Fausse-couche : la vérité crue.

Bon, c’est vrai, les fausses-couches c’est un sujet récurrent ici. Le sujet est toujours abordé par le biais de l’affectif, du vécu, et intégré dans le contexte de l’infertilité. Normal, Madame Pimpin raconte sa life. Le côté technique en revanche n’a pas été forcément très développé. Pourtant l’un des buts de ce blog, c’est d’essayer d’aider celles qui passent après. Ce que Madame Pimpin aurait voulu faire pour sa copine Madame Ecureuil, et qu’elle n’a pas pu faire, parce qu’elle a été mise au courant tardivement. Mais ce qui ressort de la longue conversation qu’elles ont eue ensuite, c’est que personne ne nous prépare à ce qui va arriver quand on fait une fausse-couche. Et ça contribue à rendre les choses difficiles. Les raisons pour lesquelles les médecins ne nous y préparent pas sont nébuleuses. Peut-être qu’ils trouvent ça trop banal. Peut-être que ne l’ayant jamais vécu personnellement, ils ne savent pas ce dont on a besoin. La gynéco de Madame Ecureuil lui a dit qu’il pouvait arriver que certaines femmes sentent l’embryon passer. Sans déconner ? Sinon quoi, il se vaporise ? Le gynéco de Madame Pimpin, pour FC2, lui a dit qu’elle saignerait comme des règles, juste quelques jours de plus, et qu’elle n’aurait pas mal. Bah je crois pas, non. C’est pour ça que Madame Pimpin va te le raconter ici, comment ça se passe une fausse-couche dans la vraie vie. Cet article ne t’apprendra rien à toi qui es déjà passée par là, au contraire il peut te faire du mal alors peut-être que tu ne devrais pas le lire. Il s’adresse surtout à toi qui ne lis pas ce blog, infertile ou non, qui après avoir passé des semaines sur un petit nuage, te retrouves privée de cet avenir radieux que tu imaginais déjà avec ce bébé-là, et pas celui que tu pourras refaire dans quelques semaines si tu as de la chance, ou bien plus tard si tu n’en as pas. Toi pour qui la peur de l’inconnu s’ajoute au chagrin immense de la perte de ton bébé. Il s’adresse aussi à toi le mari, à qui elle ne racontera pas tout ça, par pudeur. Pour que tu saches. A toi la mère qui va sécher les larmes de ta fille en ignorant ce qui lui est vraiment arrivé. Ici on ne parlera pas de ces matins où l’on se réveille le ventre vide, après avoir rêvé que tout allait bien, et qu’on se rappelle brutalement que oui c’est fini. Ca va juste être cru, je te préviens, si tu n’es pas prête arrête toi ici.

Le début et l’annonce.

Les fausses-couches arrivent parfois sans crier gare. On les constate donc souvent seulement à l’écho des 12SA, quand on est sous suivi normal. Le début d’une fausse-couche n’est pas toujours accompagné de douleurs ou de saignements. Parfois, elles commencent par du spotting, très léger, qu’on pourrait penser inoffensif. Parfois, il est vraiment inoffensif. Quand ce n’est pas le cas, on l’apprend chez le gynéco ou l’échographe. L’annonce peut être très brutale. Pour eux, c’est normal. Pour eux, c’est médical, statistique, clinique, froid, ils peuvent accorder la grâce d’une parole de compassion, mais de leur point de vue un embryon dont le développement s’arrête avant les 12SA révolues reste une fausse-couche précoce. Même si sur l’écran tu vois ses jambes, ses mains et le début de son nez. Même si tu vois bien que son cœur ne bat pas et que tu te demandes malgré tout si c’est une fille ou un garçon. Ca, on te le dira peut-être après le curetage. Tous les médecins ne sont pas comme ça. Mais il faut y être préparée.

L’attente.

Une fois le coup de massue porté, c’est l’expectative. Suivant le stade de la grossesse, et surtout la taille de l’embryon, le médecin détermine s’il faut attendre, prescrire du cytotec, ou prévoir un curetage. Quelle que soit la décision, pendant au moins quelques jours on attend et on reste seule avec ce qui nous arrive. Le médecin s’en fout, l’entourage ne comprend pas, ne sait pas, ou pire, cherche seulement à entendre qu’on tient le choc. Physiquement il se peut qu’il ne se passe rien d’autre. Il se peut aussi que la situation évolue. Les soi-disant douleurs de règles s’intensifient, se transforment en douleur d’une intensité jamais ressentie avant. L’impression qu’une main s’est emparée de l’utérus et qu’elle le malaxe, l’écrase, le broie. Le spotting devient du sang, d’abord comme les règles, puis plus épais, plus foncé, en morceaux.

S’il n’y a pas de curetage.

Les saignements et les douleurs s’intensifient, surtout avec le cytotec. On a envie de pousser, il paraît que ces douleurs ressemblent à celles que l’on ressent pendant un accouchement. Sauf qu’on le vit dans la peur et dans la tristesse, alors il n’y a pas de joie et d’endorphine pour accompagner et attenuer la souffrance. Sauf que la péridurale, tu peux te brosser. C’est une douleur insoutenable, à se plier en deux, à se tordre, à hurler. Instinctivement on sent le moment où l’embryon est sur le point de partir. Et il faut être prête, savoir qu’on va le voir. C’est petit, pour autant de douleur et de sang. Une petite poche remplie de liquide, des membranes rouges. C’est très choquant. C’est très choquant de le voir sur une protection hygiénique, sur du papier ou bien de l’entendre tomber dans l’eau des toilettes et ça personne ne nous le dit.

S’il y a un curetage.

A l’hôpital, tout peut être mélangé : curetages pour fausses-couches, IVG, accouchements. Personne ne se préoccupe de savoir si on est traumatisée de côtoyer des femmes enceintes. Les fausses-couches c’est tellement banal. Il y a d’abord la douche à la bétadine, sur place car en urgence. Limite on t’engueule parce que tu n’as pas apporté de serviette de toilette pour te sécher, ni suffisamment de protections hygiéniques parce que l’opération décale dans le temps. Excuse je pensais que c’était all inclusive, la preuve j’ai mon bracelet. Tu te douches dans ta mare de sang, te sèches avec un chiffon de l’hôpital, et ensuite on te donne un xanax. Tu oublies la serviette, tu oublies un peu la honte. Après, tu attends que quelqu’un se souvienne qu’on doit t’opérer. Anesthésie générale. Au réveil, encore du sang. Visite post-opératoire où tu n’apprendras pas grand-chose. On te renvoie chez toi, avec un peu de chance tu as droit à deux ou trois jours d’arrêt. Sinon, demande. C’est pas normal.

Après.

Ca saigne encore mais ça ne fait plus mal (au passage, pour des soi-disant saignements qui ressemblent à des règles ça commence à faire). Et puis ça diminue au bout d’une semaine parfois un peu plus. Si ça dure plus il faut retourner chez le gynéco, et quoi qu’il en soit, à peu près deux semaines après la fausse-couche ou le curetage, un nouvel examen et une écho sont impératifs pour voir si tout se remet bien, c’est important et tous les médecins ne le font pas. Les règles peuvent mettre un peu plus longtemps que d’habitude à revenir, être plus épaisses, et durer un peu plus longtemps. Et si tout va bien ensuite, c’est le retour à la normale. Si tu n’as pas été mise sous pilule et que tu es tombée enceinte rapidement la première fois, il n’y a pas de raisons pour que ça ne revienne pas rapidement et que ce cauchemar reste derrière. Même si on n’oublie jamais, et même si c’est traumatisant. On finit par aller mieux avec le temps. Si tu n’as pas la chance de pouvoir te consoler rapidement grâce à une nouvelle grossesse, ne va pas t’imaginer que c’est de ta faute, même si des personnes supposément intelligentes pourront te dire que « le corps attend que ta tête soit prête pour un nouvel enfant ». Bullshit. Si ça ne revient pas, reconsulte. Et si tu ne t’en sors pas, vois un psy. Parce que non, une fausse-couche ce n’est pas anodin. Après tout ça, si l’attente est trop longue ou si tu dois revivre ce cauchemar, et si tu n’es qu’une pauvre humaine, une grande colère va s’emparer de toi par moments. Il y aura toujours un con pour te dire que tu fais du mal à ton âme et que tu rends la terre stérile et aride. Dis toi que ce n’est qu’un con et que ta colère, tant qu’elle n’est pas permanente, elle est normale et elle est saine. Et n’écoute pas les cons.

Publicités

83 réflexions sur “Fausse-couche : la vérité crue.

  1. Je voulais juste te dire merci….tu as mis des mots sur ce que je ressens, c’est tellement vrai, tout ça..Il y a un avant la FC et un après et ça change tout…merci

  2. La mare de sang c’est tout à fait ça, et rien pour d’assez grand ou épais pour arrêter ce flot qui traverse tout, et la honte par dessus tout le reste…

    Mais sinon la nature est bien faite hein.

  3. Merci… Je suis bouleversée donc je n’imagine même pas la douleur de celles-qui, comme toi, ont connu cette perte. Même si ton futur ne changera rien à ce passé, je vous souhaite de tout coeur un avenir en famille.

  4. Je n’ai pas subi de fausse-couche, et je pense que ça fait partie des choses qu’on ne peut pas comprendre si on ne l’a pas vécu.
    Je peux seulement imaginer à quel point ça doit être terrible.
    Pour avoir lu beaucoup de copines de galère, je me représentais la fausse-couche à peu près comme ce que tu as raconté.
    Mais en édulcoré.

    Je savais pour la froideur des toubib, mais pas à ce point.
    Je savais pour la douleur, mais pas je n’imaginais pas qu’elle était si forte.
    Je savais pour le sang, mais pas pour la mare de sang.
    Je savais pour l’embryon, mais je ne l’avais pas encore visualisé. Là, rien que d’y penser, ça me passe partout.

    En un mot merci Madame Pimpin pour cet article, si nécessaire.

    • De tout mon coeur, je souhaite que tu n’aies pas à être confrontée à ça. Je me rends compte de plus en plus qu’édulcorer ce n’est pas rendre service. Et si seulement les médecins pouvaient se rendre compte qu’ils ont le pouvoir de rendre les choses moins dures… Marre que ce soit tabou… Bisous

  5. Fiou c’est bien direct, clair, précis comme toujours chez toi. Mais je pense que c’est ce qu’on a besoin de lire.
    Pour ma part je réalise que ma FC bien plus précoce et qui s’est étalée dans le temps a entraîné bien plus de souffrance morale que physique. Moralement car j’ai attendu 4 semaines que ça se termine (c’est spécial chez moi y a pas de cytotec). Mais physiquement, cet œuf qui a arrêté son évolution assez tôt ne m’a pas fait souffrir. Pas d’horribles douleurs de règles ou de contractions, presque moins de sang que pendant des règles, pas de vision cauchemardesque de l’embryon expulsé. Finalement, quand je te lis je me dis que j’ai échappé à bien pire.

    • Pour la deuxième FC je n’ai rien eu non plus et c’est peut-être pour ça qu’elle m’a tant marquée. Tant mieux si tu n’as pas eu autant de souffrances physiques, ce que l’on endure moralement est déjà bien assez difficile. Bisous Madamehiberne

  6. merci madame pimpim…

    Vécue deux fois à 11sa et donc opérée deux fois car trop de risques seule à la maison avec en option une deuxième opération pour rétention suite à la première FC : je saignais depuis bien plus qu’une semaine après et pour cause ….et là comment expliquer qu’il faut repasser sur le billard pour retirer le mini bout de note mini nous qui était encore là et que le cytotec ne voulait pas faire partir …..avec en cadeau une perte de de cheveu massive pour saignements trop longs comme un accouchement quoi …et à la maternité de port royal c’est sous anesthésie locale pour une copine …si si, tu entends le bruit de l’aspiration …c’est beaucoup mieux….

    • Ma pauvre, avec des complications en plus… J’ai échappé à ça, juste une grosse fatigue pour la première à cause de la carence en fer. Et pour ta copine, l’anesthésie locale, j’en frissonne. C’est pas humain.

  7. Madame Pimpin, c’est avec mes larmes que je lis ton article. Je te remercie de l’avoir partagé avec nous. Je suis dans le stade de l’expectative. L’attente, voilà quelque chose qu’on apprend à développer dans nos parcours AMP…

    • Mrs. F, j’ai beaucoup pensé à toi avant de le publier. J’avais peur que ce soit trop tôt pour toi et de te faire de la peine. Ca fait un moment que je voulais écrire cet article, à chaque fois j’avais peur de blesse quelqu’un(e). Pour toi, j’espère que ce sera plus soft, que tes bhcg à 171 sont déjà en train de redescendre. Si c’est bien le cas, tu ne passeras pas par tout ça. L’attente, comme tu dis, c’est peut-être le pire. Si tu as besoin n’hésite pas, mon mail est par là. Des gros bisous pour toi et tout plein d’affection.

  8. je suis ton blog depuis un moment mais commente peu par timidité… cet article me touche beaucoup…
    Le cauchemar…. car on se protège et évite le sujet dans les bouquins pour éviter la poisse…(?)
    J’avais l’idée de sang et que ça part comme ça dans les toilettes (plus ou moins ce qu’on m’a dit à la maternité)….
    la douleur du Cytotec ++++ sans analgésique sinon c’est pas fun (l’infirmière m’a demandé d’attendre 2h avant d’en demander…. bah trop tard…. p*sse).
    Puis plus rien… je prend mon goûter, un thé… et j’éternue… bah que dire… oui on le sent passé ce tout petit bébé, je ne m’y attendais pas, et je ne pensais pas le voir… pas du tout préparée, accompagnement de merde….
    cela fait 1 an depuis le 30 juillet (date écho), c’est quelque chose qui reste gravé à jamais en moi, en nous, la tristesse de la perte et la tristesse de l’attente… j’ai régulièrement un pincement au cœur lors d’un éternuement…
    Merci pour cet article, merci pour tous tes articles!! quand je te lis, je me dis quel courage… alors peut-être un peu moi aussi (il fait beau alors je me lance des fleurs!!)

    • Petite poussine, j’espère qu’il viendra vite le moment où tu pourras éternuer sans pincement au coeur. Pour moi il s’agit d’autre chose, un truc très con que je n’ai pas évoqué dans l’article, un truc dont je n’ai parlé à personne et qui me fend le coeur aussi. Pourvu qu’un jour, ce soit très loin. Tu as bien raison de te lancer des fleurs : oui tu as du courage. Des gros bisous

  9. Trop forte Mme Pimpin. Je rajouterai antidouleurs au taquet (de mon cote je benis l’antadys). C’est toujours une douleur en moins. Et l’autre greluche a la terre sterile et aride aura marque nos esprits. Je me demande toujours comment elle a atteri parmi nous.

    • Clair qu’elle a laissé son empreinte la greluche. Mais elle personifie tellement ce contre quoi on se bat qu’au final, tant pis. Plein de bisous la Pastèque, et croisage en attendant le reste des résultats. Bisous

  10. J’ai, comme tu sais, 3 FC à mon actif (ah pour ça, Lulu elle bat des records…) et j’ai revécu ma 1ère (grossesse gémellaire arrêtée à 2 mois de grossesse) en lisant ton billet.
    Jamais je n’ai souffert (physiquement surtout même si ma douleur physique était incommensurable… elle aussi) autant de ma vie.
    Seule, avec mon homme, en deux fois, j’ai perdu mes embryons. A minuit, puis à 6h du matin… J’ai tout vu, tout… J’ai fait un malaise aussi… J’ai failli y passer… La plaie est encore vive. Surtout maintenant que je sais que ce sont les cellules uNK qui ont tué mes embryons…
    L’horreur…
    Merci madamepimpin pour ce billet, douloureux mais nécessaire et vrai.
    (Et on dit échographiste, pas échographe) ;-)

    • Hey Lulu ça va hein, pour l’échographiste :) (je me gourre tout le temps !)
      Pour tes fc, j’espère ne pas avoir trop ravivé la douleur. Si c’est le cas je te demande pardon… juste que je pense à celles qui vont devoir passer par là, et j’espère juste qu’elles ne seront pas si cruches que moi à ne pas savoir ce qui les attend. Parce qu’on manque tout de même cruellement d’explications. Je t’embrasse fort ma belle.

  11. Toujours aussi juste … Et tu as raison, on édulcore trop ce traumatisme , comme si c’était rien. Ma fc était très précoce donc plus facile à vivre physiquement mais je ne remercierai jamais assez mon MT que j’ai vu après, le premier professionnel à prendre en compte ma douleur, à me pousser à en parler, et à ne pas minimiser cet évènement. Tout de suite, je me suis sentie « reconnue » et ça m’a bien aidé à me relever car non ce n’est pas rien ce qu’on vit, ce n’est pas anodin, et ça ne s’oublie pas, pas même aujourd’hui quand tout va mieux.
    Mille bisous

  12. Merci pour cet article, pour ce partage. Je n’ai jamais été enceinte, jamais vécu cette perte mais je crois que je peux mieux imaginer, grâce à toi, l’horreur et la douleur…
    Il est important que les gens sachent ce qu’il en est vraiment, que cesse cet absurde tabou, que les femmes, les couples, ne souffrent plus en silence.
    Je t’embrasse <3

  13. Tout comme gribouillette. Je n’ai jamais eu de FC, j’avais une idée mais n’imaginais pas à quel point ce la pouvait etre traumatisant: le foetus que l’on sent se décrocher, le bruit dans les wc, le voir… L’horreur. Vous êtes des survivantes les filles.

  14. Vécu par 2 fois, ce sac qui part. Oui on sent tout, on voit tout et tout le monde autour de nous s’en fout. Après tout c’était quoi ? Une grossesse de quelques semaines ? Pas grand chose pour beaucoup autour de nous mais pour nous c’était « juste » deux projets d’enfants à aimer, deux projets de vie.
    Heureusement le gynéco m’avais donné de l’antadys en quantité. Au moins la douleur physique est diminuée.

    • Elle est douloureuse, cette indifférence des autres. Comme tu dis, on perd bien plus qu’un petit amas de chair, c’est la projection de toute une vie qui s’effondre.

  15. Merci pour ce témoignage criant de vérité. Oui, la fausse-couche n’est pas assez expliquée par les médecins…Comme le fait que l’on m’ait dit aux urgences que j’attendais un « bébé », et le lendemain je perdais un « embryon »…

  16. A la lecture de ton article et des commentaires de toutes celle qui ont du vivre ça, je me dis juste que DameNature est vraiment plus qu’une p*te de faire subir ça…je t’embrasse ma belle.

  17. C’est tout à fait ça, merci d’en parler Madame Pimpin… Pour moi déjà à l’hopital ils ont été très humains, c’était déjà ça. Et en me donnant le cycotec, ils m’ont donné avec une grosse ordonnance d’antidouleurs, et l’interne m’a dit « vous n’hésitez pas, vous en prenez un de chaque tous les 4 heures, ça va aider ». Du coup j’ai eu mal, mais c’était supportable. J’ai passé pas mal de temps sous la douche aussi au pire moment, l’eau chaude me faisait du bien. Un gros bisous à toutes celles qui sont passées ou passeront pas là

  18. Je reste sans voix…. Je ne savais pas exactement comment se passait une fausse couche (n’ayant jamais vécu d’accroche).
    Merci d’avoir osé rompre le silence pour toutes celles qui ont vécu ça.
    Merci de nous « préparer » à ce genre de traumatisme: c’est bête à dire mais même en ayant jamais été enceinte je me dis qu’il n’y a pas de raison que je ne passe pas par là… Question de karma…

  19. et après… il se peut que le curetage provoque des synéchies… les membranes de l’utérus qui se collent entre elles et qui ne laissent rien passer ou très peu… et là, tu sens que ta fc n’est pas vraiment tout à fait finie… qu’il va falloir que tu attendes, encore et encore… voir que tu repasses sur le billard. Non c’est sûr, dans tous les cas, la fausse couche ce n’est vraiment pas un cadeau…

  20. Je n’ai pas eu de signes que ma grossesse était arrêtée. Pas de douleurs, pas de pertes de sang même minimes. Si ma gynéco n’avait pas pour habitude de faire une écho de datation (en même temps, en FIV, il y a peu de doute sur la date de conception mais bref), j’airai peur-être continué à me croire enceinte pendant des semaines. j’ai pris du cytotec, j’ai eu mal comme jamais. J’avais l’impression qu’on me versait de la lave en fusion dans le bassin tout en me broyant tous les organes (et les anti-douleurs n’ont servi à rien dans mon cas). Sur des forums, j’ai lu que des femmes avaient eu plus mal à cause du cytotec que pour leur accouchement. En même temps, ma voisine de chambre, grossesse arrêtée au même stade que moi et cytotec aussi, a eu très peu mal. Par contre, elle a fait une hémorragie. Ce qu’il fait savoir, c’est que le cytotec n’agit pas que l’utérus mais aussi sur les sphincters. Donc tu peux avoir la diarrhée (j’ai eu), ça peut donner de la fièvre (j’ai eu) et ça peut provoquer des nausées (j’ai eu) et des malaises (j’ai eu). Et cerise sur le pompon, ça peut ne pas marcher. Et dans ce cas là, tu enchaînes avec un curetage. C’est ce que j’ai failli avoir mais finalement au bout de 4 jours de contractions, j’ai expulsé l’embryon (ou « des débris » comme me le disaient les médecins) dans mes chiottes (et oui, je l’ai vu).
    Traumatisant, oui, sans doute. Pas un événement banal, ça c’est sûr.

  21. Bonjour,

    Je suis tombée sur ce blog par hasard en cherchant des informations sur le curetage. Il y a quelques jours, à l’échographie des 3 mois, on s’est rendu compte que le bébé était mort depuis plus d’un mois. Le choc, car non seulement je n’avais absolument rien senti mais une écho avait été faite à 5SG où j’avais pu voir le petit cœur battre et où tout allait bien…

    Je ne pensais pas que c’était si douloureux d’apprendre ça… Je te remercie donc du fond du cœur de me prévenir de ce qui m’attends, sans la mièvrerie que j’entends trop depuis ces derniers jours….Merci de mettre des mots sur mes pensées..

    • Je suis désolée pour toi… J’aimerais tellement que personne n’ait à vivre ça. J’ai eu la chance, les deux fois, de ne pas avoir vu le coeur battre avant. C’est dur. J’espère de tout coeur que tu seras bien soignée, bien entourée tant par tes proches que par les soignants. Si tu as besoin de parler n’hésite pas, même par mail. Je te souhaite du courage pour les semaines à venir, et qu’une nouvelle page s’écrive bientôt.

  22. Merci pour cette vérité certes crue mais tellement bien révélée.
    Je suis dans l’attente car l’embryon que je porte est au niveau de l’isthme à 5SG. La gynéco m’a dit de me préparer à une éventuelle FC.
    Encore 15 jours à attendre un « illusoire » déplacement de ce petit vers le coin chaud du nid.
    Bon! je me « prépare » si tant est qu’on le puisse vraiment.
    Merci pour cette révélation concrète de ce qui pourrais arriver. Je suis persuadée que l’on a moins peur d’un monstre que l’on peut décrire.
    Merci encore mille fois à toi et courage à toutes (et à moi)!!!!!

      • Merci bcp bcp. Ça fait du bien de ne pas se sentir seule! voilà !! pt bout est descendu mais tjrs dans le col. Mardi médicament et épisode “cauchemard”. Mais encore merci de m’aider à affronter. Bon courage a toutes!!!!!

    • Bonjour a toutes!!! J’aimerais partager un peu d’espoir avec vous. J’ai fait une fausse couche en avril 2014. Dur dur. Puis tristesse et renonciation (g 41ans). Suis passée a autre chose g déjà 2garcons. Puis août 2014 veille de départ avion,…surprise!!!! Je suis enceinte de 2mois!!!! ????? Amniosynthese en octobre car trot est 1/12!!! Catastrophe!!! Amio dur mais tout ok. Aujourd’hui je regarde ma fille (2mois). Et j’aimerais dire a toutes celles qui passe un mauvais moment: COURAGE!!!! Gardez espoir. Tendresses a vous!!

  23. Je l’ai vécu il y a une semaine au urgence dans une salle insalubre,
    et au moment de l’expulsion on m’a “jeter” dans les toilette pour que mon bébé y finisse j’etait à 3 mois c’était dans ma tête déjà mon bébé …
    Les médecins ne se rendent pas compte du mal qu’ils peuvent causer ils ne sont même pas venu me voir et mon calvaire à durer 7 heures
    tu résume parfaitement ce que j’ai vécu et ce que je vis toujours actuellement merci ,et même si c’est cru c’est criant de vérité

    • C’est lamentable… Je suis désolée pour vous bien sûr que c’était ton bébé, ils sont cruels et inhumains. Je t’embrasse fort, et si on n’oublie pas j’espère que tu retrouveras bientôt un peu d’apaisement.

  24. bonjour, pour moi ce qui a été le plus éprouvant c’est le curetage. Apres 3 FIV il faut encore retourner sur le billard, les bras en croix!!! ( ça aussi c’est sympas d’attendre l’anesthésie dans cette position alors que vos larmes n’arrêtent pas de couler sur votre visage) Et surtout cytotec puis après curetage c’est être condamnée à la double peine!!! En tout cas merci à toi madame pimpim!

  25. Merci pour ce témoignage même si les femmes en parlent de plus en plus et de manière détaillée.
    Moi j’ai commencé par une suspicion de grossesse extra utérine et puis cette hypothèse levée on m’annonce un hématome mais au dessus de l’oeuf donc risque que tout tombe lorsque l’hématome va s’évacuer. Je reste tranquille (pas de poids pas de sexe pas de voiture …) écho 15 jours après hématome toujours là coeur qui bat …. un peu d’espoir… Mon hématome s’évacue doucement pertes marrons et filaments …re écho 15 jours après hématome stabilisé mais plus de battement de coeur … On m’annonce d’attendre 15 jours pour seconde écho de confirmation de grossesse non évolutive. Cela fait une semaine déjà que je vis avec mon foetus mort et toujours mes saignements quotidien dû à mon hématome, j’ai toujours mes symptômes de grossesse et j’attends que ma fausse couche se déclenche miraculeusement avant vendredi (dernière écho) pour éviter de choisir entre le cytotec et le curetage !!!
    Et oui j’hésite douleurs, saignements, age embryon, conséquences opération bref des réponses diverses et variées surement en fonction des femmes. J’ai déjà eu 2 grossesses la première par voie basse la seconde (gémellaire) par césarienne.
    Ayant eu plusieurs accouchement notre corps est-il plus réceptif au fausse couche, du moins réagit-il mieux à la douleur, le col s’ouvre t il plus vite ?
    Pour ma grossesse gémellaire j’ai très mal vécu la césarienne le fait de ne pas pousser de ne pas avoir cette sensation d’expulser, que son corps se vide.
    Depuis hier j’ai une diarrhée aigue avec des nausées mais je ne pense pas que ce soit le début de ma fausse couche attendue, j’ai toujours mes saignements marrons qui deviennent mon quotidien.
    On verra ce que la suite me prépare. En espérant que mon témoignage en aide d’autres ;-)

  26. merci… merci… juste merci…
    moi tout a commencé par un taux de bhcg qui evolu mal, une suspicion de GEU, puis une annonce « d’absence d’embryon », (on pensait à un décallage de date) puis un petit embryon avec un petit coeur qui bat bien au chaud au creux de mon uterus…OUF, on peut enfin souffler, rassurés, se projeter…. et 2 semaines plus tard, soit a 9SA, fini, on m’annonce à l’écho qu’il n’y a plus de battements cardiaques depuis 10 jours…l’enfer. On me laisse le choix , laisser faire la nature avec un délai trés incertain, le cytotec ou le curetage…. je ne peux imaginer une seule seconde de subir ces journées ou le temps semble elastique, ou chaque « sensation mouillée » nous pousse a courir jusqu’aux toilettes pensant que c’est le moment…. je préfère donc « planifier » et je choisis donc le cytotec… mais la aussi le temps semblent élastique. 3 jours interminables a subir les effets secondaires des medicaments… et rien, pas de saignement, pas de contractions mais des malaises, des nausees, des douleurs à l’estomac… 2eme protocole, cytotec par voie vaginale pdt 3 jours… toujours rien à part 20 minutes de contractions et aucun saignement. Alors non la nature n’oeuvre pas si bien sinon elle se serait associée à ces medocs pour être efficace et pour me laisser tranquille et un peu plus en paix. 2 fois j’ai cru perdre cet embryon. La deuxieme fois, seule, dans la douche d’un hotel miteux… j’ai cru voir le sac, le petit haricot à l’intérieur, et j’ai du le prendre pour le jeter dans les toilettes. S’en est suivi des saignements tres abondants, douloureux, des baisses de tension. Alors en arrivant à l’echo de controle, presque glorieuse d’avoir survecue et surtout d’éviter le curetage tant redouté, j’explique au gyneco que c’est bon, que ca a fini par fonctionner. Et là, tout bascule à nouveau….il est toujours la sur l’écran, en place, inébranlable. Pas décollé, pas déplacé, tout bien accroché à moi et pourtant déjà parti si loin de moi, de nous…
    Alors non en effet, cette con***se de mère nature à du se mettre en RTT depuis quelques jours pour ne pas avoir à bosser pour moi et bien faire son travail! Donc me voilà depuis 23 jours, à porter ce petit bout inanimé, en me donnant l’impression d’etre un corbillard… je passerai au bloc la semaine prochaine… si tout va bien.
    En attendant, je suis usée, physiquement et psychologiquement et surtout trés trés fachée contre dame nature…

      • merci madame pimpin. c’est fou comme en me jetant dans votre blog j’ai découvert votre personnage, votre histoire et votre univers, et tout ce qui vous rend attachant et tellement « vraie »… j’adore et j’admire.
        en vous souhaitant le meilleur pour les petits « polichinelles » et tout le bonheur a venir…. ;)

  27. Bonjour,
    Bon ben toutes dans le même bateau :(
    Voila Ma « jolie » histoire en résumé.
    Tombée enceinte le 23 octobre, su le mm jour, confirmé le 5 novembre :)
    1ère écho le 24 … Souci de taille, semainé d’angoisse.
    1er dec verdict, fausse couche …. Grossesse arreté mi novembre.
    Je choisi de laisser faire la nature.
    8 dec gros saignement, 5jours avec bonne contractions .. Petite « expulsion »
    12 dec vendredî, plus de saignement, echo tout encore en place, prise de cytotec.
    13 dec toujours pas de saignement, plus de douleur, cytotec aucun effet.
    17 (hier) rdv pour dosier pour l’hospitalisation de vendredî 19. Derniere écho, et là magie c’est vide ???
    Alors oui oufff c’est bon c’est fini, enfin apres plus d’un mois de galere, et de douleur…. Mais beaucoup de questions ???
    Comment ai-je pu faire ma fausse couche entre vendredî soir et mercredi matin, sans saigner , ni douleur ????
    Et si je l’ai bien faite, comment ca çe fait que je n’ai aucun saignement ???? On est censé saigner min qq jours apres une fausse couche normalement … ….
    Oui je sais l’essentiel c’est que çe soit fini, je dois aller de l’avant …. Mais j’ai du mal, trop de questions sans réponse….

    • Je ne saurai pas te dire, c’est vraiment bizarre. Comme si on avait besoin de ce genre de questionnements après une épreuve pareille, ma pauvre Alexia. J’espère que c’est bien terminé et que tu vas pouvoir commencer à te remettre de tout ça. Bisous

  28. Chère Madame Pimpin,
    J’avais lu ton blog il y a quelques mois, suite à une fausse couche précoce (taux monté à 86ui seulement et redescendu aussitôt sans aucune conséquence), ton article m’avait marqué. Je reviens aujourd’hui pour te remercier de ce témoignage. Je viens de vivre ma première « vraie » FC et j’étais bien rassurée de savoir plus ou moins ce qui m’attendait. J’ai fait un curetage le 2 janvier, ou comment bien commencer 2015.
    Mon embryon a arrêté son développement à 7SA. Je m’en suis rendue compte lors de l’échographie, je n’ai eu aucune douleur, aucun saignement ni avant, ni après l’écho. Mon gynécologue m’a proposé les deux méthodes, j’étais perdue. Mon mari m’a aidé a choisir, et nous avons opté pour un curetage programmé 4 jours après, et je ne regrette absolument pas mon choix. C’est très dur moralement, car en essai depuis 3ans et demi, beaucoup de fatigue accumulée, d’hormones au taquet. On se rend compte que ce qu’on attendait depuis tant de temps ne suffit finalement pas. Mais en lisant vos témoignages je me rends compte que cela ne s’est pas si mal passé, quasi aucun saignement, douleurs qui disparaissent avec du spasfon. Et je n’ai rien vu, ça aide peut-être certane à faire le deuil, mais je ne m’en sentais pas capable.
    Le mal-être moral est bien là lui. Je me sens vide, sans mon embryon, sans protocole de PMA, sans piqûre de Gonal, sans échographie, sans RDv. Mais un mois de repos est nécessaire pour reprendre, et je pense que ce ne sera pas du luxe.
    Mon gynécologue a été super, je ne le remercierai jamais assez. Sans dramatiser la situation mais sans la minimiser non plus, il a su lui accorder de l’importance. Il a su trouver les mots pour que j’ai envie de retenter une 3ème FIV, car malgré tout, cette FC est aussi le signe que mon utérus est capable de recevoir un embryon. Il a compris la haine que je pouvais ressentir sans pouvoir en vouloir à qui que ce soit puisque ce n’est finalement la faute à personne…
    J’en veux simplement aux infirmières de la clinique, qui ne se sont pas posée la question une seule fois du pourquoi de mon hospitalisation de 7h à 15h, et qui m’ont demandé si je souhaitais garder mon bracelet nominatif en souvenir après l’opération… Il y a parfois un manque de formation et de tact, c’est comme ça. Bon courage à toutes celles et ceux qui devront passer par là, je vous souhaite que vous soyez bien entourés, tant personnellement que médicalement, prenez du temps pour vous, prenez le temps de vous remettre de cette épreuve. Et je vous souhaite à tous que le Bonheur frappe très vite à votre porte.

    • Qu’il frappe bien vite à ta porte aussi… désolée pour cette nouvelle épreuve. Être médicalement bien entourés est très important pour ne pas perdre courage et espoir. Repose toi bien et j’espoir recevoir de jolies nouvelles à l’issue de ta FIV3.

  29. Merci pour cette description détaillée de ce que je viens de vivre ce matin, seule chez moi avec mon chéri et ma fille de 3 ans. J’aurai aimé lire ton texte hier, j’aurai compris et su ce qui allait m’arriver. Personnel médical imcompetent qui ne prescrit que du spasfon et du dolipran et un rdv dans une semaine pour un probable curetage et incapable d’expliquer ce qui peut arriver en cas de fausse couche a 12 semaines…je ne m’attendais pas à avoir des vraies douleurs d’accouchement et des contractions si fortes et si rapprochées, ni à devoir pousser pour devoir expulser cet embrayon (comme ils disent). Merci pour ta sincérité et ta description crue mais réaliste des choses ( et oui une FC peut ressembler a un film d’horreur et nécessiter un arret pour pouvoir s’en remettre). Personnellement je suis choquée par ce qui vient de m’arriver, je pense que si on m’avait expliquer, je l’aurai vécu beaucoup plus facilement. Il en résulte quand même que je suis soulagée de ne plus être enceinte de ce petit être mort. Une page va pouvoir se tourner… Merci à toi et aux autres pour leurs témoignages.

  30. Bonjour Madame Pimpim.
    Je viens de connaître ton blog ce matin.
    J’ai étais profondément touchée par tout ces commentaires.
    En effet on ne pense jamais qu’une fausse couche ou bien un arrêt de la grossesse puisse nous toucher.
    J’ai 23 ans.
    Une grossesse non programmée mais ensuite tellement désirée.
    Enceinte de 11SA à 6SA des douleurs et des spotting arrive.
    J’ai peur.
    Je vais aux urgences,je souffre.
    Mon homme se veut rassurant.
    À l’écho ce 19 avril 2015 pas d’hématomes,pas de décollement.
    Mon petit embryon n’est pas encore visible mais l’interne se veut rassurante.
    Je sors des urgences un peu apaisée mais pas très rassurée.
    3 jours après les spotting cessent.
    4 semaines passent et mon ventre s’arrondi.
    La prochaine « première écho » du 1er trimestre est bientôt prévue.
    On rêve,pense à notre avenir,à ce bébé qu’on aime déjà,à ce ventre caressé avec amour.
    Mais …
    Il y a 4 jours les spotting sont reprennent.
    Au debut je me dis que bébé prend de la place.
    En formation aide-soignante je suis en cours.
    Et la je comprends que quelque chose ne va pas.
    Avant hier soir je vais aux urgences : j’ai besoin de le voir,d’être rassurée.
    Mais c’est le lundi de Pentecôte et la veille l’anniversaire de mon bien aimé.
    Il y a très peu d’effectif et une urgence au bloc les empêchent de prendre qui que ce soit pour le moment bien qu’il n’y ai personne comme patiente a part moi.
    Je rentre chez moi en me disant que je reviendrais demain matin.
    A peine rentrée,je vais aux toilettes et la je m’effondre.
    Ce ne sont plus des spotting marronatres mais bel et bien du sang avec des caillots sur le papier toilettes.
    C’est comme un tremblement de terre.
    Mon poul s’accélère,ma tête tourne.
    Je sais que c’est fini.
    Je pleure toutes les larmes de mon corps.
    Ma sœur et ma mère m’emènne aux urgences en taxi.
    Mon homme nous rejoint en métro.
    On me prend une heure après.
    Entre temps plus aucun saignements.
    Et la le couperet tombe.
    A 11SA+5 jours ma grossesse s’est arrêté à 7SA+2 jours.
    Une semaine et 2 jours après mon premier passage ce 19 Avril 2015.
    L’interne est jeune.
    Il a de la peine et se veut compatissant.
    Je suis choquée.
    Les larmes ne coulent pas tout de suite.
    Trois solutions : tenter naturellement que mon bébé parte tout seul mais c’est exclu car cela fait un mois qu’il est « parti » ou bien le cytotec ou bien encore le curetage.
    Je refuse le curetage.
    A 13SA le 4 décembre 2013 j’ai avorté.
    J’ai mis un an à m’en remettre et ai fait une profonde dépression,mes vieux Demons se sont emparé de moi de plus belle.
    J’ai réussi à tourner cette douloureuse page car ce premier bébé,son cœur je l’ai bien entendu.
    Hier matin j’ai pris les 4 comprimés de cytotec.
    Mon homme était la et ma beaucoup soutenu.
    Pourtant lui aussi était terriblement malheureux.
    J’ai essayé d’être forte toute la journée.
    Mais au moment de partir j’ai craqué.
    J’avais besoin de lui encore près de moi.
    Car depuis 11 heures que j’avais pris ce fichu cytotec je me vidais de mon sang.
    Mais rien…
    Il est parti car pas le choix.
    Et a 00h00 exactement je suis allé une dérniere fois aux toilettes avant de dormir.
    Et la,il est tombé.
    J’ai entendu ce bruit,horrible,qui m’a transpercé le cœur de mon bébé qui tomber dans la cuvette des wc.
    Je n’ai pas réussi à tirer la chasse tout de suite.
    Je ne pouvais pas.
    J’ai eu besoin de lui dire au revoir.
    C’est peut être stupide et niais.
    Mais je ne pouvais pas faire autrement.
    Ce matin en me levant je me sentais si vide.
    Et j’ai perdu mon placenta en allant aux toilettes.
    C’est très dur.
    Je voudrai que l’on me laisse avoir de la peine,sans honte,sans pudeur.
    Que je puisse déverser ma souffrance pour pouvoir tourner la page.
    Je te remercie Madame Pimpim de livrer la vérité telle qu’elle l’est.
    Car jamais je n’aurai cru sentir mon bébé passer ainsi.
    Car oui,je l’ai complètement senti.
    Aujourd’hui j’ai beaucoup de peine.
    J’aurai tant voulu que pour l’anniversaire de mon chéri,lui faire entendre le cœur de notre bébé battre.
    De le voir.
    Mais il n’en a pas était ainsi.
    Une terrible nouvelle nous est tombé dessus.
    Je sais que notre immense peine va rendre notre amour 1000 fois plus fort et que nous auront notre bébé dans nos bras un jour.
    Mais ce n’est pas par ce qu’on est jeune et qu’on peu avoir d’autres enfants qu’on doit nous le dire comme excuse face à la perte de cette vie qui grandissait en nous pendant tant de temps.
    Alors j’envois tout mon soutien à vous toutes et je te remercie encore énormément madame Pimpim.
    Car je me sens très seule.
    Et je me suis tellement retrouvée dans tes récits,dans les deux cas.
    Merci de tout cœur.
    Qu’une nouvelle page se tourne pour nous toutes afin de pouvoir nous tourner avec un peu moins de douleur,de peine vers un avenir plus radieux. 💕💜
    Julia

  31. Moi, mon bébé de 6 semaines est sorti tout seul, à la maison, dans la douleur, les saignements…Dans une serviette hygiénique. Comme je n’étais pas préparée à ça ! La panique…Et maintenant, la panique de savoir mon bébé dans les poubelles..je ne sais pas quoi en faire. C’est tabou, je sais, désolée, mais je ne sais vraiment pas quoi faire. Je ne peux pas l’imaginer au dépotoir, ni dans les égoûts, ni enterré dan mon jardin.. Tout ça est si dégoûtant, révoltant. Je déteste toute cette longue situation au cours de laquelle personne ne nous dit rien et durant laquelle on est bien seule avec notre douleur. Une fausse couche s’étale sur plusieurs jours, physiquement, mais aussi psychologiquement. J’ai l’impression que ce ne sera jamais fini.

  32. Voici un nouveau commentaire , beaucoup moins triste…je viens moi aussi de faire une fausse couche déclenchée par cytotec. G appris à 9SA que l’embryon était mort à 6SA lors del’échographie de datation. J’ai déjà 1 petite fille de 20 mois et cette grossesse était arrivée très vite , et , sans doute par ce que j’ai déjà vécu d’autres épreuves plus difficiles (deuils) je n’ai pas versé une seule larme pour cette fausse couche. Je sais que ça aurait été un drame si je n’avais pas eu d’abord ma fille, d’autant qu’elle, contrairement à cette deuxième grossesse, avait été conçue grâce à clomid et metformine. bref, après la prise de cytotec par voie vaginale, 30mn de forte douleur puis perte de sang en effet « hémorragique » , wc, « ploc » et autres caiollots puis direct sous la douche. Ce qui me révolte c’est que le cytotec n’est pas prévu pour ça donc aucun applicateur ni notice appropriée !!! C’est un anti ulcéreux que l’on utilise poir ses effets secondaires !! On a l’impression que les fausses-couches n’interressent pas le monde médical et que l’on nie nos besoins …
    J’ai confiance pour la suite et me dit que mieux vaut une fausse couche qu’un enfant ayant des problèmes graves. Mais je compatis complètement avec toutes celles qui attendent depuis longtemps. Mais ça viendra ! Les couples totalement infertiles sont très rares.

    • C’est bien alors, tu as de la chance et c’est gentil de compatir. Hélas non, ça ne vient pas pour tout le monde et parfois le clomid ne suffit pas. Pour ce qui est des couples « totalement infertiles » je ne connais pas le sens de cette expression. Mais de nombreux couples terminent malheureusement leur parcours de pma sans enfants et ce même après avoir subi une ou plusieurs fausses-couches.

  33. Merci beaucoup pour cet article clair, concis, pertinent et véridique.
    Voilà des heures que je recherche sur le net de telles informations sur la fausse couche de son début à sa fin expliquant clairement ce qui va m’arriver. A part wikipédia et ton article vous êtes les seuls à informer mais toi surtout.
    Je me croyait enceinte de 10 sg, après quelques pertes marrons je me suis rendue aux urgences gynecologiques, en passant l’echo avec un système qui devait dater, on ne voit pas d’embryon dans le sac. On a rien vu si ce n’est un sac. L’interne bien que très gentille m’a juste dit de repasser dans 2 ou 3 jours pour verifier l’évolution de ma « grossesse » (dans ma tête c’est plutôt : « mais quelle évolution?!! C’est vide!!! À 10sg on voit forcement qqch meme avec ton vieux coucou! ») Bref elle me dit de surveiller mes pertes et que si des saignements arrivent que si je remplit 4 protections en 20 minutes que je dois absolument revenir.
    Resultat, le lendemain, je me retrouve avec des saignements comme mes règles, et dimanche après-midi, soit aujourd’hui j’ai perdu pas mal de caillots seule chez moi, avec des contractions toutes les 3 minutes, et du spasfon qui sert à rien, l’impression de me vider de mon sang et d’avoir exploser une boite de 20 tampax orange en une moitie de journée, les saignements se sont calmés mais la douleur persiste…
    Ton mot m’a fait du bien, je me suis sentie moins seule et je le trouve indispensable à toutes celles qui passent par là et ont besoin de savoir, pour toutes les femmes et ces autres qui ont eu envie de savoir.
    Je ne suis pas trop touchée par ce qui m’arrive car j’ai au moins la chance de savoir qu’il n’y avait pas de bébé, je n’évacue que « le berceau », que des muqueuses et un sac vide, moins traumatisant que mes deux precedentes fc où j’ai perdu deux embryons à 6sg, et où j’ai eu droit au « plouf » dans la cuvette et à cette douleur profonde de me sentir volée par la vie. J’embrasse toutes celles qui ont vécu, vivent ou vont vivre ce moment. Mais surtout toi qui a dit la vérité nue. Amicalement. <3

  34. Merci « Madame Pinipin » pour cet article si bien fait… Je suis en train de vivre cela, et les douleurs, sensations physiques décrites sont exactement là! Evidemment s’ajoute une grande fatigue et la tristesse multipliée par 10 grâce aux médecins froids qui te disent que si tout ne rentre pas dans l’ordre il faudra « aller chercher ce qui traîne » comme tu passerais innocemment un coup de balai ou d’aspirateur chez toi…

    J’en étais à 10 sa, ça me désole, d’autant que ce n’était pas prévu et que nous nous en faisions une joie. Il me sort de la tête l’idée de recommencer car malheureusement, ce n’est, dans mon cas, pas une première fois…

    Donc merci grand Merci pour cet article criant de vérité, et pour le soulagement qu’il procure, celui d’être compris.

    Super blog !

  35. Bonsoir parcours PMA stimulation ponction transfert 1 embryon 15 j plus tard un taux 17Ui quoi je suis enceinte non pas possible le taux est tout petit je ne m emballe pas on en s’emballe pas puis double et redouble +++ et je commence a m emballer à y croire je deviens maman couveuse hummm que c’est bon- j’ai eu un enfant naturellement il y a 6 ans tiens mon ventre s arrondit (tu m’étonnes avec toutes ces hormones j ai gonflé +++) mais si mon ventre s arrondit – c’est normal c’est le 2ème – et …. Pertes marrons choc!!!! Re Pds taux ne double plus – de taux en taux 8 jours plus tard GUE dans ta tronche – je ne savais pas que c’était possible on m’a transféré l’embryon directement dans l utérus – pourquoiiiiiiiiiii – methotrexate- qq. pertes marrons – au bout de 8 jours saignements migraines douleurs de règles – fortes – très fortes dos etc- fatiguée – nauseeeeees- perte de sang bcp plus – gloups au travail je n’ose pas faire un pas que se passe t il entre mes jambes je crois qu’un robinet est ouvert glouglouglou – toilettes glouglouglou – je m’étais que je ne voulais voir les caillots dans la douche etc mais là un gros caillot tout spongieux et un sacre haricot plus foncé avec une sorte d organe (cœur foie ou que sais je ) merde c’est mon embryon pfff j essaie d avancer de zappeur d être optimiste mais c’est dit c’est long je ne sais plus depuis quand je sais que c’est fini bientôt deux semaines ou plus – je lài vu et d autres éponges de toutes les couleurs rouge roses blanches
    Ça fait mal – je me suis accroupie devant la cuvette et je lui ai dit au revoir !
    J ai peur de nouveaux échecs dans ce parcours ou déjà chaque étape est un enjeu est une montagne qu’on passe ou pas comme un jeu de l’oie on avance son pion ou on redémarre depuis le début

    Écrire ces lignes me fait du bien

    Courage à toutes

  36. Magnifique texte ,tout ce que j ai vécu y est .2fc dont la j suis suspecter d en faire une 3eme (Bén oui c est pas drôle sinon )
    Je suis dépitée , je suis alitée pour le moment une semaine avec traitement de progestérone .Je ne crois pas au miracle j vis loin de lourde. Ma 2 eme fc l hôpital me fesai attendre 1semaine pour faire le curtage ( g vécu l’évacuation naturel pour avoir un enfant de 7 ans seul viable du lot ) j’en voulais il voir ni souffrir le marthyr comme j l ai vécu . Donc j m suis rabattu sur la clinique qui m a fait mon curtage 2 JRS après l annoncé de l arrêt cardiaque . Curtage nikel zéro douleur.
    Mais la de nouveau enceinte. Peu tps après mon curtage pour revivre ça . J sais mm plus si. J aurai l envie de. Retomber enceinte si j perd celui ci . J suis dans mon lit à attendre que les saignements s arrêtent et que ce bébé reste .mais j sais pas ce que deviendra cette grossese 💔

  37. J’ai pleuré….comme jamais en lisant par hasard cet article…Je ne pleure pas…Je ne veux pas…mais là, j’ai pleuré
    Je suis tombé sur l article en cherchant désespérément combien de temps peu t on saigné après la prise de cytotec..J’en suis à 14 jours , dieu que je voudrai tourné la page, mais non , je saigne…
    Mon histoire, tombée enceinte au premier coup le 10 mai , test pipi positif le 18 mai (un tir un but comme dirait mon mari). J’en ch*e , c’est dur , nausée +++fatigue++seins douloureux++ .
    Le verdict tombe à 9 SA . La gyneco fait une écho , l’ embryon est sans activité cardiaque depuis 4 semaines
    C’est une plaisanterie? Cela fais un mois que c’est dur alors qu’il ne vivait pas? Sentiment d’injustice. Je veux évacuer , rapidement . La gyneco m envoie a l hôpital. Nouvelle écho , erreur, l ’embryon c’est arrêté a 8SA. Il faut attendre , parfois il y a des erreurs de termes madame . Non non non et non . On ne peut pas annoncé la veille que vous faites une fausse couche et le lendemain dire que peut être pas! Je suis en colère .
    On m ‘envoie chez une radiologue spécialisé et le verdict : grossesse gémellaire avec un embryon beaucoup plus petit que l’autre , un gros hématome , et aucune activité cardiaque pour les deux
    Je suis soulagée , je comprends . Et puis deux , cela aurait fais trop, hein? (on se console comme on peux). je subi un curetage 3 jours après et c’est fini. Pas de saignement, retour de couche correcte . Pause de 2 cycles .

    On recommence les travaux pratiques et au 3 eme essai : prise de sans positive.
    A 15 jours , petit spottings. Et la c’est la débandade. Succession de diagnostic : c’est une GEU, il faut opéré ; puis non , c’est un sac intra utérin mais il y a en plus un petit hématome, il faut se reposer .
    Puis non, l’hématome c’est en fait un deuxième sac et donc une grossesse gémellaire ( ps : cette fois je suis ravie)
    Et puis non , un embryon n’a pas survécu. Et celui qui reste? Et bien le coeur bat!!! mais la taille est trop petite, il faut attendre.
    Nouvelle écho , il ne pousse pas mais le coeur bat , il faut attendre avant de pouvoir prendre le cytotec .
    Et puis c’est bizarre , madame , il y a beaucoup trop de chose dans cette poche , on a l’impression qu’il y en a deux….Vous plaisanter? Non mais j’ai l impression d’être un monstre…
    Nouvelle écho, le coeur bat mais en fait il n’ y en a pas deux mais un seul qui pousse bien mais une partie de l embryon est extra amniotique . Il faut attendre .
    Nouvelle écho, le coeur ne bat plus , il s’est scinder en deux ( mon coeur aussi , par la même occasion )
    Enfin , prise de cytotec le 23 janvier , expulsion comme décrite entre 3h et 7h du matin ( la marre de sang , les douleurs a se tordre, la surprise du passage de l embryon dans l’entre jambe et le plouf abominable dans la cuvette des toilettes , tout est vrai)
    Nouvelle écho , le sac est expulsé mais il reste des débris a évacuer
    Et depuis je saigne voila 14 jours. Me voila en train de chercher si c’est bien normal et puis d’un coup j’ai lu l’article et… j’ai pleuré….
    Merci

    • Voilà je pleure aussi. Tu n’es pas un monstre peut-être le contraire de moi, trop fertile mais un monstre sûrement pas. Je te souhaite beaucoup de courage et puis un ou deux beaux bébés très bientôt. Maintenant que j’ai mes jumeaux de 17 mois je peux te confirmer qu’on n’oublie jamais mais que… se battre et rester debout en valait la peine.

  38. Merci … Tu as mis des mots sur ce nuage noir que j’ai dans la tête et dans le cœur ! Il y a 10 jours je fêter nos 3 ans avec mon mari toute excitée à l’idée de lui offrir son cadeau , un test de grossesse positif emballé avec un petit nœuds , une belle surprise apres la fausse couche deja réalisé en début décembre dernier quelques jours après son anniversaire , FC précoce comme le dise les médecins , mais quand ça fait des années que tu imagines ton hypothétique futur enfant , que tu as choisit les prénoms , que t’imagines le parent que tu seras les chansons que tu lui chantera pour dormir la nuit ce précoce a un goût de foutage de guele ! Une plus belle surprise encore car en mai dernier apres presque 3 mois je perdais notre premier enfant , une fausse couche tardive cette fois , après avoir vu et entendu son cœur , avoir deja ( trop tôt peut être ) acheter deux grenouillère avec des motifs qui nous caractériser , j’ai vécu cette prière fausse couche seule a 11000 km de ma famille et ami car je vivais a los angeles , mon mari lui quelque jours avant m’avait laisser en m’embrassant le ventre pour partir en tournée à travers les US étant Musicien dans un groupe il n’as pas pu être la lors de cette épreuve , le système de santé aux Usa étant complément pourri pour les revenu moyen j’ai été traiter comme du bétail mais ai pu m’estimer heureuse qu’on me prenne en urgence ! Ayant des pertes de sang qui me dégouliner le long des jambes il ne m’as pas fallu longtemps pour savoir ce quîl se passait et puis 3 ans au paravant j’avais fait une GEU avec un zclatement de la trompe et une hémorragie interne , un parcours bien tumultueux pour mes 28 ans de vie , et il n’y a rien de pire que d’entendre que c’est arrive à d’autre car sur le moments ce n’est pas les autres qui perdent les Espoirs et les rêves pour cette vie que l’on sentais naître et grandir en soit , celles qui ne sont pas passé par la ne pourront jamais comprendre cette douleur et non ca n’as rien à voir avec des règles douloureuses , les hommes eux parfois même l’ex futur père ne comprendront pas , surtout si la FC est précoce il n’auront vu aucune modification et n’auront pas eu le temps de vraiment s’impliquer , ils ne comprendront pas la tristesse et le désarroi , le découragement aussi et la déprime que cette épreuve engendre et parfois ca divisera un couple . Aujourd’hui en te lisant 5 jours apres l’annonce de ma 3 eme fausse couche et 4 eme désillusion de sentir la vie plutôt que de sentir passé la mort ( parceque oui les médecins ne vous prépare pas a ca , personne ne s’attend à voir cet embryon dans un amas rougeâtre et à se dire que c’était ca le futur petit être ) je te remercie d’avoir réellement décris ce quil en était , sans avoir l’impression d’être une pestiférée , de devoir presque avoir honte de ce qu’il arrive et de devoir dire tout cela à demi mots , malgré la douleur que je ressens t’avoir lu apaise un peu ma colère ! si la nature est si bien faites je pense qu’il est grand temps que je me pose des questions sur mon existence

    • J’ai aussi vécu ça à distance avec mon mari que c’est dur. Prends bien soin de toi et ne perds pas l’espoir c’est lui qui te conduira au petit enfant que tu pourras bercer bientôt j’espère.

  39. Je suis contente de pouvoir lire ce blog… Merci madamepimpin d’avoir mit des mots sur une douleur que le corps médical (qui est censé être la pour panser nos maux) prends comme une chose banale.
    J’ai 42 ans … après avoir eu droit à 1 seule FIV en France (on a pas voulu s’acharner sur mon corps pour insuffisance ovarienne)… j’essuie un refus pour une 2ème tentative et on m’expédie en janvier 2015 en république tchèque ou mon mari me laisse tomber le jour du départ. Mon désir d’enfant étant grand, je décide malgré tout de partir tenter ma chance avec un don d’ovocyte avec don de sperme. 2 embryons et une grossesse très douloureuse qui s’arrête 3 semaine plus tard pour le premier embryon et 5 semaines plus tard pour le second. J’encaisse 2 FC et essaye de remonter la pente après cette douleur. Je retombe bizarrement (je dis bizarrement car on me dit infertile) et naturellement enceinte en mars 2015…. Mon miracle est de courte durée… Je file aux urgences pliée de douleurs …de nouveau FC ou je suis traitée comme une merde aux urgences me laissant les jambes écartées, sans avoir fini de m’ausculter… Le personnel me demandant de me rhabiller car ils doivent partir pour une césarienne (moi je ne méritais même pas ce qu’on appelle le respect de la douleur !)… je suis rentrée chez moi effondrée en larmes et quelques heures plus tard c’est le moment que je redoute… je fais ma FC dans les toilettes, mais histoire de faire durer ce moment atroce ça ne tombe pas et je suis obligée de prendre du papier pour retirer ce qui bloque (désolée pour les détails)…. j’étais seule et me sentais vide .
    cette année après un divorce et une nouvelle rencontre… je tombe enceinte naturellement le 22 janvier 2016. J’ai pu entendre le cœur battre le 29 février soit a 5SA+5jrs. Je dois revoir mon gygy le 22 mars avec mes pds mais entre temps j’ai un petit souci de condylome (parait que la grossesse fait sortir ces merde)…. pour me rassurer le gygy me fait une écho et me dit qu’il n’y a plus d’activité cardiaque depuis le 5 mars. Un arrêt de travail et basta !!! il me donne rien, me dit rien et je dois attendre … Ce matin j’appelle pour lui dire que j’ai toujours pas évacuer et que les symptômes sont toujours présents notamment une grosse tension dans les seins. Il me dit de passer pour un arrêt de travail, pas d’échographie de contrôle et 5 cytotec a prendre a compter de ce soir (lundi) jusqu’à vendredi.
    Dame nature, je veux bien qu’on me dise que la nature est bien faite … mais pas au point de s’acharner… mon cœur pleure et je ne vois plus d’espoir de pouvoir prendre un jour un enfant que j’aurai porté.
    A l’heure ou j’écris ce message et grâce à votre article je me prépare à la douleur qui m’attend après la prise du cytotec.
    Merci à vous

  40. Bonjour, j’ai appris que je perdais mon bébé il y a 2 semaines. j’ai pris du cytotec, pas de douleurs. et saignements plus que gérables, quelle chance pourront me dire celles qui ont souffert!!!
    Mais 4 jours après mon mari m’apprend qu’il ne veut plus du tout remettre ça, sans le dire ma fausse couche est presque un soulagement pour lui. nous avons deux enfants de 15 et 10 ans et je vais bientôt avoir 40 ans et il ne se voit plus remettre ça et il a une peur incontrôlée du handicap… (je lui aurais un peu forcé la main)

    J’aurais presque voulu souffrir plus physiquement en perdant mon enfant qui n’aura existé pour personne d’autre que moi. j’aurais pris le temps de lui dire au revoir autrement en le laissant partir naturellement, j’aurais pris plus de temps pour accepter sa perte. J’ai voulu montrer que je suis forte et capable de me remettre d’aplomb pour mettre en route un autre bébé rapidement.

    J’étais forte, je me sentais jeune, belle et tellement capable. Aujourd’hui je me traine je n’ai plus envie de rien, je me sens vieille, moche et inutile.

    Ma souffrance est insupportable et j’ai peur que le temps ne suffise pas à sécher mes larmes, à faire taire mon désespoir.

    et entrendre « mais tu as deux enfants magnifiques, un super mari (et super papa) une belle maison un super travail » …. que Dieu me pardonne je sais tout ce que j’ai, mais aujourd’hui ce qui me pèse c’est ce grand vide laissé par l’enfant que je n’aurais pas.

  41. Je lis tous ces commentaires et je ne peux que me dire que les femmes sont les personnes les plus fortes,beaucoup de respect pour vous toutes,je connais ma 1ere fausse couche actuellement et si je n avais pas ma fille et mon mari dieu sait dans quel etat je me trouverais,je n ai pas encore « evacuer »(mm si ce mot me repugne)mon petit bout (car oui je l aimais deja!!)et j avoue que rien que d’y penser cela me fais tres peur,peur de me decomposer psychologiquement… Bref juste pour vous dire mesdames qu en lisant vos histoires je m incline devant votre courage vraiment respectable….

  42. Je suis tombée par hasard sur ton blog, et la vérité toute crue comme tu dis, m a fait du bien. Merci
    Je suis maman de 2 enfants (12 & 5 ans). Je souffre de fibromyalgie généralisée et malgré ça je ressentais l envie d un autre enfant depuis 2 ans maintenant. Mais non, j ai été qualifiée de sterile, et que sans aide je ne pourrais plus avoir d enfant.
    Quelle surprise qd cet été mon test fût positif. J etais enceinte et naturellement. Le bonheur !
    A ma visite des 12 sem pour l écho, le gyneco me dit« à mince, il semblerai que son coeur ne bat plus» . J ai cru mourrir sur place tant la douleur etait insupportable. J ai refusée le curetage car je voulais avoir mal , pour me punir, pour me dire que c etait fini. C etait une facon d en faire le deuil je pense. Mais rien au bout de 10jours, tjs rien alors cytotec, 1sem apres hémorragie et là cela fait 3 semque cela dure je saigne tjs mais l odeur est plus desagreable.
    Je me sens oubliée, laisser pour compte, pour qqch de banal et ben oui il etait pas viable votre corps a bien fait les choses comme disent les docs. Mais moi je souffre de pas l avoir tenu , embrassé, … et pour couronner le tout mon mari ne veut plus d enfant. Je ne sais pas si je pourrai un jour l accepter.
    je lui en veux à lui, a moi, à tout le monde de me sentir si seule alors que je devrai etre deja contente de se que j ai comme dit mon mari. Je ne le comprends plus. Je vontinue donc de souffrir en silence

  43. La vérité crue.

    Merci pour se témoignage. Je suis passée par là, il y a quelques semaines pour la deuxième fois et j’aurai tant aimé connaître la vérité crue qui m’aurait préparée.

    La première fois, une pesanteur , pression vers le bas et des saignements. Aucun doute, l’hôpital me confirmera Ce que je pressens.

    La deuxième fois, spooting à 11 semaines, en vacances. L’interne ne veut pas se prononcer sur l’absence d’activité cardiaque et pas de médecin sénior présent . Il faut attendre une dizaine de jours pour savoir s’il y a une évolution. Avec recule, quel courage… de sa part . Encore merci pour cette humanité.

    Je rentre l’échographie nous reçoit, je lui explique et là , elle me prépare à ce que je craignais. Mon mari était plein d’espoir, pour lui, les 10 jours laissaient penser à une issue favorable. Il n’en n’est rien. L’embryon est mort depuis la semaine 6. On est en semaine 13, il tient bien, plus de saignements.

    On me propose cytotec à domicile pour plus de confort. On m’arrête, on arrête mon mari cela m’étonne…Et là le traitement est violant. En quelques heures : saignements incontenables, même dans des protections après accouchements, envie de pousser, toilettes, caillots gros comme des mandarines. J’imaginais que c’était l’embryon, malaises en allant aux toilettes, j’ai juste le temps de m’allonger pour éviter une chute. Je baigne dans mon sang, mon mari s’occupe de moi…c’est la nuit … douche habillage, changement des draps, lavage du sol … je comprends pourquoi le médecin insistait pour arrêter mon mari.

    Je comprendrai deux jours après, que l’embryon que je croyais expulsé précédemment ne l’était pas, en perdant dans les toilettes une énorme poche. Cette fois c’était fait.
    Pour tout dire, j’ai honte de ce que j’ai fait par la suite , j’ai pris des gants pour le récupérer . Ça m’en fait encore pleurer de l’écrire. Pourquoi? J’étais partagé entre tirer la chasse et mettre à la poubelle ou ailleurs, sans pour autant savoir où . Finalement , j’ai tiré la chasse, après mettre senti très seule et très mal. Voilà la vérité crue.

    Après un contrôle, une semaine après, j’apprends que j’ai une rétention : un morceau de placenta vascularisé qui a décidé de survivre. Les médecins ne veulent pas opérer, risque hémorragique trop important, il faut attendre la sortie naturelle : une sorte de deuxième accouchement( la délivrance à distance)

    Finalement , la nature fait bien les choses, je fais une hémorragie et un malaise chez moi, je me vide mais par chance mon mari est là, je ne suis pas seule. Les secours vienent et me transportent a l’hôpital. Bingo, j’ai gagné une révision utérine et une anesthésie générale

    Alors si cela m’arrivait à nouveau. Le cytotec ce serait à l’hôpital à ce stade de la grossesse. Quoi que? Pour le confort, mon mari nuit et jours c’était le top, à l’hôpital il devrait partir le soir. C’est bien une épaule pour pleurer.

    À la maison, il faut prévoir des alaises pour le lit et pas qu’une mais une bonne dizaine. Et des supers protections de pharmacie ( ruby pour accouchement) car aucune protection « super plus normal » pour règle de fillette ne fera l’affaire. Il faut aussi des culottes vraiment très moches et très confortables et très noires. Une serviette de bain très foncée pour la douche.

    Parce que la vérité crue, c’est qu’une fausse couche provoquée par cytotec pour une grossesse arrêtée, c’est un accouchement. Et mon accouchement je le voyais à l’hôpital, pas à la maison.

    La vérité crue, c’est qu’une fausse couche provoquée pour grossesse arrêtée est très différente d’une fausse couche naturelle, pour avoir vécu les deux. C’est douloureux et sans péridurale , c’est sanguinolant , un peu, beaucoup, énormément et je n’étais pas préparée, pourtant j’avais déjà vécu une fausse couche.

    Je ne savais pas que le placenta pouvait vivre ou plutôt survivre à la mort de l’embryon pendant des semaines.

    Je ne savais pas qu’on pouvait garder son bébé mort aussi longtemps dans son ventre sans s’en apercevoir et en ressentant les signes sympathique de grossesse

    Je ne savais pas et j’aurai tant aimé être informée.

    J’aurai pu titre chronique d’un été pourri.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s