenda ! Ca ira bien avec les échos de mon endomètre post-implantation, et la couleur de la moquette ! Le TG+ on l’a mis au coffre-fort, parce que ça sentait trop le pipi pour trôner sur le buffet hihihi !») (ouais Madame Pimpin en a eu gros sur la patate, quand Monsieur Pimpin, tout contrit, a du jeter le TG+ de la Petite Chose après la bataille, alors qu’elle lui avait bien dit de ne pas le garder).
  1. Qu’on m’achève si un jour, enceinte, je me mets à parler à mon ventre devant des gens.
  1. Qu’on m’achève si un jour, enceinte, j’interdis aux autres de dire des gros mots en présence de mon ventre.
  1. Qu’on m’achève si un jour je me mets à parler comme une mongole dès qu’il s’agira de mon enfant ou de mon ventre (tu sais la petite voix sucrée, là).
  1. Qu’on m’achève si un jour, après avoir pondu, je continue de m’identifier à des nullipares qui en chient (moi aussi j’ai fait une fausse-couche après mon premier, nous aussi on a galéré pour le deuxième, etc…). NON ce n’est pas pareil que de ne jamais savoir si on sera parent un jour, même si c’est vrai, c’est dur aussi, je n’ai pas dit le contraire.
  1. Qu’on m’achève si un jour je donne des bons conseils à quelqu’un qui en chie pour se reproduire (arrête d’y penser, essaie de te détendre… FUCK).
  1. Qu’on m’achève si un jour j’utilise le mot «Bébé»  tout seul (pas «le bébé», pas «mon bébé», juste «bébé») comme sujet dans mes phrases pour parler de mon enfant né ou à naître (bébé dort, bébé fait ses nuits, TA GUEULE).
  1. Qu’on m’achève si un jour je colle un autocollant «bébé à bord» sur ma bagnole. Bah oui, ça sert à rien, tu crois que les chauffards en ont quelque chose à faire ? Tu crois pas que c’est juste du m’as-tu-vu ?
  1. Qu’on m’achève si un jour j’allaite en public ET sans pudeur.
  1. qu’on m’achève si un jour ce blog devient un manuel de la nursery parfaite et que je me mets à prodiguer des conseils d’éducation ou de puériculture pour des gens qui n’arrivent pas à avoir d’enfants et que précisément j’ai «connu» parce que nous étions en galère.
  1. qu’on m’achève si un jour je deviens cette mère conne qui compare ses enfants aux autres subjectivement (oui mais Brian, il sait compter jusqu’à trois, lui).
  1. Qu’on m’achève si un jour j’insiste comme une lourde pour fourguer mon chiard dans les bras de quelqu’un qui manifestement s’en cogne.
  1. Qu’on m’achève si un jour, enceinte, je me caresse le ventre en public en vérifiant si les gens me regardent.
  1. Qu’on m’achève si un jour, en société, je tiens des conversations exclusivement centrées sur ma progéniture.

Bon, ça fait chier je voulais dix ou vingt commandements pour faire un compte rond, seize c’est tout pourri. Si tu as des idées pour compléter la Charte de la Connasse Aigrie, libre à toi. Je t’assure, ça fait follement du bien.

Si quelqu’un me répond «Nan mais tu peux pas comprendre, t’es pas enceinte / t’es nullipare», je crois que je vais me fâcher.