That’s all folks.

Mardi soir.

Les saignements de l’hématome, qui s’étaient un peu calmés, reprennent de plus belle, accompagnés de douleurs dans l’utérus. Madame Pimpin passe la soirée allongée, la journée de travail a été plus que dure, les gens ne comprennent pas ces absences à répétition, il faut compenser le retard et anticiper celui dont découlera la perte du bébé. 17h piles, Madame Pimpin quitte son bureau pour aller faire sa prise de sang. Marre de devoir aller au labo dès le matin, marre des conversations des vieux, marre des femmes enceintes béates. Madame Pimpin serre les fesses à tous les feux rouges, le labo arrête les prélèvements à 17h30. 17h32, Madame Pimpin se gare. Elle rentre dans le labo, la secrétaire lui prend son ordonnance et ne chipote pas sur les deux minutes de retard. Faut dire que là aussi, Madame Pimpin est VIP maintenant. L’infirmière qui fait les prises de sang est de dos. Tiens c’est une nouvelle, Madame Pimpin ne l’a jamais vue. Elle se retourne pour appeler Madame Pimpin. Les boutons de la blouse blanche sont tendus sur un petit ventre de cinq mois environ. Madame Pimpin serre les dents et s’assoit, le bras tendu. L’infirmière lui demande la date des dernières règles. 28 janvier, ça n’a pas changé. L’infirmière hausse les sourcils et demande à Madame Pimpin la raison de ce dosage. Madame Pimpin a beau serrer les dents, elle ne voit que le ventre de l’infirmière, cette question est stupide, elle ne répond pas, et ne parvient pas à retenir une larme qui heureusement roule du côté opposé à l’infirmière. Après lui avoir charcuté les bras pendant un bon quart d’heure, l’infirmière réussit enfin à extraire son flacon de sang. Madame Pimpin rentre chez elle, très fatiguée, s’endort à 21h et rêve de deux gros papillons noirs, morts.

Mercredi matin.

Les saignements, très abondants au réveil, se sont presque arrêtés. Toujours des douleurs dans l’utérus. Madame Pimpin pense à la petite Chose. 10h, toujours pas de résultats sur le site du labo. 11h, toujours rien. Madame Pimpin commence à angoisser, elle n’arrive a rien faire d’autre que surveiller cette putain de page internet. 11h45, Madame Pimpin hésite à rafraîchir la page, il ne reste plus que 30 minutes avant la pause déjeuner. Tant pis, elle clique. La page charge. Le taux est de 953. C’est fini. La petite Chose est éteinte. Madame Pimpin n’a que trente minutes pour encaisser puis se mêler aux autres pour aller déjeuner. Elle n’arrive pas à pleurer, elle se sent anesthésiée, elle a juste envie de vomir. Le temps est comme suspendu. A la cantine, elle donne le change, parle peu mais personne ne remarque le malaise à part Madame Poulette qui est au courant. Le reste de la journée passe, Madame Pimpin sait ce qu’elle a à faire, elle anticipe son absence, il n’est pas question de revenir le lendemain. 

Mercredi soir.

17h, Madame Pimpin quitte son bureau, ses affaires sont en ordre, son chef est au courant qu’elle se tire. Elle arrive au cabinet médical, désert. La secrétaire la salue en l’appelant par son prénom. Elle patiente une petite demi-heure. Une femme enceinte sort du bureau du Docteur Colley. Madame Pimpin ne lève pas la tête plus haut que son ventre, ne croise aucun regard. Le Docteur Colley vient la chercher. Il est bien embêté. Il réexplique à Madame Pimpin ce qu’elle sait déjà, l’effet « tout ou rien » du Méthotrexate, la cinétique des b-hcg qui indique que la grossesse n’aurait pas évolué, qu’elle soit bien placée ou non. Il regarde l’écho de la gynéco des urgences, conclut que la taille du sac, et ça Madame Pimpin le sait bien, ne correspond pas à la date de sa grossesse. Il fait l’écho, la petite Chose est toujours là mais elle n’a pas évolué (tu penses bien). Madame Pimpin explique au Docteur Colely qu’elle est en paix avec cette histoire de GEU. Elle lui dit qu’elle est juste très triste, et très fatiguée. Elle lui annonce qu’elle ne reviendra pas après le RDC, que les stimulations et les inséminations attendront la fin de l’été. Il est d’accord avec cette décision, il l’a toujours été. Ils échangent un sourire triste, le Docteur Colley se lève et Madame Pimpin lui demande l’arrêt pour deux jours. Puis elle rentre chez elle. S’effondre à 21h, souffrant le martyre dans sa tête et dans son ventre. Les crampes l’empêchent parfois même de respirer. 

Jeudi matin. 

Madame Pimpin est réveillée tôt mais ne veut pas se lever. Elle a mal. Elle sait ce qui arrivera quand elle se lèvera. Une heure ou deux passent, les douleurs sont trop fortes, Madame Pimpin se lève en pleurant. Aux toilettes, elle voit tout le sang, et elle voit la petite Chose. Elle se nettoie et retourne s’allonger. Triste, désemparée. Oui c’est mieux comme ça, hein. C’est sûr, Madame Pimpin n’aura pas besoin de décider de mettre fin à la grossesse. Madame Pimpin n’aura pas besoin de se déranger à élever un enfant « anormal », applaudissons cette immense complaisance de la nature. Remercions la vie, de faire des cadeaux pareils. Oui c’est tellement plus facile comme ça. 

Jeudi soir.

Les crampes se sont espacées, le sang coule toujours, mais  beaucoup moins abondamment. Madame Pimpin se sent vide, absente de son corps. Le téléphone de Monsieur Pimpin sonne, il répond. Madame Souris va probablement accoucher dans la nuit. Ironique, non.

Madame Pimpin va maintenant prendre du temps pour elle. Ce blog lui a beaucoup apporté et elle s’est attachée à toutes ces belles personnes rencontrées virtuellement depuis le mois d’octobre. Mais aujourd’hui elle a besoin de prendre de la distance avec tout cet acharnement et ce serait impossible en continuant. Peut-être que ça prendra juste une ou deux semaines, mais peut-être, et c’est ce qu’elle espère, que quelques mois s’écouleront avant qu’elle ne revienne à la case PMA, et qu’elle ne revienne à son blog. Elle n’arrive plus à écrire, même cet article ne sort que poussivement. Elle n’arrive plus à absorber les chagrins, elle n’arrive plus à se réjouir des bonnes nouvelles. Il va falloir penser à autre chose le temps de se réparer. Revivre, juste. Elle espère que tu comprendras, que toi qui viens de subir une perte, comme elle, tu retrouveras vite cet espoir, qu’il grandira en toi et que bientôt tu verras battre un petit coeur à l’écho. Elle espère que toi, qui attend ton tour, tu n’auras plus longtemps avant de voir ta patience forcée récompensée. Elle espère que toi, qui porte la vie, tu trouveras un peu de paix jusqu’à la naissance de ton petit et que tout ira bien. Il n’y aura peut-être pas de « saison 2 » mais elle espère ne pas tout à fait te perdre de vue, car des liens forts se sont créés et elle continuera de prendre de tes nouvelles discrètement. Elle t’embrasse bien fort et te souhaite force, courage et chance.

 

Publicités

89 réflexions sur “That’s all folks.

  1. Repose toi bien M’dame Pimpin, tu vas nous manquer mais c’est tellement compréhensible. Je pense que parfois c’est salutaire de s’éloigner de tout ça, la pma et toute cette blogosphère qui nous aide tant mais qui nous plonge la tête dedans aussi…ne nous oublie pas trop longtemps quand même, nous on pensera à toi. Pleins de bisous

  2. Si ça te gêne pas, je continuerai de penser à toi. Et je continuerai de venir faire un tour sur ton blog de temps en temps, des fois que tu reviennes.
    Des bisous Madame Pimpin.

  3. Ce sera triste de ne plus avoir de tes nouvelles, mais je comprends cette pause. Je suis moi-même absente depuis un moment, car les mots se bloquent. C’est difficile à vivre tout ça… des fois, on a besoin de s’éloigner de la blogo.
    Je penserai à toi.
    Take good care of yourself Madame Pimpin

    • Merci P’tit Hérisson. Mots bloqués ici aussi, mais je pense à toi souvent. Je t »embrasse fort, j’espère que ça avance par chez toi, le traitement et tout ça.

  4. Chère petite Madame Pimpin. Je pense à toi et t’envoie des montagnes de douceur et d’apaisement. Je trouve ça logique et sain que tu t’eloignes un peu du blog. Je penserai quand même à toi. Prends bien soin de toi. Grosses bises.

    • Coucou toi. L’apaisement est arrivé jusqu’à village sur mer, et même un peu plus que ça : j’ai pensé à toi ce soir, j’ai fait ma première séance d’acupuncture :) j’espère que pour la prochaine fois, ça me portera bonheur, comme pour toi. Je t’embrasse, prends soin de toi et de ton petit bruit de coeur à l’intérieur.

      • Oh, Madame Pimpin, comme ça me fait plaisir de te lire! C’est une très bonne idée que tu as eu là, de faire de l’acu… ;)
        Merci beaucoup, j’essaye de rester zen, pas très facile en ce moment. Je pense fort à toi aussi et t’envoie encore une grosse dose de douceur.
        La prochaine fois, tu y penses pour bientôt, finalement?

        • Ben, comme je tombe enceinte sans traitement, rien n’est impossible (même si peu probable avant septembre soyons lucide, mes délais de livraison sont tout pourris). Mais je retourne voir l’acu lundi, puis j’aurai 2 autres séances, pour travailler sur plusieurs aspect dont ma fertilité de marde et les 2 fausses couches (et la clope).

  5. Ce soir, j’allumerais une bougie pour vous deux et pour la Petite Chose.
    Tu vas me manquer mais je comprends ce besoin de s’éloigner. J’aimerais faire plus que te dire quelques mots maladroits de réconfort.
    Prends ton temps, on t’attendra et on pensera bien fort à toi et à ton homme.
    Gros Bisous de mon Geek et de moi <3

  6. J’en ai des frissons et les larmes aux yeux. Je comprends ta volonté de prendre du recul, de t’éloigner de la blogosphère, prend tout ton temps ma belle. Du temps pour toi, pour vous.

    Je continuerai de penser très fort à toi.

    • Dans les starting blocks, petite Gribouillette ! Gros bisous et merci pour tes mots. Les frissons m’ont quittée, j’arrive à relire ces mots avec détachement, c’est bon signe :)
      Bises

  7. C’est tellement difficile ce que tu es en train de vivre Mme Pimpin. Comment la vie peut être assez tordue pour inventer des trucs pareils ?
    Repose-toi bien. Prends le temps de te réparer, de respirer.
    Je pense très fort à toi et te fais un énorme câlin virtuel.
    Lily.

    • C’est la question qui me taraude, malheureusement il n’y a pas de réponse. Le câlin virtuel est arrivé à bon port et dans les temps, contrairement à ma réponse :s
      A moi de t’en envoyer un maintenant. J’espère que tu vas bien. Des gros bisous Lily.

  8. Merci Madame Pimpin – merci d’arriver à nous faire partager tout ça jusqu’au bout alors même que c’est trop difficile; merci de finir en pensant aux autres, alors que ta tête, ton cœur, ton corps sont en souffrance. Ce que tu vis aujourd’hui et depuis quelques semaines et terrible. Prends surtout bien soin de toi. Il y aura des jours meilleurs, j’espère très bientôt.
    Je t’embrasse fort

    • Ma belle Kaymet ! Longue vie aux jours meilleurs ! Je t’embrasse et je te remercie, pour tes mots, ta gentillesse, et pour ce +… qui, un peu paradoxalement, m’a procuré beaucoup de joie. Ma toute première larme de joie depuis bien longtemps. Des gros bisous.

  9. Chère Mme Pimpin, tu m’as fait rire sur ce blog, tu m’as fait pleurer, tu m’as fait découvrir les ennemies de Britney. Merci à toi pour ces bons moments passés en ta compagnie virtuelle. J’espère que cette pause t’apportera serennité et force pour reprendre le chemin vers la maternité.
    Bisous à vous deux, et fais nous signe si tu quittes ton Village sur mer pour une escapade à la capitale.

  10. Je pense fort à toi, je comprends bien qu’il te faut du temps pour te remettre de tout ça, je te souhaite des mois à venir plus sereins. Je t’embrasse…

    • Merci Chup’s. Je vais mieux maintenant, mais j’ai encore besoin d’un peu de temps avant de revenir. Je t’embrasse fort, et j’espère que ça va bien pour toi.

  11. De grosses pensées, je suis tellement désolée, Madame Pimpin ! Comme les autres, qu’il y ait ou non des articles, je continuerai à penser à vous et à espérer.

  12. Tout pareil, je continuerai de bien penser à toi (et même que tu vas peut-être un peu beaucoup me manquer…).
    Evade-toi, ressource-toi, repose toi, prends soin de toi.
    Douces et chaleureuses pensées.
    Bisous petite Pimpin

  13. Ma belle, j’ai pleuré à chaudes larmes en te lisant. J’aurai tellement aimé une autre issue… Je vais moi aussi me permettre de penser à toi souvent, et espérer que ces quelques mois de pause te et vous permettent de reprendre des forces, de revivre à nouveau en ne pensant plus à cela, en oubliant le monde de la pma. Je te souhaite le meilleur et j’espère te lire « bientôt ». Merci pour tes pensées. Tu me manques déjà. Enormes bisous

    • Désolée ma poulette… J’avoue que je m’étais permis de penser que ce serait chouette d’être enceinte en même temps que toi, même pour seulement les quelques mois qui te séparent de la ligne d’arrivée. Mais il en sera autrement, maintenant je l’ai accepté. Merci pour tes mots et pour ton soutien. Je t’embrasse fort, prends soin de vous 2 <3

  14. coucou madame pimpim on ne se connait pas et j’ai appris à aimer ta plume et j’aime aussi beaucoup ton humour …. des gros coucous d’une internaute très très triste ce soir qui sort juste de l’hôpital après une deuxième fausse couche ….nos Petites Choses sont ensemble quelque part enfin j’espère….

    • Carotte, je suis désolée de ne te répondre que maintenant. J’ai pourtant pensé à toi presque tous les jours, pendant ces dernières semaines où je me remettais. J’espère que tu vas mieux toi aussi. Je suis sûre qu’elles sont quelque part ensemble et qu’elles veilleront sur nous. Je t’embrasse très fort.

  15. Prends bien soin de toi petite madame Pimpin… Il en faudra du temps pour sourire à nouveau et la pause, qu’elle soit courte ou longue ne peut être que bénéfique si tu en ressent le besoin. Reviens nous conquérante et surtout apaisée. Tendres bises…

  16. Madame Pimpin, nos chemins se sont croisés au détour de ce blog et ce fut une grande chance pour moi , en dépit du sujet qui nous réunit.J’ai aimé te lire, j’ai ri avec toi , j’ai pleuré parfois. Ton chemin prends une direction différente , je te souhaite qu’il te mène vers la sérénité. Je t’embrasse

    • Merci pour tes mots Fantomette. Des directions différentes, et à quel point ! Je te souhaite que tout se passe bien, et que nos chemins se recroisent ;) comme disait terminator, I will be back. (eh oui j’ai toujours des références de marde !) Des gros bisous.

  17. Les larmes coulants sur mes joues, je t’embrasse fort, te dédicace chacune de ces gouttes qui misent à la lueur d’une bougie, brillent. Je te souhaite te t’accrocher, car tu es magnifique ! de t’aimer, car cela reste la clé ! de te réconforter, ici tout ce qui te fais du bien est permis ! de t’admirer, car tu es admirable ! de t’éloigner d’ici, le temps nécessaire, le temps qu’il te faut, le temps de renouer avec toi… Des bises à toi et ta moitié… de grandes pensées.

  18. Je pense bien à toi Madame Pimpin, j’aurais aimé que tu quittes ce blog sur un article moins triste. J’espère très fort que tu reviendras vite avec plein de bonheur dans ton coeur. Mais en attendant prends bien soin de toi et de Monsieur Pimpin. Je t’embrasse.

    • Merci Bellavole. Cet article est je pense loin d’être le dernier de mon blog mais une pause était plus que nécessaire. Merci pour tes mots, je reviendrai bientôt. Prends soin de toi, gros bisous.

  19. Prend bien soin de toi… Tu vas nous manquer. J’espère que tu pourra trouver rapidement la paix…
    Je t’embrasse et je continuerai de penser bien fort à vous.

    • Merci ma belle. J’ai fait la paix avec DNLP, j’ai enfin compris qu’on ne peut pas lutter contre elle, alors autant essayer de s’en faire une cops et tenter de lui prendre ce qu’elle a à donner… Enfin voilà l’idée, en pratique c’est pas si simple. Moi aussi je pense fort à toi. Des gros bisous.

  20. Courage………on oublie jamais mais on apprend a vivre avec ou plutôt sans…….et un jour l’espoir renait…..je t’assure……

    • Ce sont exactement les mots que l’amie d’une amie m’a dit l’été dernier, en embrassant la tête de sa fille, fruit d’une très longue et très épuisante bataille. Je suis prête à le recevoir l’espoir, j’ai appris à être raisonnable… Merci pour tes encouragements.

  21. Prenez soin de vous, reposez vous et nous serons là si tu le souhaites…
    Toute mon affection,
    Bisous

  22. On comprend toutes, bien sûr. J’espère sincèrement que ce temps de pause te sera bénéfique et que de belles expériences t’attendent. Je te souhaite le meilleur, prends soin de toi.

  23. j’ai pleuré en te lisant, mais je comprends tellement ce que tu ressens. Je sais ce que vous vivez. Je penserai à toi pendant ta pause et je ne t’oublierai pas. Courage pour toutes ces épreuves que nous devrions même pas connaître… Prends soin de toi, de vous… Je t’embrasse bien fort.

  24. J’ai eu les larmes aux yeux tout au long de ton dernier billet et c’est tellement compréhensible de vouloir faire un break. Merci du fond du coeur pour tes pensées, les miennes t’accompagnent également. On ne se connaît pas, mais j’ai toujours aimé te lire et imaginer la belle et courageuse personne derrière tes mots. Prenez soin de vous Madame et Monsieur Pimpin. Je t’embrasse

    • Merci Myrtilles, c’est vraiment très gentil. J’espère te rejoindre un de ces 4 dans la cour des grandes :) avec Britney of course.
      Plein de bisous, prends bien soin de toi.

  25. Le temps est un bon cicatrisant.. Il t’en restera des traces, mais la blessure sera atténuée. Prend tout ce temps nécessaire, mais nous on pensera a vous.
    Pensées apaisantes

    • Merci… Grace à tous vos encouragements et aux quelques semaines écoulées depuis, ça va déjà bien mieux. Disons que ce n’est pas pire qu’avant, ce que je n’aurais même pas imaginé. Merci pour tes mots et tes pensées.

  26. J’ai été tellement touchée par les messages que tu as pu me laisser, je suis triste de te voir partir mais j’imagine combien toi tu es triste de toute cette situation. J’aimerais tant savoir que faire pour soulager ta peine, mais j’espère que ceux qui sont proches de toi t’accompagneront bien dans cette période… J’espère que tu nous reviendras et je penserais à toi, c’est inévitable. Prends bien soin de toi, prends le temps d’être triste… Je t’embrasse de tout coeur mon homonyme.

    • Paradoxalement, la blogosphère et quelques personnes inattendues autour de moi, pas forcément proches, ont été d’un bien meilleur soutien que d’autres, bien plus proches dans ma vie. Et c’est peut être aujourd’hui la seule blessure qui reste ouverte, ces personnes indifférentes. Alors merci pour ton réconfort, et pour ces mots qui m’ont beaucoup touchée. Je te souhaite plein de réussite pour ce nouveau cycle, mon homonyme <3

  27. Je comprends ce besoin de t eloigner de la blogosphere meme si te lire m a fait beaucoup de bien grâce à ton experience, ton courage et cet humour toujours présents .

    Je te remercie de l impact positif que tu as eu dans ma vie…

    Ne vous resignez pas, l espoir est toujours là…
    J espère que tu nous reviendras très vite avec une chouette annonce! ;-)

    Prenez soin de vous Mr et Mme Pimpin!
    Plein de bisous!

    • Merci Poppy, ça me touche. J’espère revenir quand je serai de nouveau capable de vous faire ricaner, pour le moment c’est pas joli-joli :) Merci pour tes mots, et non la résignation ne passera pas par là… Juste une nouvelle façon d’approcher le « combat ». Un + avant la rentrée pmesque, j’en rêve, mais il ne faut pas… Des gros bisous à toi aussi, et où que tu en sois, plein de bonnes ondes.

  28. A mon tour de te souhaiter de prendre soin de toi :) croisage pour que l’élu s’accroche et que number 2 soit réservé pour bb2 ! Des gros bisous ma 28jedb <3

  29. Un petit mot, histoire de. Juste pour que tu saches qu’on ne t’oublie pas !! J’espère que tu vas mieux. Que tu retrouves le sourire. A bientôt, peut-être. Bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s